Allez au contenu, Allez à la navigation

de CHADOIS Paul

Ancien sénateur Inamovible

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 11 décembre 1875
  • Fin de mandat le 20 juillet 1900 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

1876 , 1877 , 1878 , 1879 , 1880 , 1881 , 1882 , 1883 , 1884 , 1885 , 1888 , 1890 , 1891 , 1893 , 1895 , 1898 , 1900

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)
1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

avant 1889

CHADOIS (MARC-ANTOINE-MARIE-GABRIEL-PAUL DE), représentant à l'Assemblée nationale de 1871, sénateur inamovible, né à Saint-Barthélemy (Lot-et-Garonne) le 12 mars 1830, se destina de bonne heure à la carrière militaire. Officier à l'âge de 21 ans, il parvint au grade de capitaine, puis donna sa démission en 1867, lors de son union avec Mlle de Ségur. Pendant la guerre de 1870, M. de Chadois, chef de bataillon, puis colonel de mobiles, fut blessé à la bataille de Coulmiers, et décoré. Aux élections pour l'Assemblée nationale (8 février 1871), il devint représentant de la Dordogne le 1er sur 10, par 80,162 voix (97,443 votants, 142,476 inscrits), fit partie du centre gauche, dont il devint l'un des vice-présidents, soutint la politique de Thiers, et vota : pour la paix, pour les prières publiques, pour l'abrogation des lois d'exil, pour le pouvoir constituant de l'Assemblée, contre le retour à Paris, contre l'acceptation de la démission de Thiers, contre le septennat, contre la loi des maires, contre l'état de siège et contre le ministère de Broglie. Il se prononça pour les amendements Wallon et Pascal Duprat, ainsi que pour l'ensemble de la Constitution. Il prit une part active à la discussion des lois militaires (1872), et ne cacha pas (1873) son sentiment sur les tentatives de restauration monarchique. Il déclara à ce propos que « la République conservatrice soutenue par les hommes de bonne volonté de tous les partis pouvait seule nous préserver de nouveaux déchirements, et, en respectant nos libertés, être assez forte pour imposer à tons le respect des lois. » Candidat des gauches pour un siège de sénateur inamovible, le colonel de Chadois fut élu par l'assemblée, le 11 décembre 1875, au 3e tour, avec 348 voix. Il siégea au centre gauche du Sénat, se prononça : contre la dissolution de la Chambre des députés en juin 1877, pour le ministère Dufaure, puis pour le ministère Ferry, vota cependant contre l'article 7 (1880) avec 27 de ses collègues du centre gauche, puis fit partie de la majorité opportuniste. Il prit la parole dans la discussion de la loi sur l'armée; dans la dernière session, il a voté pour le rétablissement du scrutin uninominal (13 février 1889), pour le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse, pour la procédure à suivre devant le Sénat pour juger les attentats contre la sûreté de l'Etat (affaire du général Boulanger.)

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

1889-1940

CHADOIS (MARC, ANTOINE, MARIE GABRIEL, PAUL DE), né le 12 mars 1830 à Saint-Barthélemy (Lot-et-Garonne), mort le 20 juillet 1900 à Bergerac (Dordogne).

Représentant de la Dordogne à l'Assemblée Nationale de 1871 à 1875.

Sénateur inamovible de 1875 à 1900.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. II, p. 21.)

Il ne manqua jamais comme par le passé de prendre part aux discussions relatives à l'armée et à la défense du pays. Mais une longue et douloureuse maladie l'éloigna du Sénat. Il se retira à Bergerac où il devait mourir le 20 juillet 1900. Il fut inhumé à Mescoules, commune du canton de Sigoulès dont il était conseiller général. Son éloge funèbre fut prononcé par le Président Fallières .à la séance du 6 novembre 1900. « C'était un homme de conscience et de devoir que le colonel de Chadois, dit notamment le Président. Dans les dernières années de l'Empire, il avait, bien avant l'heure, pour des raisons de convenances personnelles, quitté l'armée avec le grade de capitaine d'infanterie. A la guerre, il s'empressa de remettre son épée au service du pays, et le Gouvernement de la défense nationale lui confia le commandement des mobiles de la Dordogne. C'est à la tête des mobiles qu'il enleva à la baïonnette, sous un feu meurtrier, le parc du château de Coulmiers et contraignit l'ennemi à l'évacuation de la ville d'Orléans. Il tomba sur le champ de bataille grièvement blessé, Cet éclair de victoire lui valut le grade de colonel et la croix d'officier de la Légion d'honneur.» Après avoir retracé la carrière parlementaire du colonel de Chadois, le Président Armand Fallières conclut en ces termes : « Il y a longtemps qu'un mal cruel le tenait éloigné de nous. Mais rien ne pouvait effacer le souvenir de ce collègue à l'âme haute, au coeur généreux, dont le sourire fin et bienveillant tempérait à propos la réserve des premières rencontres et invitait bientôt à l'abandon, »

Le 14 février 1904 eut lieu à Bergerac l'inauguration d'un buste en bronze du colonel de Chadois. Ce bronze pris par les Allemands, fut fondu par eux pendant l'occupation.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Paul de CHADOIS, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 12 mars 1830
Décédé le 20 juillet 1900
Profession
Colonel
Département
Inamovible
  • Mis à jour le 21 octobre 2014