Allez au contenu, Allez à la navigation

DURAND-SAVOYAT Léonce

Ancien sénateur de l'Isère

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 15 février 1891
  • Réélu le 3 janvier 1897
  • Fin de mandat le 17 mai 1903 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

1889-1940

DURAND-SAVOYAT (LÉONCE, Emile), né à Monestier-de-Clermont (Isère) le 14 février 1847, mort à Grenoble le 17 mai 1903.

Député de l'Isère de 1885 à 1889. Sénateur de l'Isère de 1891 à 1903. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. II, p. 522).

Maire d'Autrans, conseiller municipal de Grenoble en 1874, Léonce, Emile Durand-Savoyat fut également conseiller général de Monestier-de-Clermont de 1880 à 1903 et vice-président du Conseil général de l'Isère.

Il ne se représenta pas aux élections générales du 22 septembre 1889, laissant son siège à son cousin germain James Durand-Savoyat.

Il entra à la Haute Assemblée le 15 février 1891 à la faveur d'une élection partielle, en remplacement de M. Marion décédé le 1er décembre 1890, au deuxième tour de scrutin, par 666 voix contre 518 à Bovier-Lapierre, sur 1.292 votants ; il fut réélu le 3 janvier 1897 avec 740 voix sur 1.209 votants.

Au Sénat, il s'inscrivit au groupe de l'Union républicaine et appartint à diverses Commissions spéciales.

Il fut membre du Conseil supérieur de l'agriculture.

Il fut l'auteur d'une proposition de loi relative aux Chambres de commerce et aux Chambres consultatives des arts et manufactures (1895) et établit le rapport sur cette proposition (1896) ainsi que le rapport sur la proposition de loi relative à la liberté de réunion et de correspondance des Chambres de commerce (1896).

Il présenta un rapport pour avis sur la proposition de loi relative à l'importation et à l'exportation des blés et farines et à la création de bons d'importation.

Il intervint dans la discussion du projet de loi ayant pour objet de porter de 2.500 à 3.000 l'effectif des étalons entretenus dans les dépôts du service des haras (1892), des conclusions du rapport de la Commission chargée d'examiner les modifications à introduire dans la législation et dans l'organisation des divers services concernant le régime fiscal de l'Algérie (1894), du projet de loi concernant la réforme de l'impôt sur les boissons (1896), de la proposition de loi ayant pour objet la réforme de l'impôt des prestations (1897).

Il intervint également dans la discussion de divers budgets : Travaux publics (1895), Finances (1896), 'Agriculture (1897, 1901).

Il fut élu secrétaire du Sénat le 16 janvier 1896, puis réélu le 14 janvier 1897.

Décédé en cours de mandat le 17 mai 1903 à Grenoble, à l'âge de 56 ans, son éloge funèbre fut prononcé à la séance du 19 mai par le Président Fallières : « M. Durand-Savoyat a été de toutes les luttes pour la République. Ses compatriotes de l'Isère... pourraient vous dire quelle ardeur il déploya, vers la fin de 1 Empire, dans la fougue de sa jeunesse, pour battre en brèche un régime qui, grâce à l'étouffement de la liberté, nous menait d'un pas trop assuré à la plus effroyable des catastrophes. Par la parole ou par la plume,... il mettait tout en oeuvre pour soutenir un combat dans lequel il n'eut jamais d'autre but que le salut du pays, d'autres inspirations que celles d'une conscience droite et pure, inaccessible à tout calcul d'intérêt personnel.

«... M. Durand-Savoyat prit sa part de toutes les épreuves et de tous les périls. Au Conseil général de l'Isère,... ou bien dans les fonctions d'adjoint au maire de Grenoble,.... il montra ce que son parti pouvait attendre de son dévouement, et le pays de ses éminentes facultés.

« A la Chambre des Députés et au Sénat, il n'a trompé aucune des espérances que ses débuts avaient fait concevoir... Il n'a jamais manqué de se montrer, en toutes circonstances, républicain ferme, passionnément épris de lumière, de justice et de progrès. Il a servi la démocratie avec simplicité du même coeur qu'il l'a aimée.

« ... A la tribune... son discours sans prétention était bien ordonné, son argumentation pressante et persuasive. Sa parole avait de la chaleur et de l'élégance. Il traitait, de préférence, les questions qui se rattachent aux choses de l'agriculture..

« Que de fois il nous a entraînés en nous charmant 1 « Que de fois nous sentirons désormais le vide que sa mort laisse dans nos rangs ! »

Il était issu d'une vieille famille du pays dont l'attachement aux idées républicaines était bien connu. Il était le neveu de Durand-Savoyat dont Victor Hugo a dit qu'il était un « homme d'un rare esprit et d'un rare courage », qui représenta le département de l'Isère aux assemblées de 1848 et de 1849, et qui, lors du coup d'Etat, participa au Comité de résistance.

Mêlé au mouvement républicain des dernières années de l'Empire, Léonce-Emile Durand-Savoyat fut, dans la région grenobloise, un des adversaires les plus ardents du régime du 2 décembre et contribua à la fondation du Réveil du Dauphiné qui mena une vigoureuse campagne contre le plébiscite.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Léonce DURAND-SAVOYAT, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 14 février 1847
Décédé le 17 mai 1903
Profession
Avocat
Département
Isère
  • Mis à jour le 30 août 2014