Allez au contenu, Allez à la navigation

GALLINI Jean-François

Ancien sénateur de la Corse

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 11 avril 1920
  • Réélu le 9 janvier 1921
  • Fin de mandat le 20 avril 1923 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

1889-1940

GALLINI (JEAN-François), né le 12 octobre 1860 à Ajaccio (Corse), mort le 20 avril 1923 à Tunis (Tunisie).

Sénateur de la Corse de 1920 à 1923.

Jean-François Gallini (l'usage prévaudra de l'appeler François) naît à Ajaccio le 12 octobre 1860 ; sa mère est une Pozzo di Borgo.

Ayant fait ses études secondaires dans sa ville natale, il va faire son droit à Montpellier tout en y accomplissant le service militaire. Licencié, il est de retour à Ajaccio en 1885 et s'inscrit au barreau. Dans le même temps il fait son apprentissage politique à la tête du Journal de la Corse, le vieil organe républicain de l'île, et comme élu du canton de Salice au conseil d'arrondissement d'Ajaccio.

Puis, dès 1888, Gallini quitte la Corse pour Sousse, en Tunisie, ou l'on crée un tribunal de première instance. C'est là que désormais sera sa vie.

Nommé avocat-défenseur en 1894, il se replonge dans la vie politique en 1896 et, dès lors, représente la circonscription de Sousse-Kairouan (3e collège) à la Conférence consultative de la Régence. Elu en mai 1896, il est réélu en 1900, 1905, 1912 et 1920. Il est secrétaire de cette assemblée en 1906 et 1909. D'autre part, nommé vice-président de la municipalité de Sousse, il accomplit dans sa petite patrie d'adoption des travaux édilitaires considérables.

Il n'oublie pas pour autant la Corse et la Corse ne l'oublie pas : ses compatriotes l'élisent, en 1909, conseiller général du canton de Vico. Il devient vice-président du Conseil général de la Corse en janvier 1920 et, trois mois après, les délégués sénatoriaux de ce département l'envoient siéger au Luxembourg. Il est élu le 11 avril, par 417 voix contre 346 à son concurrent; Tutti-Ferrandi, sur 794 inscrits, 780 votants et 772 suffrages exprimés. Il remplace aussi le sénateur Gavini qui, élu député de la Corse, a démissionné le 7 janvier précédent. Au renouvellement du 9 janvier 1921, François Gallini ne retrouve son siège qu'après une lutte passionnée. Les résultats mêmes sont contestés en séance publique du Sénat le 11 mars ; mais, après un débat animé par les frères Delahaye, l'élection de Gallini est validée. Il a pour collègues de département Sari, élu au premier tour, et Paul Doumer, élu comme lui, mais devant lui, au deuxième tour (Doumer 414 voix, Gallini 400 voix). Avec 398 voix seulement, le parfumeur François Coty est battu.

Au Sénat, comme au Conseil général de la Corse, François Gallini traite du problème essentiel des transports entre l'île et le continent et des relations proprement insulaires. C'est ainsi qu'il intervient instamment le 31 juillet 1920 sur un projet de loi concernant l'exploitation du service maritime par la compagnie Fraissinet. Mais on voit aussi ce fin lettré s'intéresser de près, le 9 décembre 1921, à la célébration du troisième centenaire de la naissance de Molière et, le 28 du même mois, à un décret sur l'attribution des palmes académiques. Le juriste, enfin, trouve naturellement sa place au sein de la commission de législation civile et criminelle, au nom de laquelle il dépose, le 9 février 1922, un rapport sur la proposition de loi de M. Albert Lebrun tendant à modifier la loi du 24 juin 1919 sur les réparations à accorder aux victimes civiles de la guerre.

Malheureusement, la maladie qui le mine depuis longtemps l'emporte le 20 avril 1923, avant qu'il ait pu donner toute sa mesure.

Cependant il venait d'obtenir, le 11 décembre 1922, sa consécration de Français de Tunisie. Elu en novembre membre du Grand Conseil - qui remplace la Conférence administrative - par la région de Sousse-Kairouan-Thala, il est, bien que la maladie le tienne éloigné des travaux de l'assemblée, porté, à l'unanimité, à la plus haute fonction élective de Tunisie : celle de vice-président du Grand Conseil.

Aussi ses obsèques, tant à Tunis où l'on voit l'archevêque de Carthage, le maréchal Franchet d'Esperey et le général Robillot, qu'à Sousse où accourt la foule émue de ses administrés, sont-elles particulièrement imposantes.

Il était officier de la Légion d'honneur, grand-officier du Nichan-Iftikhar et commandeur de la Couronne d'Italie.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Jean-François GALLINI, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 12 octobre 1860
Décédé le 20 avril 1923
Département
Corse
  • Mis à jour le 02 octobre 2014