Allez au contenu, Allez à la navigation

HONNORE Auguste

Ancien sénateur de la Meuse

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 5 janvier 1879
  • Fin de mandat le 4 mai 1886 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

1879 , 1880 , 1881 , 1882 , 1883 , 1884 , 1885 , 1886

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)

avant 1889

HONNORE (AUGUSTE-JULES-LÉON), sénateur de 1879 à 1886, né à Mouthureux-sur-Saône (Vosges) le 29 septembre 1836, mort à Paris le 5 mai 1886, fils d'un juge de paix de Saint-Mihiel (Meuse), fit ses classes au collège d'Epinal et son droit à Paris. Reçu avocat, il s'inscrivit au barreau de Saint-Mihiel, entra dans la magistrature sous l'Empire, successivement comme substitut à Saint-Mihiel (15 avril 1865), à Epinal (21 novembre 1866), et fut nommé procureur impérial à Mirecourt le 4 octobre 1868. Rallié à la République après 1870, il s'occupa assez activement de politique, soutint le gouvernement de Thiers comme président d'un comité démocratique électoral à Mirecourt, et, nommé procureur de la République à Verdun (novembre 1871), quitta bientôt ce poste pour celui de substitut du procureur général à Nancy (16 août 1872). Il s'y distingua, fut promu, le 8 janvier 1877, procureur de la République à Nancy, et fut révoqué la même année par le gouvernement du Seize-Mai pour avoir publiquement refusé de poursuivre des journaux républicains de la région. M. Dufaure le réintégra dans ses fonctions en 1878. Le 5 janvier 1879, M. Honnoré, porté comme candidat républicain dans la Meuse aux électious sénatoriales, fut élu par 396 voix sur 649 votants, le second sur deux. Il s'inscrivit au groupe de la gauche républicaine, vota pour l'article 7 de la loi sur l'enseignement supérieur, pour les lois nouvelles sur la presse et le droit de réunion, pour la politique opportuniste, pour la modification du serment judiciaire, pour la réforme du personnel de la magistrature, pour le divorce, pour les crédits de l'expédition du Tonkin, prit quelquefois la parole dans l'Assemblée, et succomba à Paris, en 1886, aux suites d'un accès de goutte.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Le Sénat vers 1950
Etat-civil
Né le 29 septembre 1836
Décédé le 4 mai 1886
Profession
Avocat
Département
Meuse
  • Mis à jour le 28 juillet 2014