Allez au contenu, Allez à la navigation

LHOPITEAU Gustave

Ancien sénateur d'Eure-et-Loir

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 7 janvier 1912
  • Réélu le 9 janvier 1921
  • Fin de mandat le 13 janvier 1930 ( Ne se représente pas )

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

L'HOPITEAU (GUSTAVE, EMILE, JOSEPH), né le 26 avril 1860 à Ecrosnes (Eure-et-Loir).

Député d'Eure-et-Loir de 1893 à 1912.

Sénateur d'Eure-et-Loir de 1912 à 1930.

Ministre de la Justice du 20 janvier 1920 au 16 janvier 1921.

Gustave L'Hopiteau, républicain radical, élu député pour la première fois en 1893 par 6.162 voix contre 3.763 à M. Béthouard, maire de Chartres, et 1.626 à M. de La Salle, succéda à l'un des vétérans des assemblées, M. Noël Parfait, qui ne s'était pas représenté.

Elève du lycée de Chartres, L'Hopiteau fit ses études de droit à Paris, s'y fit inscrire au barreau, puis revint à Chartres, en 1886, exercer la profession d'avoué. En 1892, il fut élu conseiller général du canton de Maintenon.

Il fut réélu député, au premier tour, le 8 mai 1898 par 7.200 voix contre 5.237 à M. Henri Bonnel, républicain rallié, et 203 à M. Bureau, collectiviste.

Il fut encore réélu le 27 avril 1902 par 6.389 voix contre 3.215 voix à M. Pierre Foursin, conseiller municipal de Paris, nationaliste, et 2.819 voix à M. Garbe. Secrétaire de la Chambre des députés du 9 juin 1898 au 8 janvier 1900, membre du comité consultatif des chemins de fer, il fut réélu député le 6 mai 1906 par 7.603 voix contre 5.396 à M. Bartholon et le 24 avril 1910, au premier tour, par 7.470 voix contre 5.600 à M. Bartholon.

Dans sa profession de foi L'Hopiteau déclarait qu'il voulait un gouvernement franchement progressiste, libéral, tolérant des opinions adverses mais inflexible sur la stricte observation des lois. Il pensait que l'Etat devait rester étranger à toutes les religions et n'en protéger ni en affirmer aucune et que la séparation des Eglises et de l'Etat se produirait par la seule impulsion des moeurs et des idées. Il défendit avec obstination les progrès réalisés et surtout la loi militaire et la loi scolaire. Tout en gardant son indépendance, il alla ensuite à la majorité des républicains de gauche, partisan de la stabilité ministérielle, ennemi de tout compromission avec les ralliés. Protectionniste, il vota le maintien des tarifs douaniers, la révision du cadastre, la création du crédit agricole, la suppression des prestations et de l'impôt des portes et fenêtres, le remaniement du régime des postes, la suppression des octrois, la création d'une caisse des retraites pour les ouvriers vieux et infirmes, l'impôt global et progressif sur les revenus, les réformes sociales.

L'Hopiteau fut élu sénateur le 7 janvier 1912, au deuxième tour, par 386 voix contre 350 à Fessard et 331 à Labiche sur 723 votants.

Il fut ministre de la Justice dans le premier cabinet Millerand et le cabinet Leygues (1920).

Réélu sénateur le 9 janvier 1921, au deuxième tour, par 380 voix contre 229 à Loisin sur 716 votants, il fut président de la commission des chemins de fer, des transports et de l'outillage national. Il intervint à ce titre sur le nouveau régime des chemins de fer, sur le projet de loi relatif aux marchandises en souffrance dans les gares.

Il déposa une proposition de loi ayant pour objet d'encourager la construction d'habitations (1921).

En tant que rapporteur de la commission de législation civile et criminelle, il fit un rapport sur le projet de loi portant modification ou approbation de certaines dispositions du Code civil relatives à la nationalité. Il parla au cours de la discussion d'un projet de loi relatif au régime des loyers et d'un projet de loi concernant les chemins de fer d'intérêt général en Algérie (1922).

Il fit partie ensuite des commissions des affaires étrangères et de politique générale des protectorats, de l'aéronautique commerciale, de la commission des travaux publics dont il devint le président (1923).

Il fut proclamé membre du conseil d'administration de l'Office national des combustibles liquides (1927).

Il ne se représenta pas au renouvellement triennal de 1930.

Gustave L'Hopiteau était officier de la Légion d'honneur à titre militaire.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958

L'HOPITEAU (Gustave, Emile, Joseph)

Né le 26 avril 1860 à Ecrosnes (Eure-et-Loir)

Décédé le 3 octobre 1941 à Chartres (Eure-et-Loir)

Député d'Eure-et-Loir de 1893 à 1912

Sénateur d'Eure-et-Loir de 1912 à 1930

Ministre de la justice du 20 janvier 1920 au 16 janvier 1921

(Voir première partie de la biographie dans le Dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, Tome VI, p. 2279)

Retiré de la vie politique depuis 1930, Gustave L'Hopiteau meurt à Chartres le 3 octobre 1941 à l'âge de 81 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Gustave LHOPITEAU, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 26 avril 1860
Décédé le 3 octobre 1941
Profession
Avoué
Département
Eure-et-Loir
  • Mis à jour le 23 novembre 2014