Allez au contenu, Allez à la navigation

MONTESQUIOU-FEZENSAC Philippe

Ancien sénateur du Gers

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 14 août 1887
  • Réélu le 5 janvier 1888
  • Fin de mandat le 2 janvier 1897 ( Non réélu )

Extraits de la table nominative :

1887 , 1888 , 1889 , 1891 , 1892 , 1893 , 1894 , 1895 , 1896

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)
1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

avant 1889

MONTESQUIOU-FÉZENSAC (PHILIPPE-ANDRÉ- AIMERY-CHARLES, DUC DE), membre du Sénat, né à Paris le 26 septembre 1843, fut élu, comme conservateur-monarchiste, le 14 août 1887, sénateur du Gers, en remplacement de M. Batbie décédé, par 413 voix (785 votants) contre 369 à M. Lannelongue, républicain. Il prit place à droite, opina constamment avec la minorité, et obtint sa réélection, le 5 janvier 1888, au renouvellement triennal, par 422 voix (788 votants), contre 327 à M. Marcel. Par une lettre rendue publique, en date du 6 avril 1889, M. de Montesquiou-Fézensac refusa de siéger comme membre de la Haute-Cour dans le procès du général Boulanger: « Comme élu du suffrage universel, écrivit-il, comme serviteur respectueux de la justice régulière, la seule qui soit une justice, comme adversaire implacable de toute mesure révolutionnaire, je refuse de siéger, ma conscience me le défend. » En dernier lieu, il s'est prononcé contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement (13 février 1889), contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse, contre la procédure à suivre devant le Sénat contre le général Boulanger.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

1889-1940

MONTESQUIOU - FEZENSAC (PHILIPPE, ANDRÉ, AIMERY, CHARLES duc de), né le 26 septembre 1843 à Paris, mort le 30 septembre 1913 à Paris (8e).

Sénateur du Gers de 1887 à 1897.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT et COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. IV, p. 415.)

S'il n'intervint pas à la tribune du Sénat, Montesquiou-Fezensac n'en fut pas moins attentif à la défense des intérêts de ses mandants. Défenseur ardent des libertés religieuses, il appartint à plusieurs commissions, notamment à la commission concernant les victimes du travail et l'assurance obligatoire.

En juillet 1894, il signa, avec la droite royaliste, la déclaration lue par Chesnelong avant le passage au vote de la loi sur les menées anarchistes.

Non réélu en 1897, il n'en éprouva aucun chagrin et continua à assumer la charge et les honneurs de l'illustre maison de Montesquieu Erudit, bibliophile, fabricien d'honneur de son village de Marsan, conseiller paroissial de Saint-Philippe-du-Roule, le duc de Montesquieu se partageait entre la vie parisienne et la vie gersoise.

Victime d'une première crise cardiaque en 1906, il donna sa démission de conseiller municipal de Marsan et mourut à Paris sept ans plus tard.

Les obsèques eurent lieu en grande pompe dans sa paroisse de Saint-Philippe-du-Roule. Par testament, il avait légué à son neveu, le marquis, le domaine de Marsan « quod sint cognomine de Montesquieu ».

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Philippe MONTESQUIOU-FEZENSAC, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 29 septembre 1843
Décédé le 30 septembre 1913
Département
Gers
  • Mis à jour le 23 juillet 2014