Allez au contenu, Allez à la navigation

CHERRIER René

Ancien sénateur du Cher

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 8 décembre 1946
  • Fin de mandat le 7 novembre 1948 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

CHERRIER (René)

Né le 12 avril 1904 à Mehun-sur-Yèvre (Cher)

Décédé le 5 juin 1985 à Bourges (Cher)

Conseiller de la République du Cher de 1946 à 1948

Issu d'une modeste famille ouvrière aux fortes traditions militantes, René Cherrier entre à quatorze ans comme apprenti à l'Ecole centrale de pyrotechnie des établissements militaires de Bourges, où travaillent déjà son père et son frère aîné.

Adhérant en 1925 au Parti communiste, il s'engage l'année suivante comme ajusteur aux établissements Ernault d'Ivry-sur-Seine et devient secrétaire de la cellule communiste de l'usine.

De retour à Bourges, à la fin de 1927, il reprend son poste aux établissements militaires, et poursuit une double action politique et syndicale ; en 1934, il devient secrétaire de la section communiste de Bourges, et secrétaire-adjoint du syndicat C.G.T.U., puis C.G.T. de son entreprise.

Lorsqu'éclate la guerre, René Cherrier est révoqué de son poste d'ouvrier d'Etat, en 1939, et mobilisé sur le front d'Alsace.

De retour à Bourges, à la fin de juillet 1940, il siège au bureau fédéral clandestin du parti communiste.

Arrêté en 1941, il est interné au camp de Compiègne, puis déporté en janvier 1943 à Orianenburg.

Rentré en France en mai 1945, il est élu au mois de septembre conseiller général du canton de Bourges, et devient vice-président du conseil général du Cher, poste qu'il conserve jusqu'en 1951.

Puis il est facilement élu au Conseil de la République, aux élections du 8 décembre 1946 : il recueille alors 259 voix sur 672 suffrages exprimés. Membre du groupe communiste, il siège à la Commission de la défense nationale, et à la Commission de la justice. Outre plusieurs interventions sur les crédits militaires, il prend part aux discussions sur l'appel sous les drapeaux de la classe 1948, le statut des déportés et internés de la Résistance, ainsi que sur la réglementation des loyers.

A nouveau candidat aux élections du 7 novembre 1948, à la tête de la liste d'Union Républicaine et Résistante, il est battu par la liste du Rassemblement des Gauches Républicaines, menée par l'autre sénateur sortant, Gustave Sarrien. René Cherrier obtient alors, au 1er tour, 156 voix sur 787 suffrages exprimés, et 170 voix au 2e tour, sur 792 suffrages exprimés.

Il est candidat, sans plus de succès, aux sénatoriales partielles entraînées, en 1952, par le décès de Gustave Sarrien, et aux élections de 1955.

Après son échec de 1948, il reprend son travail d'ajusteur, mais en est bientôt démis, avec une vingtaine d'autres ouvriers, du fait de leur campagne en faveur d'Henri Martin. Poursuivant néanmoins ses activités militantes, il devient, en 1955 secrétaire de la fédération du Cher du parti communiste, fonction qu'il occupe jusqu'au début des années 60.

CHERRIER (René)

Né le 12 avril 1904 au Mehun-sur-Yèvre (Cher) Décédé le 5 juin 1985 à Bourges (Cher)

Conseiller de la République du Cher de 1946 à 1948

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1940-1958, tome III, p. 125-126)

René Cherrier conserve ses responsabilités à la fédération du Cher du parti communiste, au sein de laquelle il occupe les fonctions de secrétaire jusqu'au début des années 1960.

Il se retire ensuite de la vie publique et meurt à l'âge de 81 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. René CHERRIER,
Appartenance politique
Groupe Communiste
Etat-civil
Né le 12 avril 1904
Décédé le 5 juin 1985
Profession
Ajusteur
Département
Cher