Allez au contenu, Allez à la navigation

DELRIEU Marcel

Ancien sénateur de Constantine

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 18 mai 1952
  • Fin de mandat le 31 mai 1959 (Ne se représente pas)

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

DELRIEU (Marcel)

Né le 8 décembre 1900 à Khroub (Algérie)

Décédé le 7 octobre 1982 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)

Sénateur de Constantine de 1952 à 1959

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1940-1958, tome III, p. 311)

Le mandat de Marcel Delrieu est prorogé jusqu'aux élections du Sénat de la Ve République. Le 31 mai 1959, l'ancien sénateur de Constantine ne se représente pas aux élections sénatoriales.

Âgé de 59 ans, il se retire de la vie publique.

Afficher le texte

1940-1958

DELRIEU (Marcel)

Né le 8 décembre 1900 à Khroub (Algérie)

Décédé le 7 octobre 1982 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)

Sénateur de Constantine de 1952 à 1958

Après l'obtention de son doctorat en droit à la faculté d'Alger, Marcel Delrieu se consacre à l'exploitation de son domaine agricole. Ses compétences de gestionnaire se conjuguent avec l'influence due à la bonne implantation de sa famille - son père a été maire de Khroub - pour faire de lui un homme en vue très influent dans la région.

Lors des combats contre l'Allemagne en 1944 et 1945, il participe brillamment aux opérations militaires, ce qui lui vaut la Croix de guerre.

Le conflit mondial achevé, il entre dans la vie politique avec son élection, le 4 avril 1948 à l'Assemblée algérienne ; puis, le 20 mars 1949, il accède au mandat de conseiller général de la circonscription de Khroub.

Il se présente alors, sous l'étiquette Républicain démocrate indépendant, aux élections partielles du 30 septembre 1951, destinées à remplacer au Conseil de la République Jules Valle, élu député au mois de juin précédent ; il obtient au premier tour 109 voix sur 342 suffrages exprimés, mais est nettement distancé au second tour par Jacques Augarde, candidat de l'Entente républicaine.

Lors du scrutin du 18 mai 1952, il est cette fois élu au second tour, contre le sortant Albert Tucci ; il obtient alors 180 voix sur 348 suffrages exprimés.

Au Conseil de la République, il est membre du groupe des Républicains indépendants et siège à la Commission de l'éducation nationale, et à celle de l'intérieur.

C'est au nom de cette commission qu'il dépose de nombreux rapports sur la législation en vigueur en Algérie, notamment la recevabilité des appels interjetés en matière musulmane, les élections des délégués du personnel, les conditions d'application du sursis par les juges, les conseils de prud'hommes, l'exercice de la pharmacie, la réglementation des monuments historiques, la législation de l'urbanisme, et qu'il défend en séance publique son rapport sur l'allocation d'attente en matière de dommages de guerre dans ce territoire.

Il intervient également en 1955 sur la ratification des conventions signées entre la France et la Tunisie, la prolongation de l'état d'urgence en Algérie, la création du département de Bône, l'organisation administrative des services judiciaires en Algérie et la réparation des dommages qui y ont été causés par le terrorisme.

Les années suivantes il prend part aux débats sur la politique du gouvernement en Afrique du Nord, la création des justices de paix en Algérie et les communautés économique et atomique européennes. La gravité croissante de la situation algérienne l'amène, en 1958, à participer à de nombreux débats sur ce sujet, dont l'établissement de territoires autonomes en Algérie, puis l'état d'urgence sur le territoire métropolitain.

Les 2 et 3 juin 1958, il vote pour les pleins pouvoirs et pour la révision constitutionnelle.

Comme tous les sénateurs d'Algérie, son mandat est prorogé jusqu'aux élections du nouveau Sénat de la Vè République, qui interviennent pour ces circonscriptions le 31 mai 1959.

Marcel Delrieu ne s'y présente pas.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Marcel DELRIEU,
Appartenance politique
Groupe des Républicains Indépendants
Etat-civil
Né le 8 décembre 1900
Décédé le 7 octobre 1982
Profession
Exploitant agricole
Département
Constantine