Allez au contenu, Allez à la navigation

DIOP Soce Ousmane

Ancien sénateur du Sénégal

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 23 décembre 1946
  • Réélu le 14 novembre 1948
  • Fin de mandat le 17 mai 1952 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

DIOP (Ousmane Socé)

Né en 1911 à Rufisque (Sénégal)

Décédé le 27 octobre 1973 à Dakar (Sénégal)

Conseiller de la République, puis Sénateur du Sénégal de 1946 à 1952

Après l'obtention de son baccalauréat, Ousmane Diop se rend en France pour accomplir ses études supérieures.

Diplômé de l'école vétérinaire de Maisons-Alfort, il complète sa formation scientifique à l'Institut de médecine vétérinaire exotique. Parallèlement, il fréquente la faculté de lettres, où il obtient un certificat d'études supérieures de philologie française.

De retour au Sénégal, il s'y installe comme vétérinaire-inspecteur du service de l'élevage de l'AOF.

Lorsque éclate le second conflit mondial, il est mobilisé comme sous-lieutenant des services vétérinaires de septembre 1939 à octobre 1940, puis de 1943 à 1945.

A la fin des hostilités, il est candidat SFIO à la première Assemblée Constituante, le 21 octobre 1945, pour le collège des citoyens de Sénégal-Mauritanie. Le siège est alors enlevé par Lamine Gueye, Ousmane Diop recueillant pour sa part 3 633 voix sur 20 528 exprimés.

L'année suivante, il est élu le 15 décembre 1946, conseiller général de Dakar, puis, le 23 décembre, Conseiller de la République du Sénégal, en tête de la liste SFIO, qui remporte les trois sièges à pourvoir ; lui-même obtient alors 44 voix sur 45 exprimés.

Dans cette assemblée, il rejoint le groupe socialiste, et siège à la Commission du suffrage universel, et à celle de la France d'outre-mer.

Nommé, le 11 janvier 1949, secrétaire du conseil de la République, il démissionne de cette fonction le 15 novembre suivant, pour être remplacé par un autre socialiste, Jean Léonetti.

En 1950, il s'exprime, dans le cadre du projet de loi de finances, sur le crédits d'investissement dans les TOM, puis sur la proposition de loi relative aux soldes et indemnités des fonctionnaires d'outre-mer, ainsi que sur la vente des arachides au Sénégal.

En avril 1951, il intervient sur l'application de la légalité républicaine en AOF, puis sur le renouvellement de l'Assemblée nationale, et l'élection des députés dans les TOM.

Il est lui-même candidat aux élections législatives du 17 juin 1951 au Sénégal, en seconde position de la liste SFIO conduite par Lamine Gueye. Les deux sièges à pourvoir sont alors remportés par la liste du Bloc Démocratique Sénégalais, conduite par Léopold Sédar Senghor.

Au Conseil de la République, il intervient, au mois de décembre, sur le code du travail dans les TOM, puis sur les assemblées locales dans ces mêmes territoires.

Aux élections sénatoriales du 18 mai 1952, il est candidat en deuxième position sur la liste présentée par la SFIO au Sénégal qui, avec 8 voix sur 52 exprimés, ne remporte aucun des trois sièges à pourvoir.

Ousmane Diop n'est plus alors candidat à un mandat national sous la IVe République.

Ousmane Diop avait écrit, lorsqu'il était étudiant à Paris, sous le nom d'Ousmane Socé, deux romans : Karim, et Mirages de Paris, dont le premier obtient une consécration tardive avec l'attribution, en 1950, du grand prix littéraire de l'AOF. Il rédige ensuite Contes et légendes d'Afrique Noire.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Soce Ousmane DIOP,
Appartenance politique
Groupe Socialiste
Etat-civil
Né le 31 octobre 1911
Décédé le 27 octobre 1973
Profession
Vétérinaire
Département
Sénégal