Allez au contenu, Allez à la navigation

DURAND Jean

Ancien sénateur de la Gironde

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 7 novembre 1948
  • Fin de mandat le 19 juin 1955 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

1949 , 1950 , 1951 , 1952 , 1953 , 1954 , 1955

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

DURAND (Jean)

Né le 6 janvier 1907 à Génissac (Gironde)

Décédé le 20 février 1992 à Tizac-de-Curton (Gironde)

Sénateur de la Gironde de 1948 à 1955

Au terme de ses études secondaires, Jean Durand dirige dans son village natal une exploitation fruitière et viticole, que ses qualités de gestionnaire lui permettent de considérablement développer.

Durand la seconde guerre mondiale, il contribue, à la tête des organisations agricoles de la Gironde, à assurer un ravitaillement régulier et soutenu des zones urbaines, et anime en outre la résistance paysanne dans le sud-ouest de la France. Il est ainsi porté à la mairie de Génissac, en avril 1945, et sera confirmé dans son mandat lors des municipales d'octobre 1947 et de mai 1953.

Lorsqu'il se présente comme candidat dans la Gironde au Conseil de la République, pour les élections du 7 novembre 1948, il est membre du Conseil national agricole, du conseil d'administration de la Fédération des exploitants agricoles de la Gironde, secrétaire général du syndicat des fruits et primeurs du Bordelais, et préside l'office départemental agricole.

Cette bonne implantation locale lui vaut d'être élu, en tête de la liste du RGR et des Indépendants pour la défense des intérêts agricoles et économiques ; cette liste remporte alors un des quatre sièges à pourvoir, avec 372 voix sur 1 717 exprimés.

Au Conseil de la République, il rejoint le groupe du RGR et siège à la Commission de l'agriculture, et à la Commission de la presse. L'essentiel de ses interventions portent, bien sûr, sur les problèmes agricoles : ainsi s'exprime-t-il, dès 1948, sur le statut du fermage, et l'année suivante, sur les vins délimités de qualité supérieure, sur la situation de la production agricole française, et la politique agricole du Gouvernement ; il est également le rapporteur de la Commission de l'agriculture sur le projet de loi concernant l'incendie involontaire en forêt.

Il prend part, en novembre 1950, au débat consécutif à sa question orale sur la fixation des bénéfices forfaitaires agricoles et, en 1951, sur les dépenses de fonctionnement des services de l'agriculture.

Après le renouvellement partiel de juin 1952, il siège, outre à la Commission de l'agriculture, à celle des boissons, dont il devient vice-président, fonction qu'il conservera jusqu'au terme de son mandat sénatorial. Il est également nommé membre de la Commission de coordination des questions viticoles.

Il prend ainsi part au débat sur le budget de la défense nationale pour 1952, en souhaitant que soit relevée la ration de vin de la troupe ; puis il intervient sur le fonctionnement du service des alcools, et l'assainissement du marché du vin.

En 1953 et 1954, il intervient dans divers débats budgétaires pour évoquer plusieurs questions relatives aux marchés des boissons : distillation obligatoire, licences d'exportation de vin des coopératives, propagande en faveur du vin, service de répression des fraudes, institut des vins de consommation courante, cadastre viticole. Il s'exprime également sur le financement des fonds d'assainissement des marchés de la viande et des produits laitiers, et sur les conditions d'emploi par les entreprises agricoles des mutilés de guerre.

Les élections du 19 juin 1955 ne lui sont cependant pas favorables, car la liste des Républicains indépendants remporte alors deux des quatre sièges à pourvoir, les deux autres étant remportés par Georges Portmann, à la tête de la liste de défense des intérêts girondins, et par le sortant de l'Union des gauches, Robert Brettes.

Jean Durand est à nouveau candidat, sans plus de succès, aux sénatoriales du 26 avril 1959 dans la Gironde.

Il se consacre alors à l'administration de son domaine, et meurt en 1992, à l'âge de 85 ans.

Jean Durand était Chevalier de la légion d'Honneur.

DURAND (Jean)

Né le 6 janvier 1907 à Génissac (Gironde)

Décédé le 20 février 1992 à Tizac-de-Curton (Gironde)

Sénateur de la Gironde de 1948 à 1955

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1940-1958, tome III, p. 443-444)

Battu aux élections sénatoriales de 1959, Jean Durand se retire de la vie publique pour se consacrer à l'administration de son domaine.

Il meurt à l'âge de 85 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Jean DURAND,
Appartenance politique
Groupe de la Gauche Démocratique et du Rassemblement des Gauches Républicaines
Etat-civil
Né le 6 janvier 1907
Décédé le 20 février 1992
Profession
Exploitant agricole
Département
Gironde