Allez au contenu, Allez à la navigation

HYVRARD Jules

Ancien sénateur élu(e) par l'Assemblée Nationale

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 7 décembre 1946
  • Fin de mandat le 7 novembre 1948 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

HYVRARD (Jules)

Né le 8 février 1900 à Chamousset (Savoie)

Décédé le 12 mars 1985 à Annecy (Haute-Savoie)

Conseiller de la République élu par l'Assemblée nationale de 1946 à 1948

Né dans une famille savoyarde, Jules Hyvrard acquiert une éducation secondaire classique, encouragé par de nombreux prix, au collège catholique de Notre-Dame de la Villette à La Ravoire près de Chambéry. En juillet 1916, il est admissible au baccalauréat.

Début 1920, il est cheminot en gare d'Annecy et accomplit son service militaire en 1920-1921.

En 1922, il est employé au Crédit Lyonnais de Chambéry puis, en 1923, il devient « facteur aux écritures » au PLM à Culoz puis, à partir de 1928 à Annecy. Dans chacun de ces établissements, il crée une section du syndicat CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens), dont il est secrétaire régional pour l'Ain et les deux départements de Savoie.

De 1929 à 1936, période au cours de laquelle est pour la première fois appliquée la loi sur les assurances sociales, il est nommé directeur de la caisse primaire familiale à Annecy.

Jusqu'à l'âge de 23 ans, il milite pour l'ACJF (Association catholique de la jeunesse française) de Savoie. Ensuite, il adhère au Parti démocrate populaire dont il sera l'âme en Haute-Savoie, avec le futur député Louis Martel, de même qu'en Isère où il en est secrétaire général puis vice-président.

Bon orateur, il multiplie les conférences sur la doctrine sociale chrétienne. Vers 1930, il collabore avec le chanoine Alfred Clavel, directeur des oeuvres diocésaines, à un journal ouvert au monde ouvrier L'Eveil social. En 1931, il prend les fonctions de secrétaire permanent de la Mutuelle catholique de Haute-Savoie.

Sa carrière politique commence en 1935 lorsqu'il est élu conseiller général du canton de Mens, au sud du département de l'Isère.

L'année suivante, il achète une étude d'huissier de justice à Saint-Marcellin, à l'ouest du même département. Eloigné de ses attaches savoyardes, il doit accepter sa démission de directeur de la caisse primaire de Haute-Savoie.

En février 1942, il est affecté au contrôle des ressources près de Saint-Marcellin, dans le canton de Pont-en-Royans, en qualité de chef de district. Sous couvert de ses fonctions officielles, il rend de grands services à la Résistance locale. Il a en particulier assuré le ravitaillement du Maquis du Vercors au cours de l'été 1944, au moment de son occupation par les Allemands.

A la Libération, engagé dans le 1er régiment de tirailleurs marocains, il participe à la campagne d'Autriche. De ce fait, il ne prend pas part aux élections municipales et cantonales à la préparation desquelles il avait pourtant activement participé dans deux cantons de l'Isère. C'est au profit du MRP, mouvement auquel il adhère en novembre 1944, qu'il déploie cette activité politique.

Pour le remercier de ses services, le groupe MRP de l'Assemblée nationale le nomme au Conseil de la République en décembre 1946.

Dans cette assemblée, il est membre de plusieurs Commissions : travail et sécurité sociale, production industrielle, intérieur, comptabilité. Il s'intéresse notamment aux questions sociales, parfois comme rapporteur, ses interventions marquantes touchant les conseils de prud'hommes, les élections aux conseils d'entreprise, les accidents du travail et les maladies professionnelles, les mères de famille salariées, les questions de loyer, le problème du redressement économique et financier.

Lors des élections de 1948, Jules Hyvrard n'est pas réélu. Il reprend alors une activité professionnelle et syndicale (à la CFTC) dans des entreprises locales, jusqu'à sa retraite. En 1963, il est élu à la présidence du Conseil de Prud'hommes d'Annecy qui vient d'être créé.

C'est dans cette ville d'Annecy qu'il meurt le 12 mars 1985, à l'âge de 85 ans.

HYVRARD (Jules)

Né le 8 février 1900 à Chamousset (Savoie) Décédé le 12 mars 1985 à Annecy (Haute-Savoie)

Conseiller de la République élu par l'Assemblée nationale de 1946 à 1948

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1940-1958, tome IV, p. 363)

Battu aux élections sénatoriales de 1948, Jules Hyvrard reprend ses activités professionnelle et syndicale jusqu'à sa retraite. En 1963, il est élu à la présidence du conseil de prud'hommes d'Annecy.

Il s'éteint dans sa 86e année.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Jules HYVRARD,
Appartenance politique
Groupe du Mouvement Républicain Populaire
Etat-civil
Né le 8 février 1900
Décédé le 12 mars 1985
Profession
Directeur d'une caisse primaire familiale
Département
élu(e) par l'Assemblée Nationale