Allez au contenu, Allez à la navigation

LOISON Pierre

Ancien sénateur de la Seine-et-Oise

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 7 novembre 1948
  • Fin de mandat le 18 mai 1952 (Non réélu(e))

Extraits de la table nominative :

1949 , 1950 , 1951 , 1952

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

LOISON (Pierre)

Né le 25 mars 1902 à Paris (IIème)

Décédé le 2 mai 1975 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)

Sénateur de Seine-et-Oise de 1948 à 1952

Pierre Loison est agriculteur - arboriculteur et conseiller municipal RPF de Saint-Ger main-en-Laye quand il est élu au Conseil de la République pour représenter son département de Seine-et-Oise aux élections du 7 novembre 1948, sur une liste du Rassemblement du Peuple Français.

A son arrivée au Palais du Luxembourg, Pierre Loison est nommé membre de la Commission des affaires économiques, des douanes et des conventions commerciales ainsi que de la Commission du ravitaillement. En 1950, il entre à la Commission du travail et de la sécurité sociale et prend part aux travaux de la sous-commission chargée de suivre et d'apprécier la mise en oeuvre de la convention de coopération européenne et du programme de relèvement européen. Cette question est particulièrement épineuse en cette période de reconstruction et de pacification des relations entre les pays européens.

Les interventions de Pierre Loison au Conseil de la République ont révélé un homme soucieux de diminuer les disparités et les injustices sociales. Ainsi a-t-il déposé une proposition de résolution, avant de rédiger un rapport sur ce même sujet, afin d'uniformiser les titres d'alimentation, qui étaient l'objet de nombreux abus et inégalités. Après avoir déposé une proposition de loi sur les pensions militaires, Pierre Loison adresse une question orale au ministre des anciens combattants et des victimes de la guerre pour attirer son attention sur le mécontentement des pharmaciens qui avaient dû délivrer gratuitement des médicaments aux pensionnés ayant un carnet de soins gratuits et qui n'ont pas été remboursés ; de ce fait, en Seine-et-Oise, les pharmaciens ont décidé d'arrêter de donner les produits demandés ; il estime que d'une mesure sociale et généreuse est née une injustice tant pour les pharmaciens que pour les pensionnés privés de leur droit.

Pierre Loison s'est aussi penché sur les dépenses publiques. Il est choqué par certaines dépenses qu'il estime inutiles ou excessives, telles que la publication de discours de hauts fonctionnaires ou les éditions de luxe par les entreprises nationales. En revanche, il réclame la majoration des allocations familiales et la disparition des zones de salaire, qui n'ont pas de sens puisque selon lui, le coût de la vie est aussi élevé dans toutes les régions françaises, qu'elles soient rurales ou urbaines.

Outre ces interventions en faveur d'une plus grande justice sociale, Pierre Loison s'est manifesté sur l'état de l'environnement et de l'agriculture. Par une proposition de résolution, il invite le gouvernement à prendre les mesures susceptibles de pallier les conséquences désastreuses des conditions météorologiques sur les récoltes de betteraves à sucre. Il s'inquiète auprès du ministre de l'Intérieur du danger que constitue pour les populations riveraines le déversement dans la Seine des eaux d'égout de Paris, déversement qui risque de développer des maladies microbiennes.

En tant qu'arboriculteur, ses reproches concernent aussi le commerce défaillant des fruits et légumes, comme il s'en explique dans un article paru dans Le Rassemblement RPF en mai 1951. Pierre Loison met en exergue le décalage qui existe entre une production croissante de fruits et légumes et une commercialisation encore insuffisante et peu rationnelle de ces produits. Afin de remédier au problème de mévente et de surproduction, il préconise de chercher des débouchés extérieurs plus importants et plus nombreux. Il place ainsi sa confiance en la création d'un Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes qui étudierait les possibilités d'évolution de ces ventes.

Pierre Loison, en tête de la liste du mouvement des Indépendants et Républicains sociaux, n'est pas réélu aux élections du 18 mai 1952. Il poursuit néanmoins son activité au sein du Conseil général de Seine-et-Oise où il a été élu en octobre 1951 pour représenter le canton d'Arpajon.

Pierre Loison meurt le 2 mai 1975 à Clermont-Ferrand à l'âge de 73 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Pierre LOISON,
Appartenance politique
Groupe du Rassemblement du Peuple Français
Etat-civil
Né le 25 mars 1902
Décédé le 2 mai 1975
Profession
Agriculteur-arboriculteur
Département
Seine-et-Oise