Allez au contenu, Allez à la navigation

MICHELIN Jean

Ancien sénateur du Moyen-Congo

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 6 janvier 1957
  • Fin de mandat le 15 juillet 1959 (Cessation de mandat en application de l'ordonnance n°58-974 du 17 octobre 1958, relative au fonctionnement provisoire des pouvoirs publics)

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

MICHELIN (Jean)

Né le 15 octobre 1907 à Auxonne (Côte-d'Or)

Décédé le 21 avril 1973 à La Colle-sur-Loup (Alpes-Maritimes)

Sénateur du Moyen-Congo de 1957 à 1958

Installé à Brazzaville comme directeur d'une société métallurgique et industrielle, Jean Michelin fut mobilisé à Hanoi en 1927-1929 et en 1939-1940. A son retour au Moyen-Congo, il s'investit davantage dans la vie politique de sa région d'adoption. Ainsi, en 1952, il est élu pour cinq ans comme conseiller territorial sympathisant RPF puis il devient membre de la commission municipale de la commune mixte de Brazzaville de 1953 à 1956. Lorsqu'il est élu sénateur du Moyen-Congo en janvier 1957 en remplacement de Jean Coupigny, démissionnaire, Jean Michelin est attaché à l'UNR.

Au Conseil de la République, il rejoint diverses commissions : la commission de la famille et celle du travail et de la sécurité sociale comme membre titulaire et la commission des affaires économiques comme membre suppléant. Puis en 1958, il est nommé membre de la commission de la France d'outre-mer et membre suppléant de la commission de coordination pour l'examen des problèmes intéressant les affaires d'Indochine. La compétence de Jean Michelin se situe bien dans les problématiques de l'Union française. En 1957-1958, son activité est très féconde sur ces sujets. Il dépose ainsi une proposition de résolution, puis rédige un rapport afin d'appuyer cette proposition, invitant le gouvernement à instituer des tribunaux mixtes de commerce en Afrique occidentale française, en Afrique équatoriale française et au Cameroun. Jean Michelin intervient également sur la sécurité de la population française en Tunisie et sur la prorogation du mandat des conseillers de la République élus en Algérie.

Concernant la politique extérieure de la France, Jean Michelin dépose une proposition de résolution afin que le Gouvernement reconnaisse officiellement la République populaire de Chine et une proposition de résolution visant à accorder au Royaume du Laos une aide nécessaire à son développement économique et social. Il propose également de rétablir la gratuité dans les établissements français d'enseignement au Viet-Nam.

Mais Jean Michelin a surtout imposé sa présence par différentes questions orales posées lors des séances parlementaires. Il demande ainsi au ministre de la France d'outre-mer pour quelles raisons le barrage de Kouilou au Moyen Congo fut abandonné au profit de celui d'Inga au Congo belge. Il reproche au gouvernement de regarder davantage les intérêts étrangers que les intérêts locaux. Jean Michelin fait aussi remarquer la vive opposition qui naît au Moyen Congo concernant les réglementations prises sur l'importation de farines métropolitaines en Afrique équatoriale française. Il adresse enfin une question directement au président du Conseil sur la situation des personnes qui ont été expulsées de Tunisie, afin de savoir quand elles auront la fin du paiement de leurs biens.

En juin 1958, Jean Michelin écrit un article particulièrement novateur dans Le journal du Parlement proposant la création d'un « ministère des abus », qui pourrait permettre au peuple français « d'exhaler sa mauvaise humeur et ses griefs ». Tout citoyen qui aurait besoin d'un renseignement administratif, ou qui aurait à se plaindre de retards dans la solution de ses problèmes ou à se faire expliquer une décision de refus pourrait y avoir recours. Ceci serait aussi un moyen de dénoncer les « abus de fonctionnaires omnipotents ».

Les 2 et 3 juin 1958, Jean Michelin vote en faveur des pleins pouvoirs et de la révision constitutionnelle.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Jean MICHELIN,
Appartenance politique
Groupe du Rassemblement d'Outre-Mer (Ratt. RPF) (Ratt. RS en 1955)
Etat-civil
Né le 15 octobre 1907
Décédé le 21 avril 1973
Profession
Directeur de société
Département
Moyen-Congo