Allez au contenu, Allez à la navigation

PISANI Edgard

Ancien sénateur de la Haute-Marne

Election

  • Elu le 1er août 1954
  • Réélu le 19 juin 1955
  • Fin de mandat le 26 avril 1959 (Elu(e) sénateur de la cinquième République)

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

PISANI (Edgard)

Né le 9 octobre 1918 à Tunis

Sénateur de la Haute-Marne de 1954 à 1958

Après une enfance passée en Tunisie, Edgard Pisani poursuit ses études en métropole au Lycée Louis-le-Grand puis à la Sorbonne où il obtient une licence de lettres. Il est ensuite diplômé du Centre de Hautes Etudes Administratives et de l'Institut des Hautes Etudes de la Défense nationale. Promis à une carrière au sein de la haute administration, la guerre l'empêche momentanément de concrétiser ses projets. Après sa démobilisation en 1940, il entre dans la Résistance où il se montre très actif. En 1944, il est nommé chef de cabinet du préfet de police puis deux ans plus tard, directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur. Le 1er août 1946, à 28 ans, il obtient le poste de préfet de Haute-Loire, ce qui fait de lui le plus jeune préfet de France. En janvier 1947, il devient directeur de cabinet du ministre de la Défense nationale pour quelques mois plus tard devenir à nouveau préfet de Haute-Marne (1er décembre 1947).

En marge de son activité professionnelle, Edgard Pisani publie plusieurs ouvrages traitant essentiellement des problèmes spécifiques aux collectivités locales. Lors de ses mandats parlementaires successifs, il continuera d'écrire de nombreux articles dans le Haut-Marnais républicain ainsi que dans la Haute-Marne libérée.

Inscrit sur la liste du Rassemblement des gauches républicaines, Edgard Pisani est élu, le 1er août 1954, sénateur de Haute-Marne en remplacement de Charles Barret, décédé le 31 mai. Il est nommé membre de la commission de la reconstruction ainsi que de la commission de la défense nationale. Il est de plus secrétaire de la sous-commission chargée de suivre et de contrôler l'emploi des crédits affectés à la défense nationale. Très actif, Edgard Pisani se montre particulièrement intéressé par les discussions budgétaires, les questions concernant les collectivités locales, l'organisation de la défense nationale ainsi que le mode d'élection des députés. Il intervient régulièrement dans les débats parlementaires et dépose plusieurs textes. Au début de l'année 1955, il participe aux discussions relatives aux votes des budgets de l'agriculture, des travaux publics, de l'éducation nationale, de la reconstruction et des comptes spéciaux du Trésor. De même, il pose une question orale au ministre de l'intérieur à propos des collectivités locales. Au terme du débat, il dépose une proposition de loi visant à favoriser les capacités d'investissement de celles-ci (10 mars 1955). Il est par ailleurs rapporteur d'une proposition de loi portant sur la réforme du recrutement de l'armée et à ce titre, intervient dans les débats concernant l'organisation générale de la défense nationale.

Le 19 juin 1955, Edgard Pisani est réélu sénateur dès le premier tour avec 405 voix pour 752 suffrages exprimés. Il est nommé membre titulaire des commissions de la reconstruction (1955-1958), de la défense nationale (1955-1958), membre de la commission du travail et de la sécurité sociale (1955-1958), membre suppléant de la commission des finances (1955-1958) et enfin membre des sous-commissions chargées de suivre et de contrôler l'emploi des crédits affectés à la défense nationale, d'une part, et de coordonner et de mettre en oeuvre le deuxième plan de modernisation et d'équipement prévu par le décret du 11 décembre 1951, d'autre part. En qualité de rapporteur de la commission de la défense nationale, il prend la parole aux cours des débats concernant les projets de loi sur l'organisation générale de la défense nationale, sur la convocation des réservistes et la proposition de résolution portant sur la structure ministérielle de la défense nationale. Par ailleurs, sensible à la situation économique et sociale de son département, il pose une question orale au ministre de la Reconstruction à propos de la répartition des tâches entre les différents acteurs dans le cas où les besoins sont permanents à l'échelle locale.

En 1956, Edgard Pisani dépose un grand nombre de textes à propos de thèmes qui lui tiennent à coeur. Sa proposition de loi du 8 mars 1956, notamment, vise à fixer le mode d'élection des députés de l'Assemblée nationale. Il est par ailleurs le co-auteur, avec le sénateur de Maupeau, d'un important rapport traitant des perspectives offertes par l'énergie atomique dans le domaine de la Défense nationale (8 juin 1956). Selon Edgard Pisani, il est indispensable que la France se dote d'une politique de dissuasion nucléaire afin de se maintenir au rang des grandes puissances. Enfin, le 14 juin, il monte à la tribune afin de défendre les collectivités locales au détriment des régions qui ne représentent à son sens aucune réalité économique ou humaine stable. Le 5 février 1957, en qualité de rapporteur de la commission de la reconstruction, il défend la loi cadre relative à la construction de logements et d'équipements collectifs. Pour Edgard Pisani, le logement joue un rôle essentiel dans la vie de chaque individu, il est aussi l'indice « du niveau de civilisation de la société ». D'ailleurs rien n'oppose, selon lui, propriété privée et vie collective.

Européen convaincu, Edgard Pisani vote pour la création du marché commun et de l'Euratom (23 août 1957). La France doit cependant s'engager à mener une réforme profonde et à régler la crise algérienne afin de tenir sa place au sein de la communauté européenne. A la fin de la IVème République, il parle au cours de la discussion portant sur le projet de loi relatif aux crédits militaires. Pour Edgard Pisani, le budget doit refléter la capacité d'anticipation sur les grands enjeux futurs. Ainsi, il ne s'agit pas seulement d'accumuler du matériel militaire mais avant tout de définir des hiérarchies et des responsabilités.

Le 16 mai 1958, Edgard Pisani vote contre l'état d'urgence car pour lui, le gouvernement a déjà de fait les pleins pouvoirs. De plus, un vote positif ne ferait, selon lui, qu'aggraver « la cassure entre la métropole et l'Algérie ». Il argue qu'une solution devrait plutôt être trouvée dans le cadre d'une confédération nord-africaine. Les 2 et 3 juin 1958, il vote les pleins pouvoirs et la révision constitutionnelle. Le 11 décembre 1958, il est nommé membre de la commission spéciale chargée d'élaborer le règlement provisoire du Sénat.

Chevalier de la Légion d'honneur, Edgard Pisani est titulaire de la croix de guerre 1939-1945 ainsi que de la médaille de la Résistance.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Edgard PISANI,
Appartenance politique
Groupe de la Gauche Démocratique et du Rassemblement des Gauches Républicaines
Etat-civil
Né le 9 octobre 1918
Profession
Préfet
Département
Haute-Marne