Allez au contenu, Allez à la navigation

PERRON Jean-Jacques

Ancien sénateur du Var

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Elu le 25 septembre 1977
  • Fin de mandat le 5 octobre 1978 (décédé)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires sociales
  • Membre du Groupe Socialiste

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

PERRON (Jean-Jacques)

Né le 24 décembre 1935 à Hyères (Var)

Décédé le 5 octobre 1978 à Hyères (Var)

Sénateur du Var de 1977 à 1978

Après avoir fréquenté les écoles primaire et secondaire d'Hyères et d'Aix, Jean-Jacques Perron entreprend des études de médecine à Marseille. Il fait son internat dans le Var, et obtient son doctorat en 1962. Il remplit ensuite ses obligations militaires comme sous-lieutenant au 19e régiment d'artillerie de Draguignan, puis s'installe comme médecin à Hyères. Membre de la convention des institutions républicaines (CIR) en 1967, il adhère au Parti socialiste l'année suivante, puis il est élu au conseil municipal de sa ville natale en 1968. Il remplit les fonctions d'adjoint au maire et de directeur du bureau d'aide sociale, réorganisant les services sociaux et innovant dans de nombreux domaines. Réélu en 1969 à la suite d'une élection partielle, il assume également les responsabilités de premier secrétaire de la section socialiste d'Hyères, et de président du « Hyères football club ». Grâce à la confiance de ses administrés, il est reconduit dans son mandat municipal jusqu'en 1977, date à laquelle il devient maire. Il cherche alors à dynamiser la vie locale et lançant divers projets comme le festival du jeune cinéma, un marché floral, et un musée archéologique de la mer. Sensible aux questions environnementales, il s'attache également à favoriser l'installation de stations de dépollution.

Conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, il est élu sénateur le 25 septembre 1977. Il s'inscrit au groupe socialiste de la Haute Assemblée et devient membre de la commission des affaires sociales. Il participe en séance publique à la discussion du projet de loi de finances pour 1978, abordant des sujets aussi variés que les parcs nationaux, les forces armées, et le monde du travail. L'indemnisation des Français d'outre-mer dépossédés de leurs biens retient toute son attention ; il prend leur défense et ne mâche pas ses mots lorsqu'il s'agit de dénoncer un projet de loi qu'il estime insuffisant. Enfin, il interroge le ministre de l'Intérieur sur la destinée de l'île de Porquerolles, et compte parmi les membres de la commission d'enquête créée pour étudier les conséquences de l'échouement de l'Amoco Cadiz sur les côtes bretonnes.

Alors qu'il vient d'être nommé vice-président du Parc national de Port-Cros, Jean-Jacques Perron décède brutalement d'une crise cardiaque dans sa quarante-troisième année. Numismate passionné, grand amateur de voile et de musique classique, il laisse le souvenir d'un homme « dévoué jusqu'à la limite de ses forces ».

Le président du Sénat, Alain Poher, prononce son éloge funèbre le 24 octobre 1978.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Jean-Jacques PERRON, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe Socialiste
Etat-civil
Né le 24 décembre 1935
Décédé le 5 octobre 1978
Profession
Médecin
Département
Var