Allez au contenu, Allez à la navigation

SOUDANT Robert

Ancien sénateur de la Marne

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Elu le 26 avril 1959
  • Réélu le 26 septembre 1965
  • Fin de mandat le 1er octobre 1974 (ne se représente pas)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires sociales
  • Membre du Groupe des Républicains Populaires et du Centre Démocratique

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

SOUDANT (Robert)

Né le 21 mai 1905 à Marvaux (Ardennes)

Décédé le 26 décembre 1980 à Sommepy-Tahure (Marne)

Sénateur de la Marne de 1959 à 1974

Né le 21 mai 1905 à Marvaux, en terre ardennaise, Robert Soudant fait ses études à l'école primaire de son village natal puis au collège Saint-François-de-Sales à Dijon. Issu d'une famille de cultivateurs, il embrasse lui aussi cette profession : il s'installe en 1932 dans la Marne, à Sommepy. Il ne va plus dès lors quitter cette petite commune située dans la plaine de craie champenoise ravagée par les combats de la Grande guerre.

Après le second conflit mondial qui l'a vu appartenir au groupe de résistance de Suippes, il participe pleinement à la révolution agricole qui bouleverse la Champagne crayeuse. Des déboisements considérables associés à un important remembrement et à l'essor de la mécanisation permettent alors la mise en valeur d'une Champagne qui de « pouilleuse » devient l'une des régions agricoles les plus modernes et les plus riches de France. Robert Soudant assume diverses fonctions au sein de ce monde agricole champenois touché par des mutations d'une ampleur inédite : membre de la fédération départementale des exploitants agricoles et de la chambre d'agriculture de la Marne, il exerce la vice-présidence de la coopérative de céréales et d'approvisionnement de la Marne et de la coopérative de la Providence agricole de la Champagne. Président de la caisse locale de crédit agricole, il est en outre administrateur de plusieurs mutuelles agricoles.

S'il siège au sein de son conseil municipal dès 1935, c'est en se faisant élire maire de Sommepy en avril 1945 que Robert Soudant s'engage véritablement dans la vie publique. Pendant vingt-huit ans il administre ainsi ce village, en grande partie occupé par le vaste camp militaire de Suippes, et rebaptisé Sommepy-Tahure en 1950 afin de perpétuer la mémoire de la commune voisine de Tahure, détruite pendant la Première guerre mondiale. En 1945, il est également élu conseiller général du canton de Ville-sur-Tourbe. Réélu à chaque élection cantonale jusqu'en 1973, il préside le conseil général de la Marne de 1964 à 1972. Désireux de représenter son département au niveau national, il se présente en vain sous l'étiquette du Mouvement républicain populaire (MRP) aux premières élections législatives de l'après-guerre, en octobre 1945. Par la suite, il essuie d'autres échecs électoraux lors des scrutins législatifs de juin 1951, janvier 1956 et novembre 1958.

A la suite de cette dernière défaite électorale, Robert Soudant décide de se porter candidat à un siège à la Haute assemblée lors du premier scrutin sénatorial de la Ve République, organisé le 26 avril 1959. Deuxième sur la liste MRP conduite par le maire d'Epernay Roger Menu, il manque son élection au premier tour d'une seule voix : il recueille 577 voix sur 1 157 suffrages exprimés, tandis que Roger Menu est réélu avec 634 voix. Robert Soudant est toutefois aisément élu au second tour de scrutin avec 704 voix sur 1 112 suffrages exprimés. Avec deux sièges obtenus sur les trois à pourvoir, le MRP confirme ainsi son enracinement dans la Marne.

Robert Soudant sollicite le renouvellement de son mandat le 26 septembre 1965 sur une liste commune aux trois sénateurs sortants que dirige l'indépendant Marcel Lemaire. Avec 785 voix sur 1 189 suffrages exprimés, le président du conseil général de la Marne est cette fois reconduit dès le premier tour, tout comme Marcel Lemaire et Roger Menu. Membre du MRP jusqu'en 1966, date à laquelle il adhère au Centre démocrate fondé par Jean Lecanuet, il s'inscrit tout naturellement au groupe des Républicains populaires à son arrivée au Palais du Luxembourg, puis à celui de l'Union centriste des démocrates de progrès (UCDP), constitué à la suite des élections de septembre 1968. Après un bref passage à la commission des affaires culturelles de mai à novembre 1959, il siège ensuite de manière continue à la commission des affaires sociales jusqu'à la fin de son mandat, en octobre 1974.

Robert Soudant intervient fréquemment en séance publique à propos du domaine auquel il consacre l'essentiel de son existence : l'agriculture. Il prend la parole au sujet de la politique agricole gouvernementale comme du remembrement des propriétés rurales, des subventions accordées par l'Etat aux agriculteurs comme de la structure foncière des forêts françaises. En novembre 1959, il juge notamment nécessaire de prendre des mesures pour « stopper le malaise des agriculteurs » provoqué par la disparité croissante entre prix industriels et prix agricoles. L'élu rural se préoccupe plus particulièrement de la protection sociale des agriculteurs. Elu membre de la commission consultative des assurances sociales agricoles en 1960, il est rapporteur pour avis de la commission des affaires sociales sur le budget des prestations sociales agricoles de 1963 à 1972. Il rapporte également une proposition de loi concernant les accidents du travail agricole dus à une faute intentionnelle en 1963, ainsi qu'un projet de loi relatif à l'assurance des travailleurs de l'agriculture contre les accidents du travail et les maladies professionnelles en 1971. Il intervient aussi dans les débats sur le projet de loi relatif aux assurances sociales des exploitants agricoles en 1960 et sur le texte instituant l'obligation d'assurance des personnes non salariées dans l'agriculture en 1961.

Au cours de ses mandats, le sénateur de la Marne vote pour la loi autorisant le Gouvernement à prendre certaines mesures relatives au maintien de l'ordre, à la sauvegarde de l'Etat, à la pacification et à l'administration de l'Algérie (1960), pour la loi portant réforme des régimes matrimoniaux (1965), pour la loi Neuwirth relative à la régulation des naissances (1967), pour la loi portant création et organisation des régions (1972), pour la loi Royer d'orientation du commerce et de l'artisanat (1973) et pour la loi fixant à dix-huit ans l'âge de la majorité (1974).

Après avoir siégé au Palais du Luxembourg durant quinze ans, il décide de ne pas se représenter aux élections sénatoriales de septembre 1974. Il avait auparavant déjà abandonné ses deux principaux mandats locaux au cours de l'année 1973 : celui de conseiller général de la Marne et celui de premier magistrat de Sommepy-Tahure, fonction à laquelle lui succède son fils Bernard. Il quitte également le Conseil régional de Champagne-Ardenne dont il était membre depuis son installation en 1973.

Chevalier de la Légion d'honneur, chevalier du Mérite agricole et chevalier du Mérite social, Robert Soudant s'éteint à son domicile, à l'âge de soixante-quinze ans, des suites d'une longue maladie.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Robert SOUDANT, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe des Républicains Populaires et du Centre Démocratique
Etat-civil
Né le 21 mai 1905
Décédé le 26 décembre 1980
Profession
Agriculteur
Département
Marne