Allez au contenu, Allez à la navigation

Extrait de la table nominative 1987

LEJEUNE (Max), sénateur de la Somme (GD).

NOMINATIONS

- Membre de la commission des affaires étrangères.

DÉPÔTS

Proposition de loi, déposée avec plusieurs de ses collègues, relative à la création de zones d'entreprises dans le département de la Somme [n° 357 (86-87)] (7 juillet 1987) - Emploi.

Avis, présenté au nom de la commission des affaires étrangères, sur le projet de loi de finances pour 1988 [n° 92 (87-88)], adopté par l'Assemblée nationale - Défense - Dépenses ordinaires - Articles 34 et 35 - Section marine - [n° 96 (87-88) tome 8] (16 novembre 1987).

INTERVENTIONS

- Question au Gouvernement : création de zones d'entreprises dans la Somme (9 avril 1987) (p. 121).

- Projet de loi organisant la consultation des populations intéressées de la Nouvelle-Calédonie et dépendances [n° 178 (86-87)] - (29 avril 1987) - Discussion générale (p. 579) : existence de 80.000 électeurs en Nouvelle-Calédonie pour une population de 150.000 habitants et une superficie égale à deux fois celle de la Corse - Importance du métissage - Choix du statut de territoire d'outre-mer par la Nouvelle-Calédonie après la deuxième Guerre mondiale - Abrogation du statut en 1963 et remise de l'autorité à un gouverneur - (p. 580) : sérieuses dégradations depuis 1981 - Déclaration en 1979 du premier secrétaire du parti socialiste, François Mitterrand, et promesse d'accorder l'indépendance à la Nouvelle-Calédonie en cas d'accession au pouvoir - Nomination de M. Christian Nucci, Haut-commissaire à Nouméa et mise à l'écart de M. Dick Ukeiwé au bénéfice de M. Tjibaou à la présidence de l'assemblée territoriale - Création du parti indépendantiste calédonien en 1982 - Rappelle la démission du député Jacques Lafleur en signe de protestation - Affirmation d'une politique de prédétermination sans consultation des intéressés - Promesse d'autodétermination lors de la conférence de Nainville-les-Roches en 1983 et annonce d'un référendum en 1989 - Succès des loyalistes aux élections de novembre 1983 et élection de M. Dick Ukeiwé aux fonctions de président du gouvernement territorial - Constitution d'un prétendu gouvernement provisoire canaque autour de M. Tjibaou , premier acte de sécession - Participation des seuls Mélanésiens à la consultation référendaire et indépendance, exigences indépendantistes - Nomination de M. Edgard Pisani le 3 décembre 1984 en qualité de délégué du Gouvernement- Apaisement des esprits et rétablissement de l'ordre avec le remplacement de M. Edgard Pisani par M. Fernand Wibaux - Projet d'indépendance-association de M. Edgard Pisani et découpage savant pour donner la majorité aux indépendantistes canaques - Report du référendum et remplacement du statut Lemoine jamais appliqué par le statut Pisani- (p. 581) : élections de 1986 et rétablissement de l'ordre républicain - Indemnisation des personnes victimes des événements par le Gouvernement Chirac - Réduction des forces de l'ordre - Souhaite que la consultation puisse se dérouler dans le calme et dans les conditions d'impartialité prévues par la loi - Statut proposé par le Gouvernement fondé sur l'autonomie et la régionalisation après adoption du référendum- Parlement appelé à adopter le nouveau statut de la Calédonie après consultation du congrès du territoire - Réforme foncière et scolarisation, éléments essentiels de la grande oeuvre à entreprendre - Richesse du sol de la Nouvelle-Calédonie et du fond des mers qui l'entourent - Position géographique clé pour les forces aériennes et navales du monde libre - Souhaite que le Président de la République reprenne les propos qu'il avait tenus le 2 décembre 1984 avec M. Dick Ukeiwé, à savoir que « tout serait fait pour que la Nouvelle-Calédonie demeure la France si les Calédoniens le souhaitent » - Rôle de gardien de la Constitution et de garant de l'intégrité du territoire national et des libertés publiques du Président de la République.

- Projet de loi de programmation relative à l'équipement militaire pour les années 1987-1991 [n° 174 (86-87)] - (6 mai 1987) - Discussion générale (p. 751) : rôle de la bombe à neutrons dans la dissuasion dans le cas d'une Europe dénucléarisée- Débat sur le porte-avions nucléaire - Evolution de la flotte de surface - Risque d'une exclusivité donnée au théâtre européen : exemple des problèmes posés par la surveillance de l'espace maritime proche de la base de Kourou ; poussée stratégique de l'Union soviétique et activité révolutionnaire de Kadhafi dans la zone du Pacifique-Sud.

- Projet de loi relatif au règlement de l'indemnisation des rapatriés [n° 208 (86-87)] - Suite de la discussion - (17 juin 1987) - Art. 2 (p. 1928) : son amendement n° 13, soutenu par M. Jacques Pelletier: situation des rapatriés des anciens départements sahariens, des Oasis et de la Saoura ; retiré. - Projet de loi de finances pour 1988 [n° 92 (87-88)].

Deuxième partie :

Défense - (24 novembre 1987) - Rapporteur pour avis (section marine) (p. 4446) : augmentation des crédits de paiement de la marine - Priorité aux équipements - Diminution des crédits de carburants - Interrogation sur le coût des opérations du golfe Persique - Insuffisance de l'entretien programmé - Vieillissement de la flotte - Hausse des crédits d'équipement en conformité avec les orientations de la loi de programmation - Existence de deux marines à vocation distincte : la force océanique de dissuasion et la flotte classique- Augmentation des crédits « recherche et développement »- Hausse des crédits d'équipement de l'aéronautique navale- Problème du renouvellement de la flotte classique et construction nécessaire de 10 000 à 12 000 tonnes par an pour en maintenir la capacité militaire - Signale le nombre important de bâtiments qui ont plus de trente ans d'âge- (p. 4447) : problème de la sécurité de l'emploi du militaire- Conséquences de la crise économique sur les tâches et sur les carrières - Coût élevé d'une marine efficace - Rappelle la mission du groupe aéronaval dans l'océan Indien - Marine indispensable pour continuer d'assurer la présence de la France partout dans le monde - Au nom de la commission, se déclare favorable à l'adoption de ces crédits.

- Question au Gouvernement : vente d'armes à l'Iran (17 décembre 1987) (p. 5604).