Allez au contenu, Allez à la navigation

Extrait de la table nominative 1975

MALECOT (M. KLÉBER) [Loiret].

Questions orales :

M. Kléber Malécot appelle l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur, sur l'importance du rôle des plans d'aménagement rural dans l'élaboration et l'exécution du VIIe Plan. Dans cette perspective, il lui demande de lui préciser la politique qu'il envisage de promouvoir à l'égard de la constitution des plans d'aménagement rural, afin que les travaux réalisés par les élus locaux permettent de tracer des perspectives et de préparer des réalisations importantes en faveur des collectivités dont ils assurent la responsabilité [16 avril 1975] (n° 1568). - Réponse [10 juin 1975] (p. 1378).

M. Kléber Malécot demande à M. le ministre de l'éducation les raisons de la réorganisation des services de l'administration centrale du ministère de l'éducation [8 août 1975. - J. O., Débats 21 août 1975] (n° 1649).

M. Kléber Malécot demande à Mme le ministre de la santé quelles mesures elle compte prendre pour améliorer les conditions d'exercice de la médecine en milieu rural, en particulier par le développement de la médecine de groupe [30 octobre 1975] (n° 1699). - Réponse [18 novembre 1975] (p. 3412, 3413).

Interventions :

Est entendu lors de la réponse de M. Michel Poniatowski, ministre d'Etat, ministre de l'intérieur, à sa question orale n° 1568 relative aux plans d'aménagement rural (cf. supra) [10 juin 1975] (p. 1378). - Prend la parole lors de la réponse de Mme Simone Veil, ministre de la santé, à sa question orale n° 1699 concernant l'exercice de la médecine en milieu rural (cf. supra) [18 novembre 1975] (p. 3412, 3413). - Prend part à la discussion du prejet de loi de finances pour 1976, adopté par l'Assemblée nationale. - Suite de la discussion. [5 décembre 1975]. - EDUCATION. - Rappelle l'insuffisance du taux de scolarisation de quatorze à seize ans (p. 4136) ; constate que le VIe Plan a subi des retards importants au niveau des constructions scolaires (ibid.) ; souhaite que les chefs d'établissement soient davantage associés à l'attribution du crédit complémentaire spécial en ce qui concerne les bourses (ibid.) ; s'inquiète de la diminution du nombre des postes mis au recrutement (ibid.) ; souligne que la résorption de l'auxiliariat n'est pas encore assurée (ibid.) ; se préoccupe de la réforme de la catégorie A des personnels du second degré ainsi que de la promotion des enseignements technologiques longs et de leurs maîtres (revalorisation indiciaire des professeurs techniques adjoints) (ibid.) ; rappelle que le problème du statut des bibliothécaires documentalistes n'est pas réglé (ibid.) ; souhaite le développement de l'enseignement des disciplines artistiques et des travaux manuels éducatifs (ibid.) ; regrette l'absence de mesures de rattrapage permettant de doter les établissements nationalisés et les autres d'un nombre de postes suffisant de personnels non enseignants (ibid.) ; insiste sur la nécessité de l'entretien du patrimoine immobilier de l'éducation nationale (ibid.) ; souhaite la promulgation rapide du statut des professeurs de braille (p. 4137) ; évoque le problème de la liaison entre enseignements préscolaires et élémentaires (ibid.) ; se félicite des mesures prises en faveur du développement de l'enseignement préscolaire en milieu rural (ibid.) . - UNIVERSITÉS. - Son intervention est lue par M. Robert Parenty à la tribune (p. 4165).