Allez au contenu, Allez à la navigation

Extrait de la table nominative 1973

MAURICE-BOKANOWSKI (M. MICHEL) [Hauts-de-Seine].

Question orale :

M. Michel Maurice-Bokanowski appelle l'attention de M. le ministre de la santé publique et de la sécurité sociale sur les problèmes que connaissent actuellement plusieurs milliers de rééducateurs en psychomotricité. L'enseignement de la rééducation psychomotrice a été institué par un décret du 4 février 1963 du ministère de l'éducation nationale. La faculté de médecine ainsi que l'institut supérieur de rééducation psychomotrice, qui groupent environ 1.600 étudiants, assurent cette formation. En juin 1972, un décret devait être publié réglementant la profession. En l'absence de cette réglementation une proposition de loi a été déposée à l'Assemblée nationale visant à attribuer aux masseurs kinésithérapeutes le monopole d'exercice de la profession. Or, rien n'autorise à assimiler ces deux professions qui n'ont pas le même champ d'application et n'utilisent pas les mêmes techniques. Il lui demande s'il ne lui paraît pas urgent de donner un statut à cette profession qui concerne directement l'enfance inadaptée afin de la préserver contre la monopolisation de la rééducation psychomotrice par une autre profession [25 avril 1973] (n° 1326). - Réponse [3 mai 1973] (p. 268, 269).

Question orale avec débat :

M. Michel Maurice-Bokanowski demande à M. le Premier ministre quelles sont les prévisions du Gouvernement en ce qui concerne la construction aéronautique française. Il a, en effet, pu constater que dans la région parisienne tout particulièrement, où se trouvent de nombreuses usines travaillant pour l'aviation, les menaces de licenciement s'accentuent, créant une grande inquiétude parmi le personnel hautement qualifié et difficilement réadaptable dans une autre branche de l'industrie [10 mai 1973] (n° 29). - Discussion [19 juin 1973] (p. 765 à 770 ; 787 à 798).

Interventions :

Est entendu lors de la réponse de Mlle Marie-Madeleine Dienesch, secrétaire d'Etat à la santé publique et à la sécurité sociale, à sa question orale n° 1326 (cf. supra) [3 mai 1973] (p. 269). - Est entendu au cours du débat sur sa question orale n° 29 relative à la situation de l'industrie aéronautique (cf. supra) [19 juin 1973] (p. 765 à 767).