Allez au contenu, Allez à la navigation

Extrait de la table nominative 1977

MAURICE-BOKANOWSKI (MICHEL), sénateur des- Hauts-de-Seine (RPR).

Réélu sénateur le 25 septembre 1977.

NOMINATIONS

Membre de la commission des affaires étrangères de la défense et des forces armées.

Est nommé membre de la commission chargée d'examiner la proposition de résolution tendant à requérir la suspension de poursuites engagées contre M. Georges Dardel, sénateur des Hauts-de-Seine [17 mai 1977].

Est nommé de nouveau membre de la commission des affaires étrangères de la défense et des forces armées [6 octobre 1977].

INTERVENTIONS

- Déclaration de politique générale du Gouvernement portant sur sa politique économique et sociale [5 mai 1977]. (p. 785) : « les vieux grognards » lutteront pour le maintien de la société libérale. L'objectif prioritaire est de bloquer l'inflation. La tenue du franc. La concurrence mondiale. Approuve l'orientation générale du programme du Gouvernement, souhaite que certaines mesures concrètes accélèrent le rythme du redressement. La modération de la pression concurrentielle, dans le cadre même des traités européens. La nécessité d'un certain protectionnisme provisoire. (p. 786) : le droit au travail. Le maintien ces dernières années d'effectifs constants que ne justifiait plus l'accroissement de la productivité. La trop faible efficacité des agences nationales pour l'emploi et des agences pour la formation professionnelle. Le problème de l'emploi des jeunes. La présence de travailleurs immigrés. L'emploi dans les houillères de Lorraine et du Nord. L'établissement d'un statut du travailleur de force. Rend hommage au talent des chercheurs et des techniciens français. La création d'emplois dans les régions faibles. La récession à Fougères en Bretagne. Regrette la tutelle dans laquelle le ministère des finances tient les autres administrations. (p. 787) : un pouvoir au service de l'immobilisme. Les arbitrages effectués par le ministère des finances. Les prévisions effectuées quant au prix de l'énergie. La politique de la sidérurgie axée sur les usines côtières tandis qu'en dépit de la Moselle canalisée la sidérurgie lorraine était insuffisamment moderne. Opposition du ministère des finances à des programmes d'investissement accéléré de l'équipement téléphonique. L'orientation de l'aménagement du territoire axée sur les pays de l'Ouest et du Sud-Ouest. La nécessité d'une réforme fiscale profonde. L'amélioration des rapports entre l'administration et les administrés. L'éventualité d'une sorte d'armistice à l'égard des artisans et des responsables de petites et moyennes entreprises ignorants des règlements.