Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée


Table des matières


Jeudi 4 octobre 2001

- Présidence de Mme Paulette Brisepierre, présidente d'âge -

Constitution du Bureau

La commission a procédé à la constitution de son Bureau. Elle a d'abord procédé à l'élection de son président par un scrutin secret. M. Jean Faure a présenté la candidature de M. Xavier de Villepin.

Les résultats du scrutin ont été les suivants :

- nombre de votants : 45 ;

- bulletins blancs et nuls : 5 ;

- suffrages exprimés : 40 ;

- majorité absolue : 21.

A obtenu :

M. Xavier de Villepin : 40 voix.

M. Xavier de Villepin ayant obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés, a été proclamé élu.

Présidence de M. Xavier de Villepin, président - Après avoir exprimé ses remerciements à ses collègues, M. Xavier de Villepin, président, a ensuite invité la commission à procéder à l'élection de ses vice-présidents. Ont été désignés, par acclamation :

MM. Michel Caldaguès ;

Guy Penne ;

André Dulait ;

Michel Pelchat ;

Mme Danielle Bidard-Reydet ;

M. André Boyer.


La commission a alors procédé à la nomination de ses secrétaires.

Ont été désignés, par acclamation :

MM. Simon Loueckhote ;

Daniel Goulet ;

André Rouvière

Jean-Pierre Masseret.


En conséquence, le Bureau de la commission est ainsi constitué :

- président : M. Xavier de Villepin.

- vice-présidents : MM. Michel Caldaguès, Guy Penne, André Dulait, Michel Pelchat, Mme Danielle Bidard-Reydet, M. André Boyer.

- secrétaires : MM. Simon Loueckhote, Daniel Goulet, André Rouvière, Jean-Pierre Masseret.

Programme de travail - Echange de vues

M. Xavier de Villepin, président, a enfin présenté à ses collègues une communication sur l'organisation des prochains travaux de la commission. A cette occasion, M. Christian de La Malène s'est interrogé sur la pertinence du projet de loi de finances ou du projet de loi de programmation militaire compte tenu de la situation internationale issue des attentats aux Etats-Unis. M. Michel Caldaguès a, par ailleurs, fait valoir la nécessité, pour le gouvernement, d'informer rapidement le Parlement, et à tout le moins la commission, en cas d'aggravation ou d'accélération des événements internationaux en cours.