Allez au contenu, Allez à la navigation

Compte rendu analytique officiel du 6 novembre 2019

SÉANCE

du mercredi 6 novembre 2019

16e séance de la session ordinaire 2019-2020

présidence de M. Gérard Larcher

Secrétaires : M. Yves Daudigny, M. Daniel Dubois.

La séance est ouverte à 15 heures.

Le procès-verbal de la précédente séance, constitué par le compte rendu analytique, est adopté sous les réserves d'usage.

Questions d'actualité

M. le président. - L'ordre du jour appelle les questions d'actualité au Gouvernement.

À l'issue de ces questions, je suspendrai la séance jusqu'à 17 h 15, le temps de réunir la Conférence des présidents.

Je vous rappelle que la séance est retransmise en direct sur Public Sénat, sur le site internet du Sénat et sur Facebook.

Chacun sera attentif au temps de parole.

Situation dans les banlieues

M. Alain Fouché . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Indépendants) Certains individus font des concours de guet-apens contre les services de secours et les forces de l'ordre, des concours de lâches, qui se propagent depuis plusieurs jours. La dernière mode est de filmer ces attaques relayées par les réseaux sociaux. Ils doivent être punis avec la plus grande fermeté. Désoeuvrés ou protégeant des trafics, ces individus oublient la chance de vivre dans un État de droit, qu'eux-mêmes ont intérêt à respecter. Rien ne justifie les atteintes à l'ordre public, à la sécurité de nos concitoyens et de ceux qui les protègent au quotidien : gendarmes, policiers, sapeurs-pompiers, à qui je rends hommage.

Les tensions dans les quartiers défavorisés sont en recrudescence. Depuis trente ans, les gouvernements successifs ne parviennent pas à en venir à bout.

Une trentaine d'individus étaient impliqués dans l'attaque de Chanteloup-les-Vignes, seuls deux ont été interpellés. La réponse judiciaire doit être à la hauteur des infractions commises.

Monsieur le Premier ministre, vous vous êtes rendu sur les lieux hier matin. Comment faire pour que les forces de l'ordre disposent de plus de moyens ? (Applaudissements sur les travées des groupes Les Indépendants et LaREM ; quelques applaudissements sur les travées des groupes UC et Les Républicains)

M. Christophe Castaner, ministre de l'intérieur . - Vous évoquez trente ans de lutte dans les quartiers - avec leurs succès, notamment en matière de politique de la ville, mais aussi avec leurs échecs : la situation ne s'est pas améliorée dans de nombreux quartiers, tant en matières sociales que de violences à l'égard des forces de l'ordre. Hier, j'ai proposé à la garde des Sceaux et au secrétaire d'État au logement et à la politique de la ville de m'accompagner car la reconquête républicaine dépasse la seule réponse policière. Nous voulions être aux côtés de la maire de Chanteloup-les-Vignes qui fait un travail remarquable avec les associations. Les mamans que nous avons rencontrées nous l'ont confirmé.

Le comportement de ces voyous est inacceptable : les sanctions devront être exemplaires. Deux individus ont été interpellés et une qualification criminelle a été retenue pour l'instruction de cette affaire. D'autres interpellations devraient suivre. Je salue les forces de sécurité et les sapeurs-pompiers qu'elles accompagnent dans leurs interventions.

Pour les soutenir, j'ai présenté la nuit dernière à l'Assemblée nationale un budget de la sécurité en augmentation d'un milliard d'euros depuis 2017. Nous aurons l'occasion d'en débattre dans cet hémicycle. (Applaudissements sur les travées des groupes Les Indépendants et LaREM)

Situation à Chanteloup-les-Vignes

Mme Marta de Cidrac . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains) Ma question s'adresse au Premier ministre. Connaissez-vous Chanteloup-les-Vignes, ville de 10 000 habitants dans les Yvelines, meurtrie par les affrontements entre criminels et policiers ? C'est une ville française comme Nantes, Béziers ou Brest, et elle se bat pour reconquérir son territoire, mètre carré par mètre carré, que des criminels souhaitent voir disloqué.

Lorsqu'on attaque nos policiers, qu'on brûle nos villes ou qu'on menace nos élus, c'est la République qu'on attaque, qu'on brûle ou qu'on menace. Pour bien combattre ce mal, il faut bien le nommer et bien le comprendre. Relativiser, en qualifiant ces agresseurs d'imbéciles, fut une erreur. Ces agresseurs, très organisés, défendent l'extraterritorialité de leur espace. Ils rejettent les lois de la République, ils refusent toute autorité de l'État, ils interdisent à la République de s'occuper de leurs affaires. Ils font scission...

M. Édouard Philippe, Premier ministre. - Sécession.

Mme Marta de Cidrac. - Il faut combattre cela avec la plus grande fermeté. Comment rétablirez-vous l'autorité de l'État dans les Yvelines et ailleurs en France ? (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains)

M. Édouard Philippe, Premier ministre . - Oui, j'ai la chance de connaître Chanteloup-les-Vignes ainsi que sa maire. J'ai visité certains quartiers, le commissariat, et rencontré les élus locaux. Donc oui, je connais Chanteloup-les-Vignes.

Samedi dernier, un guet-apens a eu lieu contre les forces de police et un équipement culturel a été incendié.

Vous dites que pour bien traiter les questions, il faut savoir les nommer. Vous faites référence à mes propos qualifiant les agresseurs de « petite bande d'imbéciles ». Comme je suis comme vous attaché à la parole publique, je vous fais remarquer que le président du conseil départemental, que vous respectez comme moi, les a traités de « crétins ». Ce terme est-il plus léger, plus infamant, plus responsable ? Je ne saurais le dire. Je ne sais si le terme de « racaille » ou de « sauvageon » aurait été plus adapté... (Exclamations sur les travées du groupe SOCR)

M. François Bonhomme. - « Galopin » !

M. Édouard Philippe, Premier ministre. - Nous pourrions nous mettre d'accord sur le fait que, plus que le champ lexical que nous utilisons, c'est la réalité des faits et des réponses qui importe.

Nous souhaitons tout mettre en oeuvre pour rétablir l'ordre. Nous avons doublé le budget de l'Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), car nous savons que les rénovations urbaines sont un outil puissant pour lutter contre ce type d'agression. Les élus nous l'ont dit, et je le sais, en tant qu'ancien maire du Havre : je sais, par expérience, ce que sont l'ANRU, les opérations de rénovation urbaine et les violences urbaines.

Nous poursuivons le même objectif quand nous prévoyons 10 000 effectifs supplémentaires dans la police nationale sur l'ensemble du quinquennat. Nous savons que pour être crédibles, nous devons améliorer la présence des forces de l'ordre. (M. François Grosdidier proteste.)

Le dédoublement des classes de CP dans les zones sensibles ressort de la même logique.

Nous abordons la question par tous les bouts.

Mme la maire a parfaitement identifié le fait que nous venions perturber des trafics illicites à Chanteloup-les-Vignes, comme dans d'autres villes. Lorsqu'on vient briser des habitudes néfastes et criminelles, cela crée forcément des turbulences. Nous devons les affronter. La lutte contre ces trafics et la préparation du futur sont les objectifs du Gouvernement. (Applaudissements sur les travées des groupes Les Indépendants et LaREM et sur quelques travées du groupe Les Républicains)

Mme Marta de Cidrac. - Nous partageons bien sûr les objectifs, monsieur le Premier ministre. Vous me parlez de sémantique ; je vous parle de l'autorité de l'État, absente dans ces quartiers. C'est son rétablissement que nous demandons. (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains et sur quelques travées du groupe UC)

Absence de réciprocité dans les relations commerciales entre la Chine et l'Europe

M. Olivier Cadic . - (Applaudissements sur les travées du groupe UC) Le président de la République a raison : seule l'Union européenne peut devenir « un partenaire crédible et efficace de la Chine » ; la France n'est pas de taille à s'engager seule, face à une puissance émergente aux aspirations dominatrices.

S'il est légitime que la Chine veuille s'affirmer comme une grande puissance mondiale, elle trace son chemin à l'écart des règles du jeu occidentales fondées sur la réciprocité des échanges, la transparence commerciale et la probité juridique, sans même parler des valeurs démocratiques ou des libertés publiques. Son régime construit un monde orwellien pour assurer l'unité de son peuple dans un espace clos par une « cyber-muraille » de Chine, où se développent ses champions nationaux Huawei ou Alibaba.

Il serait suicidaire de laisser la Chine investir sur le marché de l'Union européenne, sans principe de réciprocité ; mais comment imposer cette réciprocité des échanges ? (Applaudissements sur les travées du groupe UC et sur quelques travées du groupe Les Républicains)

Mme Amélie de Montchalin, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, chargée des affaires européennes . - Vous avez raison, monsieur le sénateur. D'ailleurs, en mars, l'Union européenne a reconnu la Chine comme un partenaire mais aussi un concurrent et un rival. La visite d'État du président de la République en Chine prolonge cette dynamique pour construire un partenariat euro-chinois ambitieux, à la hauteur des différents enjeux, notamment la protection des données personnelles. Le président de la République a participé, avec le président chinois, à la foire des importations de Shanghai : ce fut un moment important pour rééquilibrer nos relations économiques par le haut.

Les accords sur les indications géographiques sont un acte important : pas moins de cent indications chinoises et cent européennes, dont 26 françaises, bénéficieront d'un haut degré de protection dès la mise en application de l'accord. Ainsi, nos producteurs de côte de Provence, de Roquefort, de pruneaux d'Agen seront mieux protégés et pourront plus exporter. (Marques d'ironie sur les travées du groupe Les Républicains) Il ne s'agit que d'exemples.

L'Organisation mondiale du commerce devra réprimer les pratiques commerciales déloyales ; c'est à ce niveau qu'il faut agir, et non sur les tarifs. Plutôt que d'imposer des tarifs douaniers comme le font les États-Unis, il convient de dialoguer avec fermeté. (Applaudissements sur les travées du groupe LaREM)

M. Olivier Cadic. - La Chine n'est pas un État de droit, mais un État de loi. Elle ne s'embarrasse pas de principes, de transparence ou de loyauté pour décrocher des marchés publics à l'international.

Pour vendre en Chine, toutes les marques de cosmétique doivent passer par Alibaba. Quel sera l'avenir des brevets des molécules cosmétiques ? Les entreprises européennes ont besoin de protections commerciales. Face à la Chine, il faut agir au niveau européen. (Applaudissements sur les travées du groupe UC et sur quelques travées des groupes Les Républicains et RDSE)

Évaluations nationales en CP et en CE1

Mme Françoise Cartron . - (Applaudissements sur les travées du groupe LaREM) À la rentrée 2018, les évaluations en CP et CE1 avaient pour but d'identifier les compétences acquises par les élèves, ainsi que leurs difficultés. En 2019, ces évaluations font apparaître « des progrès significatifs chez les enfants évalués » comme vous l'avez dit dimanche, monsieur le ministre de l'Éducation nationale. Progrès sur la fluidité de lecture et de capacité de calcul, progrès dans les territoires les plus défavorisés.

Dix des treize critères évalués en CE1 montrent une amélioration ; en même temps, une faible majorité d'écoliers a atteint le niveau attendu en additions et soustractions.

Nous souhaitons la poursuite de ces progrès. Monsieur le ministre, quelles raisons expliquent ces résultats : le dédoublement des classes ou l'évolution des pratiques pédagogiques ? Disposez-vous d'une analyse territoriale de cette évolution ? (Marques d'ironie sur les travées du groupe SOCR)

M. Claude Bérit-Débat. - Eh bien oui !

Mme Françoise Cartron. - Cette progression se poursuivra-t-elle et envisagez-vous de nouvelles initiatives ? (Exclamations à droite ; applaudissements sur les travées du groupe LaREM)

M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse . - Cette question est essentielle. (Exclamations ironiques à gauche et à droite) Je me félicite de l'unanimité sur cette question (Sourires).

Énormément de choses se jouent entre 0 et 7 ans : du parcours scolaire des enfants dépendent les enjeux de justice sociale et le niveau général. Ces résultats nous encouragent à plus d'un titre.

Les résultats stagnent en début de CP mais augmentent en début de CE1, ce qui démontre que nos efforts ont payé grâce au dédoublement des classes de CP et aux pratiques pédagogiques, mais beaucoup reste à faire en maternelle afin que les enfants maîtrisent suffisamment de vocabulaire. Cela justifie notre politique prioritaire pour l'école maternelle, avec dédoublement en grande section, en REP et en REP+, afin que les classes soient de douze élèves. Nous allons augmenter le temps d'encadrement partout puisque nous allons garantir qu'il n'y ait pas plus de 24 élèves par classe dans toute la France, de la grande section au CE1.

Nous constatons la réduction de l'écart entre les REP et le reste du pays : nous sommes passés de douze à dix points d'écart pour les résultats en lecture : beaucoup reste à faire, mais c'est encourageant. (Applaudissements sur les travées du groupe LaREM et sur quelques travées des groupes UC et RDSE)

Réforme de la fiscalité locale

M. Jean-Yves Roux . - (Applaudissements sur les travées du groupe RDSE) Il y a quelques jours, nous débattions d'un projet de loi pour soutenir les élus dans l'exercice quotidien de leur mandat. Selon le ministre chargé des collectivités territoriales, « Si les élus souhaitent que nous corrigions les défauts des réformes passées, ils veulent aussi de la stabilité ». Ce qui vaut en matière institutionnelle vaut également en matière de finances locales : les communes et les EPCI doivent disposer de réelles capacités d'action. Or l'inquiétude est grande du fait des simulations disponibles sur la conséquence de la suppression de la taxe d'habitation sur le potentiel fiscal.

Le mécanisme est bien connu : malgré une compensation à l'euro près, la suppression de la taxe d'habitation jouera sur le potentiel fiscal et donc sur le niveau des dotations d'État et des péréquations correspondantes. Sont ainsi appelés à varier dès 2023, et donc en cours de mandat, 11 des 18 critères de répartition pour les communes.

Nous sommes loin de la stabilité et de la visibilité fiscales nécessaires à l'exercice serein du mandat d'élu !

Les communes les plus pauvres deviendraient subitement plus riches, du fait de la hausse mécanique de leur potentiel fiscal : elles seraient moins aidées par l'État, tandis que les communes plus riches connaîtraient la trajectoire inverse. Où est la logique fiscale, la solidarité nationale, l'esprit de la décentralisation ? Comment corriger les effets néfastes des variations du potentiel fiscal ? Écouterez-vous les propositions du Sénat ? (Applaudissements sur les travées du groupe RDSE)

M. Olivier Dussopt, secrétaire d'État auprès du ministre de l'action et des comptes publics . - Les élus locaux s'interrogent sur la stabilité de leurs finances. Nous pouvons les rassurer sur la stabilité des dotations : pour 2020, la dotation globale de fonctionnement, les dotations d'investissements resteront au même niveau. Les concours de l'État aux collectivités passeront de 48,3 à 49,1 milliards.

Nous proposerons un modèle simple de compensation de la suppression de la taxe d'habitation avec le transfert de la quasi-totalité de la taxe foncière aux communes, avec un pouvoir de taux dès 2021, et l'affectation d'une part de la TVA aux intercommunalités et aux départements. Ces nouvelles ressources seront dynamiques, 3 % pour la fraction de TVA.

Quant aux critères fiscaux, nous travaillons sur l'amélioration de l'indicateur du potentiel fiscal avec Jacqueline Gourault. Nous l'avons dit au Comité des finances locales le 26 septembre et je l'ai dit à nouveau devant la délégation aux collectivités territoriales du Sénat. Nous sommes preneurs de toutes vos propositions pour redéfinir le potentiel fiscal. Si nous n'arrivons pas à des résultats concrets, nous en tirerons les conséquences dans le projet de loi de finances pour 2021, pour neutraliser les évolutions artificielles. (Applaudissements sur les travées du groupe LaREM)

Réforme de l'assurance chômage (I)

Mme Laurence Cohen . - Entrée en vigueur le 1er novembre par décret, la réforme de l'assurance chômage est un cataclysme, qui touchera plus d'un million de personnes : 850 000 chômeurs verront leurs indemnités baisser de 20 % et 200 000 seront privés de toute indemnité. Plus d'un million de personnes va être frappé de plein fouet. La demandeuse d'emploi qui a interpellé le président de la République à La Réunion verra-t-elle sa situation s'améliorer alors qu'elle ne gagne que 790 euros par mois ? Les secteurs aux contrats discontinus vont être impactés en priorité : hôtellerie, restauration, spectacle, nettoyage, Ehpad...

Cette réforme sexiste et anti-jeune va plonger la tête des plus précaires dans l'eau. Les associations et les syndicats, vent debout, appellent à manifester le 30 novembre et le 5 décembre. Les agents de Pôle-Emploi sont choqués par ces nouvelles règles.

Cette réforme inique, c'est une économie de 4,5 milliards d'euros en trois ans. Pourquoi ne pas vous attaquer aux allègements de cotisations patronales qui, de 2013 à 2019, ont atteint 26 milliards ? (Applaudissements sur les travées du groupe CRCE)

Mme Muriel Pénicaud, ministre du travail . - Je ne reconnais pas la réforme de l'assurance chômage dans vos propos. (Marques d'ironie sur les travées du groupe CRCE) Notre politique en matière de marché du travail commence à porter ses fruits, même si beaucoup reste à faire. Dans le Val-de-Marne, le chômage est passé de 8,3 % à 7,4 % ; car nous avons travaillé sur la formation, l'apprentissage. (On se récrie à gauche.)

L'assurance chômage est un triptyque. Nous avons modifié les règles car le contexte a changé. En outre, beaucoup d'emplois sont vacants. À La Réunion, j'en ai vu beaucoup, même si le taux de chômage est inacceptable.

Cette réforme comprend trois volets. Le premier traite des employeurs : nous pénalisons ceux qui abusent des contrats courts, avec le bonus-malus, car il ne faut pas faire du chômage une trappe à pauvreté. Personne ne l'avait fait avant ; nous nous y attaquons. (Murmures sur les travées du groupe SOCR)

Deuxième sujet, l'accompagnement plus proactif des demandeurs d'emploi. Un million d'entre eux bénéficiera d'un accompagnement beaucoup plus important, comme cela se fait dans les pays scandinaves. Nous l'avons expérimenté à Nice et dans d'autres agences Pôle Emploi.

Troisième sujet, l'indemnisation. Nous revenons à la normale dans ce domaine : protéger tout en incitant au retour à l'emploi. Nous le faisons pour l'emploi et contre la précarité. (Exclamations sur les travées du groupe CRCE ; applaudissement sur les travées du groupe LaREM)

M. Jean-Marc Todeschini. - C'est inique !

Mme Laurence Cohen. - Vos propos ne peuvent que vous convaincre ! La réalité, ce sont les radiations dans le Val-de-Marne ! Votre réforme est une machine à précarité ! Neuf millions de pauvres en France, n'est-ce pas suffisant ? Vous supprimez l'Observatoire national de la pauvreté. Casser le thermomètre, ce n'est pas arrêter la fièvre ! Votre politique est nettement plus généreuse quand il s'agit de servir les plus aisés. Cessez de faire de la communication, prenez des mesures ! Les gens seront dans la rue et nous serons avec eux ! (Applaudissements sur les travées du groupe CRCE et sur quelques travées du groupe SOCR)

Réforme de l'assurance chômage (II)

M. Claude Bérit-Débat . - (Applaudissements sur les travées du groupe SOCR) Punition, catastrophe sociale, trappe à pauvreté : avec votre réforme de l'assurance chômage, le Gouvernement met le cap à droite toute.

Cette réforme imposée par décret est « l'une des réformes les plus dures socialement depuis vingt-cinq ans », comme l'a dit Laurent Berger.

En 2020, sur 2,6 millions de chômeurs indemnisés, près de 10 % ne pourront plus obtenir de droits et 23 % verront leurs droits rognés. Au 1er avril 2020, 1,4 million de demandeurs d'emploi verront leurs indemnisations réduites drastiquement et les personnes ayant un travail fractionné seront les premières impactées. Madame la ministre, vous faites des économies sur le dos des plus fragiles ! Vous culpabilisez les chômeurs, vous en faites des boucs émissaires. Arrêtez cette politique de régression et de ségrégation sociale, luttez contre la précarité et accompagnez réellement les chômeurs vers l'emploi ! (Applaudissements sur les travées du groupe SOCR ; M. Pierre-Yves Collombat applaudit également.)

Mme Muriel Pénicaud, ministre du travail . - Vous employez de grands mots, je parle de faits ! (Protestations sur les travées du groupe SOCR) Nos politiques fonctionnent. Ainsi, en Dordogne, le nombre d'apprentis a augmenté de 76 % au premier semestre. En deux ans, 300 000 demandeurs d'emploi ont retrouvé un travail car nous investissons dans tout ce qui peut les aider. (Les protestations redoublent à gauche.)

L'année prochaine, 960 000 demandeurs d'emploi seront en formation. J'espère que vous voterez le budget en faveur de la formation dans les semaines à venir. Nul n'est inemployable, mais des marchepieds sont nécessaires.

Je m'étonne que certains sur ces bancs pensent que le travail est moins bien que le chômage (Vives protestations à gauche qui couvrent la voix de la ministre)

M. Vincent Éblé. - Caricature !

Mme Muriel Pénicaud, ministre. - Ce n'est pas la faute des gens, ce sont les règles des partenaires sociaux qu'il faut corriger, puisque dans certains cas le travail paie moins que le chômage.

Mme Sophie Taillé-Polian. - Alors augmentez les salaires ?

Mme Muriel Pénicaud, ministre. - Tout le monde touchera entre 65 % et 96 % de son salaire (Applaudissements sur les travées des groupes LaREM et Les Indépendants et sur quelques travées du groupe UC)

M. Claude Bérit-Débat. - Si j'emploie de grands mots, vous parlez de façon technocratique et vous manquez singulièrement d'humanité. (Marques de protestations sur les travées du groupe LaREM ; applaudissements sur les travées du groupe SOCR)

Derrière vos chiffres, il y a des hommes et des femmes qui sont dans la misère sociale : arrêtez de monter les gens les uns contre les autres !

Certes, il faut dénoncer l'assistanat mais traversez la rue et écoutez les gens !

Mme Muriel Pénicaud, ministre. - Je le fais tous les jours.

M. Claude Bérit-Débat. - Luttez non pas contre les chômeurs mais contre le chômage ! (Applaudissements sur les travées du groupe SOCR)

Hausse de la délinquance à Paris

Mme Céline Boulay-Espéronnier . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains) Monsieur le ministre de l'Intérieur, la sécurité à Paris se dégrade : depuis début 2019, les vols ont augmenté de 12 %, les cambriolages de 8 %, les violences sexuelles de 5 %. Pendant que la mairie et la Préfecture de police se renvoient la balle, les Parisiens trinquent. Aucun territoire n'est épargné. Dans le XXe arrondissement, les vols avec violences ont augmenté de 51 %. Dans mon arrondissement, le XVIe... (Railleries et persiflages à gauche) les cambriolages ont augmenté de 18 %, les vols de véhicules de 62 %.

Mme Éliane Assassi. - Tout le monde n'a pas la chance d'habiter le XVIe !

M. David Assouline. - Venez chez moi, dans le XXe !

Mme Céline Boulay-Espéronnier. - Cela vous fait rire ? Pas moi. (Les exclamations ironiques se poursuivent à gauche.)

Dans le Xe, les dégradations de mobilier urbain ont augmenté de 100 % ! Ce sont les Parisiens qui paient la facture.

Spécificité historique de la capitale, les pouvoirs de police y sont confiés non au maire mais au préfet de police. Où en est-on de la réforme tant attendue de la Préfecture de police ? Fermeté et résultats, tels sont les mots d'ordre. (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains)

M. le président. - Mon préambule n'est pas un voeu pieu. On se respecte et on s'écoute dans cet hémicycle. (Vifs applaudissements sur les travées des groupes Les Républicains, UC et RDSE)

M. Laurent Nunez, secrétaire d'État auprès du ministre de l'intérieur . - Je confirme que la délinquance a augmenté à Paris au cours des neuf premiers mois de l'année. La situation est contrastée selon les arrondissements et les catégories de délinquance.

Nous avons demandé au préfet de police de Paris de mettre en place un plan de lutte contre la délinquance, qui se traduit depuis avril par des effectifs supplémentaires sur la voie publique, notamment dans les quartiers de reconquête républicaine comme le XVIIIe. Au sein de la Préfecture de police, nous avons demandé à des effectifs jusqu'ici affectés à des tâches d'ordre public de patrouiller. Cela se traduit là aussi par des effectifs supplémentaires sur la voie publique.

M. David Assouline. - Ce n'est pas vrai !

M. Laurent Nunez, secrétaire d'État. - Nous souhaitons un meilleur équilibre dans la répartition des tâches entre ce qui relève de la Préfecture de police et ce qui relève de la Ville de Paris. Un travail est en cours, mené par le préfet de police.

Le deuxième pilier, ce sont les investigations judiciaires. Nous démantelons beaucoup de réseaux, de trafics ou de cambriolages notamment, et l'élucidation des faits progresse.

Cette réorientation commence à porter ses fruits : les atteintes aux biens et aux personnes augmentent moins ces derniers mois, et ont même baissé en juillet et août.

Enfin, la réforme de la Préfecture de police est examinée dans le cadre du Livre blanc auquel nous travaillons. (Applaudissements sur les travées du groupe LaREM ; M. Jean-Marc Gabouty applaudit également.)

Mme Céline Boulay-Espéronnier. - La sécurité exige à la fois des moyens et une réponse pénale. À l'approche des élections municipales, on observe de spectaculaires volte-face. Ainsi, la maire de Paris, historiquement hostile à la vidéoprotection, a fini par en reconnaître l'utilité. Et M. Griveaux a annoncé ce matin vouloir une police municipale armée ! Je salue ce changement de pied, et attends la réforme de la Préfecture de police. (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains)

Transports en Guadeloupe

Mme Victoire Jasmin . - (Applaudissements sur les travées du groupe SOCR) Les visites du président de la République à Mayotte et à La Réunion ont déçu. Les manifestations à La Réunion le montrent.

J'ai eu l'occasion d'alerter le Gouvernement sur les difficultés des transporteurs de passagers et de marchandise sur route : les tarifs des assurances sont exorbitants, au point de menacer l'existence même du métier de transporteur. En outre-mer, une police d'assurance est 50 % plus élevée que dans l'Hexagone !

Votre Gouvernement met souvent en avant le principe d'égalité pour supprimer les prétendus avantages des territoires outre-mer. Alors qu'allez-vous faire pour lutter contre cette inégalité, qui a un impact direct sur l'emploi et sur la mobilité dans nos territoires ? (Applaudissements sur les travées du groupe SOCR)

M. Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'État auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports . - Veuillez excuser Élisabeth Borne. Je me suis imprégné des sujets de transport en outre-mer à l'occasion de la visite du président de la République à Mayotte et à La Réunion. Nous avons apporté des réponses concrètes sur le routier et l'aérien.

La prime à la conversion accompagne tous les Français : un milliard d'euros versés aux 600 000 demandeurs au 1er octobre 2019. Cette année, nous la concentrons sur les 20 % de Français les plus modestes. Nous avons recentré les critères environnementaux, dans une logique de justice fiscale, sociale et environnementale.

En outre-mer, les contrats de convergence passeront de 203 millions d'euros à 227 millions d'euros pour la génération qui s'achève en 2022.

Nous lançons un quatrième appel à projets autour des pôles d'échanges multimodaux et du transport collectif. J'invite vos territoires à candidater.

Enfin, la question de l'assurance est bien identifiée. M. Le Maire et Mmes Girardin et Gourault ont lancé une mission IGF-CGEDD, qui recevra notamment l'Union nationale des organisations syndicales des transporteurs routiers automobiles fin novembre. (Applaudissements sur les travées du groupe LaREM)

Situation au Liban

Mme Christine Lavarde . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains) Voilà vingt-et-un jours que le Liban connaît une situation de crise. Le projet de taxation des appels numériques, tels WhatsApp, a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase : corruption, situation économique dégradée, fuite des investissements, services publics défaillants. De plus, le pays est fragilisé par la guerre en Syrie. Lundi, Moody's a dégradé pour la deuxième fois la note du pays, désormais considéré comme spéculatif.

Le 29 octobre, le ministre des affaires étrangères a déclaré devant l'Assemblée nationale que la démission du Premier ministre libanais Saad Hariri ne faisait « qu'aggraver la crise ». Il a appelé les responsables libanais à garantir la stabilité des institutions et à écouter les revendications de la population. Cette déclaration a été mal interprétée par la population locale qui dénonce l'ingérence étrangère.

Dans une lettre ouverte, des Libanais plaident pour une véritable indépendance du Liban et un État laïque. Comment la France, amie du Liban, compte-t-elle répondre à ces attentes ? (Applaudissements sur les travées des groupes Les Républicains et UC)

Mme Amélie de Montchalin, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, chargée des affaires européennes . - Nous ne sommes pas dans l'ingérence mais nous suivons la situation avec attention. Le défi des autorités libanaises est de répondre aux fortes attentes de la population, dans une situation régionale très fragile et une économie en mauvaise passe. Il faut des réformes d'ampleur. Les manifestations ont montré que la suite est incertaine : aux Libanais de l'écrire.

La France souligne l'importance de la stabilité du Liban et appelle à écouter les manifestants. Un gouvernement doit être rapidement formé, dans un esprit d'unité nationale et de responsabilité.

Tout doit être fait pour éviter les provocations et les violences, répondre aux aspirations légitimes et rétablir l'économie du pays. La France se tient aux côtés du peuple libanais comme toujours. (Applaudissements sur les travées des groupes LaREM et RDSE ; M. Olivier Cadic applaudit également.)

Mme Christine Lavarde. - La démission du Premier ministre n'est pas la réponse aux demandes du peuple libanais. La seule conséquence, pour l'instant, c'est l'annulation du salon du livre francophone à Beyrouth. (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains ; M. Jean-Marc Gabouty applaudit également.)

Facturation de l'acte de vaccination

Mme Évelyne Perrot . - (Applaudissements sur les travées du groupe UC) Nous soutenons l'objectif de libération du temps médical pour faciliter l'accès aux soins. Cela suppose un partage des compétences entre professionnels qui peut être source d'incompréhension et voire de sentiment d'inégalité.

L'extension de l'acte de vaccination antigrippale aux pharmaciens préoccupe les infirmiers libéraux qui dénoncent un glissement des actes infirmiers, et ce, d'autant que la rémunération de 6,30 euros pour un acte unique baisse dès lors que plusieurs actes sont effectués sur un même malade : le premier acte est rémunéré entièrement, le deuxième à 50 %.

Sans contester la vaccination dans les officines, je rappelle que dans les communes rurales, l'infirmier est la seule personne mobile pour pratiquer l'acte de vaccination. Les deux professions sont complémentaires.

Quelles mesures prendrez-vous pour que la vaccination antigrippale effectuée par les infirmiers soit facturée au même niveau que celle pratiquée par les pharmaciens, même en cas d'actes multiples ? (Applaudissements sur les travées du groupe UC)

Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé . - Vous connaissez mon engagement en faveur de la vaccination antigrippale. La France a une stratégie globale de lutte contre la grippe pour protéger les plus vulnérables et éviter les hospitalisations. Après avis de la Haute Autorité de santé, j'ai souhaité harmoniser les compétences des professionnels de santé concernés, sages-femmes, infirmiers et pharmaciens.

En 2017, nous avons autorisé la vaccination par des pharmaciens dans deux régions, puis dans quatre régions en 2018, avant de généraliser le dispositif en 2019. Les infirmiers ne pouvaient pas réaliser la primo-vaccination ; j'ai supprimé cette limitation.

Des informations parfois erronées circulent sur les réseaux sociaux : les pharmaciens perçoivent une somme forfaitaire unique de 100 euros au titre du dédommagement, mais les rémunérations pour les actes de vaccination sont équivalentes, à savoir 6,30 euros en métropole, 6,60 euros outre-mer. Les infirmiers libéraux peuvent également facturer des indemnités de déplacement si ces actes ont lieu au domicile.

N'opposons pas les professionnels de santé entre eux, alors que tous les Ordres viennent de signer une charte de la vaccination. (Applaudissements sur les travées du groupe LaREM.)

Menaces contre les sénateurs

Mme Anne-Marie Bertrand . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains) Le public présent dans l'hémicycle ne peut ni applaudir ni conspuer car les élus ne sauraient légiférer sous la menace.

Depuis le vote du texte interdisant le port de signes religieux lors des sorties scolaires, nous sommes nombreux à avoir reçu des menaces de mort. La liste des 163 sénateurs qui ont voté la proposition de loi a été jetée en pâture. (Mme Éliane Assassi s'exclame.) Un groupe Facebook invite à communiquer leurs lieux de résidence et leur photo, n'hésitant pas à parler de sénateurs « nazis » !

Mme Jacqueline Eustache-Brinio, auteure du texte, qui mène le combat pour la laïcité, s'est constituée partie civile. Je lui apporte tout mon soutien. (Applaudissements sur les travées des groupes Les Républicains, UC, RDSE et LaREM ; M. Jean-Pierre Sueur applaudit également.)

Des parlementaires sont traqués, or on n'entend pas M. le ministre de l'Intérieur dénoncer une atteinte à l'exercice d'une démocratie sereine. Pourquoi ce silence ?

M. le président. - Votre question ?

Mme Anne-Marie Bertrand. - Qu'allez-vous faire pour mettre fin à ces tentatives d'intimidation ? (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains et sur certaines travées du groupe UC ; Mme Josiane Costes et M. Daniel Chasseing applaudissent également.)

M. Christophe Castaner, ministre de l'intérieur . - La liberté du débat public est consubstantielle à l'engagement politique. Il n'y a pas matière à polémique.

J'ai immédiatement saisi la plateforme Pharos sur demande de Mme Eustache-Brinio, j'ai fait un signalement au procureur de la République et eu une expression politique forte pour dénoncer des actes d'intimidation inacceptables. Je le fais chaque fois que je suis alerté.

Au 1er septembre, 244 actes de violence ou de malveillance envers des élus avaient été recensés, 212 du fait de « gilets jaunes », 32 d'opposants au CETA. Je les ai systématiquement condamnés.

Vous êtes protégés dans votre prise de parole et nous vous devons, madame la sénatrice, la protection de la police et de la gendarmerie. J'ai donné instruction aux préfets d'accompagner chaque parlementaire qui demande une mise en sécurité de sa permanence. La garde des Sceaux a, ce matin même, adressé une circulaire aux procureurs pour que ces comportements fassent l'objet de recherche de responsabilité et de sanctions. La liberté d'expression et la liberté de vote des élus de la République ne sauraient être menacées. (Applaudissements sur les travées du groupe LaREM et sur plusieurs travées des groupes Les Républicains, UC et RDSE)

Définition des zones d'éducation prioritaires

Mme Nathalie Delattre . - Je salue l'excellent rapport de nos collègues Laurent Lafon et Jean-Yves Roux sur les nouveaux territoires de l'éducation.

Les zones d'éducation prioritaire, dites REP ou REP+, répondent à deux critères cumulatifs : des critères sociaux et un critère géographique unique, le pourcentage d'élèves issus de zones urbaines sensibles. Les territoires ruraux en sont donc exclus, alors qu'ils subissent aussi des fractures sociales et géographiques comme l'éloignement des pratiques culturelles ou sportives.

Les projections démographiques montrent que l'offre scolaire de proximité dans ces territoires ruraux est une priorité.

Évaluer l'indice d'éloignement géographique permettrait de mieux valoriser le travail des enseignants et de rendre plus attractifs les postes dans ces établissements.

En Gironde, le dialogue de confiance entre les collectivités locales et l'Éducation nationale déconcentrée s'est révélé décisif pour construire une offre scolaire adaptée, grâce notamment au travail du Directeur académique des services de l'Éducation nationale (Dasen). Recrutements à profil, mesures de sauvegarde : ce travail collaboratif va bien au-delà des contrats de ruralité. À quand une redéfinition des critères et une généralisation de l'exemple girondin ? (Applaudissements sur les travées du groupe RDSE ; M. Alain Richard et Mme Anne-Catherine Loisier applaudissent également.)

M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse . - Je me joins à vos compliments sur le rapport Lafon-Roux qui vient s'ajouter au rapport Azéma-Mathiot, remis hier, lequel nous aidera à réfléchir sur l'éducation prioritaire sans opposer rural et urbain. Les critères actuels doivent évoluer pour plus de justice, de dynamisme et d'efficacité. J'ai demandé au ministère de calculer l'indice d'éloignement. Nous avons techniquement les moyens de l'intégrer aux critères. Nous le prenons déjà en compte pour les villages de montagne mais nous le ferons plus systématiquement.

Une période de concertation s'ouvre qui sera l'occasion d'intégrer les préconisations du rapport. Nous allons travailler sur une vision complète. Nous faisons très attention à la ruralité, notamment au travers des conventions ruralité et du travail du sénateur Duran. Le cas de la Gironde peut être emblématique. (Applaudissements sur les travées des groupes LaREM et RDSE et sur quelques travées du groupe UC)

Accès aux soins des demandeurs d'asile

M. Gilbert-Luc Devinaz . - (Applaudissements sur les travées du groupe SOCR) Le 31 août dernier, à Villeurbanne, un jeune homme était tué par un migrant afghan souffrant de délire religieux et de troubles psychiatriques graves. Ce drame illustre la nécessité de soins psychiatriques adaptés pour tous, y compris les migrants. Or le Gouvernement annonce un durcissement des conditions d'accueil des demandeurs d'asile, avec un délai de carence de trois mois pour bénéficier de la protection universelle maladie (PUMa).

Vous prenez ainsi un double risque, sanitaire en cas de maladie infectieuse mais aussi juridique. La France a ratifié la directive Accueil de l'Union européenne, dont l'article 19 précise que les États membres doivent assurer les soins médicaux urgents et les soins psychiatriques des demandeurs d'asile. Votre mesure est-elle conforme aux engagements européens de la France ? (Applaudissements sur les travées des groupes SOCR et CRCE)

Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé . - Nous avons choisi une ligne de responsabilité et d'humanité et tenu bon sur le panier de soins nécessaire, comme le préconisait le rapport de l'IGAS et de l'IGF sur l'efficience de nos politiques publiques en matière d'accès aux soins. Ce rapport met toutefois en évidence des abus et des dévoiements.

Le délai de carence de trois mois pour l'accès à la PUMa s'applique déjà aux ressortissants français de retour d'expatriation et aux étrangers en situation régulière sans emploi. Nous ne faisons qu'harmoniser. Dans ce délai de trois mois, chacun a accès aux soins urgents vitaux ainsi qu'aux soins contre les infections.

Les psychotraumas des migrants sont un vrai sujet. C'est pourquoi nous mettons en place un parcours de santé du primo-arrivant pour les identifier. Nous prenons en charge les pathologies liées à la migration, psychiatriques ou infectieuses. Les points d'accueil solidarité (PAS) seront renforcés. Une expérimentation est déployée à Rennes pour soigner les migrants en médecine de ville. Nous rationalisons l'accès à la PUMa et menons en parallèle des actions en direction de ce public pour une prise en charge dès le premier jour. (Applaudissements sur les travées du groupe LaREM ; M. Yvon Collin applaudit également.)

M. Gilbert-Luc Devinaz. - Lutter contre les abus, qui peut être contre ? Mais en visant les plus démunis, vous pénalisez l'ensemble des migrants et faites courir un risque sanitaire au reste de la population. En matière de santé, mieux vaut prévenir que guérir ! C'est la meilleure des économies. (Applaudissements à gauche)

Office national des anciens combattants et des victimes de guerre

M. Jean-Raymond Hugonet . - (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains) À la veille des cérémonies du 11 novembre, le devenir de l'Office national des anciens combattants et des victimes de guerre (ONACVG) est plus qu'incertain. Alors que son champ s'est étendu aux victimes du terrorisme, le projet de budget 2020 se traduit par de lourds transferts de charges sur sa trésorerie. Une telle débudgétisation n'est pas soutenable. Au moment où la restauration de l'unité nationale s'impose, allez-vous laisser Bercy étouffer la mémoire de nos glorieux aînés ? (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains)

Mme Sibeth Ndiaye, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, porte-parole du Gouvernement . - Veuillez excuser Mme Parly qui préside l'hommage national au brigadier-chef Pointeau à Valence.

Comme vous, le Gouvernement est très attaché à l'ONACVG, qui est un interlocuteur de proximité et de solidarité pour le monde combattant et l'opérateur principal de l'action mémorielle sur les territoires.

Soyez rassuré : les 2 millions d'euros d'économies prévues dans le projet de loi de finances pour 2020 sont liés à la dématérialisation, à une baisse du nombre de bénéficiaires et à la réorganisation des fonctions de l'administration centrale. Cette mesure a été validée par le conseil d'administration de l'Office en présence des organisations syndicales. Elle n'impacte pas le réseau départemental.

Quelque 17,5 millions d'euros ont été exceptionnellement prélevés sur la trésorerie, qui était anormalement excédentaire. Ce prélèvement ne porte pas atteinte à la poursuite de ses missions, indispensables pour accompagner les anciens combattants et victimes d'attentats et préserver la mémoire combattante. (Applaudissements sur quelques travées du groupe LaREM ; M. Jean-Marie Bockel applaudit également.)

M. Jean-Raymond Hugonet. - Je convoque la mémoire, vous invoquez la comptabilité !

Après la mort du brigadier Ronan Pointeau, les coups de rabot budgétaire sont insupportables. Je laisserai notre plus glorieux prédécesseur vous donner la réplique :

« Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie Ont droit qu'à leur cercueil la foule vienne et prie. Entre les plus beaux noms leur nom est le plus beau. Toute gloire près d'eux passe et tombe éphémère ; Et, comme ferait une mère, la voix d'un peuple entier les berce en leur tombeau !»

Entendez, madame la ministre, la voix de Victor Hugo et donnez à l'ONACVG les moyens de poursuivre sa noble mission. (Applaudissements sur les travées des groupes Les Républicains et UC ainsi que sur quelques travées du groupe SOCR)

La séance est suspendue à 16 h 15.

présidence de Mme Hélène Conway-Mouret, vice-présidente

La séance reprend à 17 h 15.