Allez au contenu, Allez à la navigation

Compte rendu analytique officiel du 14 novembre 2019

Rappel au Règlement

M. Alain Milon, président de la commission des affaires sociales . - Dans notre pays - la France (Sourires) - se tient une manifestation des personnels soignants.

Le docteur Pelissolo, psychiatre au centre hospitalier universitaire Henri Mondor, membre du collectif Inter-Hôpitaux, a été reçu au Sénat à 13 heures, avec Mme Plumet, infirmière à la Pitié-Salpêtrière, et M. Martinez, aide-soignant à l'Hôtel-Dieu.

Ce n'est pas une habitude que le Sénat reçoive ainsi des manifestants. Nous l'avons fait dans le cadre de l'examen du projet de loi de financement, et aussi parce que la commission des affaires sociales alerte depuis plusieurs années les gouvernements successifs sur le malaise de l'hôpital.

Ce malaise n'est pas dû à une prise de conscience des difficultés, car le diagnostic du manque de personnel, de médecins et de moyens est posé depuis longtemps. Il est devenu si important que nous sommes passés du mouvement des gilets jaunes à celui des blouses blanches - ce qui peut être dangereux pour la France.

Il faudrait augmenter les salaires et les moyens financiers des hôpitaux, c'est-à-dire l'Ondam. Cela signifierait prendre de l'argent dans la poche des Français. Cela supposerait de réunir des états généraux de la santé partout sur le territoire, pour le faire comprendre.

Monsieur le ministre, je ne vous jette pas la pierre. Les gouvernements et les parlements successifs qui ont voté les projets de loi de financement depuis une dizaine d'années sont conjointement responsables. Mais nous devons informer nos concitoyens de la situation.

M. le président. - Acte vous est donné de ce rappel au Règlement.

M. Olivier Dussopt, secrétaire d'État. - Merci pour ces propos. La difficulté est due à quantité d'années de restriction budgétaire.

Mme Buzyn réfléchit à des solutions systémiques. Elle a dit sa disponibilité pour rencontrer le personnel en grève. C'est pourquoi je serai amené à répondre ici hors de sa présence.