Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Mutilations sexuelles féminines

Dernière mise à jour le 23 mai 2018
Partager cet article :
  • sur Facebook
  • sur Twitter
  • sur Google Plus
  • sur LinkedIn

Mercredi 16 mai 2018, Maryvonne BLONDIN et Marta de CIDRAC ont présenté à la presse les conclusions de leur rapport sur les mutilations sexuelles féminines.

 

 

 

 

Conférence de presse (16 mai 2018)

 

Mercredi 16 mai 2018, Maryvonne BLONDIN et Marta de CIDRAC ont présenté à la presse les conclusions de leur rapport sur les mutilations sexuelles féminines.

 Comprendre les enjeux

 

Dès le début de la session 2017-2018, la délégation aux droits des femmes du Sénat a souhaité travailler sur les mutilations sexuelles féminines, cette thématique, liée aux mariages précoces et forcés, ayant toute sa place dans un agenda centré, depuis le renouvellement du Sénat de septembre 2017, sur les violences faites aux femmes.

Consciente que l’excision concerne tant les femmes que les fillettes et les adolescentes, la délégation a entendu des acteurs et actrices de la lutte contre l’excision – médecins, responsables associatifs, travailleurs sociaux – et a donné la parole aux victimes lors de deux déplacements.

Ces témoignages l’ont convaincue de la nécessité de poursuivre la mobilisation contre des pratiques qui font une victime toutes les quinze secondes dans le monde et qui, présentes dans une trentaine de pays, répartis sur trois continents, causent à celles qui les subissent un traumatisme effroyable et une dégradation considérable de leur santé. Ils ont attiré l’attention de la délégation sur l’importance d’une vigilance accrue, dans notre pays, à l’égard des adolescentes, qui peuvent être menacées d’excision à l’occasion d’un voyage dans le pays d’origine de leur famille, lors des congés scolaires.

Au terme de son analyse, la délégation présente des recommandations qui concernent notamment, plus particulièrement, la protection des mineures contre l’excision, le soutien des associations engagées dans la lutte contre les mutilations sexuelles féminines et la formation de tous les professionnels concernés au repérage, à l’orientation et à l’accompagnement des victimes.

Les travaux de la délégation aux droits des femmes

 

Audition du Docteur Pierre FOLDÈS et de Frédérique MARTZ (22 mars 2018)

Jeudi 22 mars 2018, la délégation aux droits des femmes a auditionné les co-fondateurs de Women Safe - Institut en santé génésique de Saint-Germain-en-Laye, le Docteur Pierre FOLDÈS, urologue, et Frédérique MARTZ, directrice générale, sur les mutilations génitales féminines et le fonctionnement de l'Institut.

 

Table ronde (8 février 2018)

Jeudi 8 février 2018, à l'occasion de la Journée internationale de tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines, la délégation aux droits des femmes a organisé une table ronde avec les interventions de :

- Isabelle GILLETTE-FAYE, présidente de l'associationExcision, parlons-en ! ;

- Diaryatou BAH, auteure de On m'a volé mon enfance ;

- Ghada HATEM, gynécologue-obstétricienne, fondatrice de La Maison des femmes de Saint-Denis ;

- Docteur Morissanda KOUYATÉ, expert auprès des Nations Unies sur les mutilations génitales féminines et les mariages précoces, directeur exécutif du comité inter africain sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants ;

- Fatiha MLATI, directrice de l'intégration, coordinatrice de la question du genre de France terre d'asile, membre de la commission d'orientation de la MIPROF ;

- Ernestine RONAI, co-présidente de la commission "Violences de genre" du Haut Conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes.

 

Déplacement à Saint-Germain-en-Laye, à Women Safe - Institut en santé génésique (5 février 2018)

Lundi 5 février 2018, la délégation aux droits des femmes s'est rendue à Saint-Germain-en-Laye, à Women Safe - Institut en santé génésique.

En savoir plus :

Photo ©