Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

 

Les grandes pages de l'histoire de l'abolition de la peine de mort en France


Jules SIMON (1814-1896)

Ancien élève de l’Ecole Normale supérieure, professeur de philosophie, Jules SIMON fut élu député en 1848. En 1851, il refusa de prêter serment à l’Empire. Il fut néanmoins élu au Corps Législatif en 1863. En septembre 1870, il devint ministre de l’instruction publique dans le gouvernement de la Défense Nationale. Sénateur inamovible et membre de l’Académie Française à partir de 1875, il accéda à la fonction de Président du Conseil en décembre de la même année. Le 16 mai 1877, Jules SIMON démissionna à la demande du Président de la République, le maréchal de MAC-MAHON. Par la suite, Jules SIMON s’est signalé au Sénat par son opposition à Jules FERRY, notamment  à propos de la politique scolaire et de l’article 7 du projet de loi du 15 mars 1879 par lequel le gouvernement voulait interdire l’enseignement aux congrégations non autorisées.

 

Jules Simon.jpg (17514 octets)


 

Les grandes pages de l'histoire de l'abolition de la peine de mort en France