Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

20ème anniversaire de l'abolition de la peine de mort en France : les grandes pages de l'histoire de l'abolition en France

Jusqu’au débat des années 1970, la question de la peine de mort a fait l’objet d’intenses réflexions et discussions, en particulier :

Les sources du débat

L’œuvre de la Révolution en matière pénale est principalement inspirée des travaux de l’italien Cesare Beccaria (1738-1794) et notamment de son livre Des délits et des peines, publié secrètement en 1764. Dès sa sortie, cet ouvrage connaît un succès retentissant. En France, il est remarqué par Diderot et d’Alembert et Voltaire publie un Commentaire sur Des délits et desCesare Beccaria peines dès 1766.

La démonstration de Beccaria est claire. Elle s’appuie sur des valeurs de raison et d’humanité : " Pour que n’importe quelle peine ne soit pas un acte de violence exercé par un seul ou par plusieurs contre un citoyen, elle doit absolument être publique, prompte, nécessaire, la moins sévère possible dans les circonstances données, proportionnée au délit et déterminée par la loi ". Il interroge : " En vertu de quel droit les hommes peuvent-ils se permettre de tuer leurs semblables ? Ce droit n’est certainement pas celui sur lequel reposent la souveraineté et les lois". Il estime donc que la peine de mort n’est pas un droit et il ajoute : "si je prouve que cette peine n’est ni utile ni nécessaire, j’aurai fait triompher la cause de l’humanité ". Il considère enfin qu’un régime où règne la paix et la légalité n’a pas besoin de la peine de mort, d’autant que " l’expérience des siècles" montre que " le dernier supplice n’a jamais empêché les hommes résolus de nuire à la société ".