Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Le duc d'Audiffret-Pasquier, premier Président du Sénat de la IIIème République

Le 15 mars 1876, le duc d'Audiffret-Pasquier est élu premier président du Sénat de la IIIème République

Le duc d'Audiffret-Pasquier

Le comte Edme, Armand, Gaston d'Audiffret, né à Paris le 21 octobre 1823, est le fils de Florimond, Louis, comte d'Audiffret, receveur général des finances et de Gabrielle, Zoé Pasquier, nièce et héritière du duc Pasquier.

Adopté par le duc Etienne-Denis Pasquier (1767-1862), préfet de police de Paris, à la fin du Premier empire, et chancelier de France en 1837, dont il est le petit neveu, il lui succède dans son titre ducal. En effet, le chancelier Pasquier a obtenu, par l'ordonnance du 16 décembre 1844, la réversibilité de son titre sur le chef du comte d'Audiffret. Ce dernier devient donc à la mort du chancelier, en1862, duc d'Audiffret-Pasquier.

 

En 1845, Gaston d'Audiffret est nommé auditeur au Conseil d'Etat. Il y est promu maître des requêtes, au lendemain de la révolution de 1848. Il épouse le 5 juillet 1845 Jemmy-Mary Fontenillat, soeur de la femme de Casimir-Périer, et est élu maire de sa commune, en 1846, à Saint Christophe-le-Jajolet où se trouve la propriété de Sassy, acquise par le chancelier Pasquier.

En 1861, il devient conseiller général du canton de Mortrée, dans l'Orne. En 1866 et en 1869, il échoue, par deux fois, à la députation face au candidat officiel de l'Empire, le baron de Mackau.

Le 8 février 1871, lors des élections générales, le duc d'Audiffret-Pasquier, candidat indépendant, est brillamment élu à l'Assemblée nationale, au scrutin de liste départementale à un tour, dans la quatrième circonscription de l'Orne. Il y défend les intérêts des princes d'Orléans, tout en gardant ses distances vis à vis des partis, ce qui lui permet des alliances à droite comme à gauche.

Il se voit confier la présidence de trois commissions successives : la première est chargée d'examiner les marchés passés par les administrations, depuis juillet 1871 ; la deuxième résulte de la fusion, en 1873, de cette commission des marchés avec la commission de la guerre qui, dans le contexte de la défaite, joue un rôle important dans la reconstruction et l'assainissement financier du pays ; la troisième commission, créée en janvier 1872, sur une proposition du duc lui-même, se propose d'étudier la condition de la classe ouvrière française.


Le duc d'Audiffret-Pasquier et la question sociale...

Le château de Sassy
Découvrez le château de Sassy

  Audiffret-Pasquier se fait connaître en dénonçant, dans un discours, que l'Assemblée nationale décide de faire afficher dans toutes les communes de France, les abus et les malversations de l'Empire. Il contribue activement à la chute de Thiers, le 24 mai 1873, et prône la restauration d'une monarchie constitutionnelle. La résistance du comte de Chambord sur la question du drapeau conduit Audiffret-Pasquier à voter pour le septennat du maréchal de Mac-Mahon, en novembre 1873.

Audiffret-PasquierPrésident du centre droit, il est élu en décembre 1874 vice-président de la Chambre. Il vote contre l'amendement Wallon en janvier 1875  mais approuve les lois constitutionnelles qui fondent la IIIème

 

Voir la notice biographique du Sénateur Audiffret-Pasquier

Dossier d'archives du Sénat