Allez au contenu, Allez à la navigation

Tibet 1980-2014

23 juin 2015 : Tibet 1980-2014 ( rapport de groupe interparlementaire d'amitié )

Groupe d'information internationale sur le Tibet(1(*))

TIBET 1980-2014

Actes du colloque du 24 mai 2014

Palais du Luxembourg

Salle Clemenceau

Les propos des intervenants durant cette journée d'échanges n'engagent qu'eux-mêmes, et ne sauraient donc être imputés au Sénat, ni considérés comme exprimant son point de vue ou comme ayant son approbation.

LISTE DES INTERVENANTS :

- Mme Katia Buffetrille, anthropologue et tibétologue à l'École pratique des Hautes Études,

- Mme Marie-Dominique Even, chargée de recherche au Centre national de la Recherche scientifique (CNRS),

- M. Jean-Marie Fardeau, directeur France de Human Rights Watch, 

- M. Andrew Fischer, professeur associé à l'Institut international des Sciences sociales de La Haye, 

- Mme Françoise Robin, professeure de langue et littérature tibétaines à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO),

- M. Elliot Sperling, professeur au Centre d'études eurasiennes de l'Université d'Indiana, 

- M. Nicolas Tournadre, professeur de linguistique à l'Université d'Aix-Marseille et membre du laboratoire Lacito (CNRS), 

- M. Lun Zhang, maître de conférences en civilisation chinoise à l'Université de Cergy-Pontoise.

OUVERTURE

par M. Jean-François HUMBERT, Président du groupe d'information internationale sur le Tibet2(*)

Mesdames, Messieurs,

Je vous souhaite la bienvenue au Palais du Luxembourg où siège le Sénat. En tant que président du groupe d'information sur le Tibet, je souhaite vous dire quelques mots introductifs avant de passer la parole à Mme Katia Buffetrille pour la présentation de cette journée de conférences.

Le groupe d'information internationale sur le Tibet compte actuellement trente-deux sénateurs1, ce qui en fait un groupe numériquement important. Parmi ces membres figurent des sénatrices et sénateurs issus des différents groupes politiques du Sénat, ce qui prouve que l'intérêt pour le Tibet dépasse largement les débats et les problèmes de politique intérieure.

Ce groupe oeuvre beaucoup pour faire connaître la situation du peuple tibétain. Il reçoit régulièrement au Sénat les personnalités tibétaines de passage à Paris ou en Europe.

Je vous souhaite donc, à tous, une excellente journée. Je laisse la parole à Mme Katia Buffetrille qui a initié cette journée et tiens à l'en remercier.

INTRODUCTION

par Mme Katia BUFFETRILLE, anthropologue et tibétologue
à l'École pratique des Hautes Études

Je tiens tout d'abord à remercier le groupe d'information internationale sur le Tibet, et en particulier son président, M. Jean-François Humbert, grâce à qui ce colloque a lieu.

Je voudrais en introduction dire quelques mots expliquant le titre de cette manifestation. 1980 marque en effet une date importante dans l'histoire récente du Tibet. C'est à cette date que Hu Yaobang, alors secrétaire général du Parti communiste chinois, se rend dans la Région autonome du Tibet. La situation qu'il y observe le conduit à défendre une politique d'ouverture économique, d'une part, et de soutien à la culture, à la religion et à la langue tibétaines, d'autre part. Cette politique s'accompagne du renvoi de plusieurs milliers de cadres chinois. Mais dès la fin des années 1980, les autorités chinoises optent pour des politiques de développement qui prennent peu en compte la réalité socio-culturelle spécifique du haut plateau tibétain, politiques auxquelles les Tibétains tentent de trouver des réponses.

Je tiens à préciser que le mot Tibet recouvre ici le Tibet historique, que d'autres appellent le Tibet ethnographique, c`est-à-dire la Région autonome du Tibet (RAT), la région est, le Kham, et la région nord-est, l'Amdo. Le Tibet historique recouvre une superficie de 2,5 millions de km2, ce qui représente un quart de la Chine.

Je voudrais maintenant vous présenter les différents intervenants.

Mme Marie-Dominique Even, orientaliste de formation, ouvrira cette journée de conférences. Ses travaux portent sur l'histoire et la langue mongoles, ainsi que sur les conceptions religieuses des Mongols. Elle s'est rendue, à plusieurs reprises, parmi des groupes mongols de Chine et a observé sur le terrain les politiques chinoises qui ont conduit à une transformation et à une sinisation radicales de ces territoires. Elle traitera aujourd'hui « De l'empire mandchou à la Chine moderne, ou du multiculturalisme à l'assimilation ».

M. Andrew Fischer enseigne à l'Institut international des Sciences sociales de la Haye. Il a vécu sept ans parmi les réfugiés tibétains en Inde et au Népal. Depuis 2001, il mène des recherches sur les stratégies de développement économique régional dans les zones de « minorités » de l'ouest de la Chine. Il est l'auteur de plusieurs livres et de nombreux articles. Son intervention portera sur « La grande transformation du Tibet : les changements économiques et sociaux des trente dernières années ».

M. Jean-Marie Fardeau est le directeur du bureau français de l'ONG Human Rights Watch. Son travail vise à faire intégrer la dimension des droits humains dans la politique intérieure et étrangère de la France.

Le dernier intervenant de la matinée est M. Elliot Sperling, sinologue et tibétologue. Il est professeur à l'Université d'Indiana aux États-Unis et ancien président du département eurasiatique. Il travaille sur l'histoire du Tibet et ses relations historiques et contemporaines avec la Chine. Sa présentation sera consacrée à la « Vie et la mort du Xème panchen-lama ».

Je présenterai la première contribution de l'après-midi. Ethnologue et tibétologue, je suis chercheure à l'École Pratique des Hautes Études. Je m'intéresse aux rituels « populaires » et à leur transformation au sein de la République populaire de Chine (RPC) ainsi qu'aux politiques culturelles. Je parlerai des «  Formes tibétaines de contestation des politiques chinoises : 1980--2014 ».

Puis, ce sera le tour de Mme Françoise Robin, qui est professeure de langue et littérature tibétaines à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales. Ses recherches l'ont amenée à observer  les pratiques culturelles telles que la littérature et le cinéma et à s'interroger sur leur rôle dans la société tibétaine contemporaine. Son intervention portera sur « La montée en audace des écrivains tibétains et l'évolution du champ littéraire de langue tibétaine (1980-2014) ».

M. Nicolas Tournadre, qui est professeur à l'université d'Aix-Marseille, traitera du « Développement des langues et les nouvelles technologies de la communication : le miracle tibétain ». Il a effectué des recherches linguistiques sur le haut plateau tibétain et dans l'Himalaya depuis 1985. Il est l'auteur de 7 ouvrages et de nombreux articles dont le Manuel de Tibétain standard et tout récemment le Prisme des Langues, un essai sur la diversité linguistique dans le monde.

M. Lun  Zhang, maître de conférences à l'université de Cergy Pontoise, sera le dernier intervenant. Ses recherches portent sur la modernité chinoise et la transition actuelle en Chine. Il nous fera part de ses réflexions au terme de cette journée de conférences.


* (1) Membres du groupe d'information internationale sur le Tibet : M. Michel RAISON, Président ; M. Michel AMIEL, M. Maurice ANTISTE, M. Alain ANZIANI, M. Michel BERSON, Mme Annick BILLON, Mme Marie-Christine BLANDIN, M. Yvon COLLIN, M. Jean DESESSARD, M. Bernard FOURNIER, M. Jean-Paul FOURNIER, M. Jean-Claude FRÉCON, M. André GATTOLIN, M. Alain HOUPERT, Mme Sophie JOISSAINS, Mme Chantal JOUANNO, Mme Christiane KAMMERMANN, M. Joël LABBÉ, Mme Élisabeth LAMURE, Mme Catherine MORIN-DESAILLY, M. Jean-Vincent PLACÉ, M. Jean-Pierre SUEUR

________________

N° GA 127 - Juin 2015

* 2 Avant le renouvellement sénatorial de septembre 2014