Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Collocolombie2005 Sénat-UbiFrance



retour sommaire suite

Témoignages d'entreprises

Table ronde


Michel BOCQUENTIN, Directeur général adjoint, Directeur des Affaires internationales, Soletanche-Bachy

Jean-Claude PONS, Auditeur international, Ecocert

Jean-Louis SERVRANCKX, Vice-président international, Vinci Construction Grands Projets

Stéphane REGNAULT, Président Directeur général, Vygon

La table ronde est animée par Paul DE VOS.

Paul DE VOS

Il nous a paru normal à l'issue de cette demi-journée consacrée à la Colombie et à son attractivité pour les entreprises de donner la parole à celles qui ont fait le choix de ce pays.

Michel BOCQUENTIN

Le groupe Soletanche-Bachy est un groupe de travaux publics spécialisé dans les travaux sous-terrain. Nous sommes installés en Colombie depuis huit ans, en partenariat avec le numéro 1 de la construction dans ce pays. Nous avons créé une JV à 50/50 et nos relations sont très bonnes.

Nous avons pu pénétrer ce marché grâce à notre capacité d'innovation, le marché étant très concurrentiel. Contrairement aux idées reçues, les appels d'offres publics dans notre domaine sont très propres, le marché est totalement transparent. Enfin, pour nous, la Colombie est devenue la base de notre marché régional en Amérique du Sud.

Jean-Claude PONS

Ecocert est une PME gersoise dont l'activité principale est la certification qualité des produits, notamment biologiques. Nous sommes présents en Colombie depuis une dizaine d'années. Je tiens à souligner le haut niveau culturel et éducatif de ce pays. Nous pouvons y travailler avec du personnel très motivé et comprenant parfaitement les enjeux de l'entreprise. Les clients sont également des interlocuteurs tout à fait aptes à comprendre les enjeux du marché. D'une manière générale, l'environnement est tout à fait favorable. La justice fonctionne bien. Nous avons ainsi pu obtenir gain de cause dans le cadre d'un souci juridique que nous avons rencontré.

La Colombie se caractérise par sa double façade atlantique et pacifique. Cette situation stratégique en Amérique latine est à considérer.

Enfin, et cela n'a pas encore été souligné, l'empreinte des Etats-Unis dans ce pays est très forte et la concurrence des entreprises américaines est très difficile à contourner, les Colombiens ayant tendance à privilégier les offres américaines.

Jean-Louis SERVRANCKX

Vinci est un leader sur le marché de la construction. Nous sommes revenus en Colombie il y a deux ans, en privilégiant deux voies principales. Nous n'avons pas rencontré de succès dans le domaine de la construction, car la Colombie est un pays développé qui n'a pas besoin de l'intervention d'une grande entreprise de construction française. Il n'est donc pas envisageable d'y proposer du « tout-venant ». Il est préférable d'investir en Colombie sur des secteurs plus spécialisés faisant appel à une maîtrise technique poussée. L'environnement juridique de la Colombie, bien que lourd, permet aux entreprises comme la nôtre d'obtenir les autorisations nécessaires.

Nous sommes particulièrement satisfaits de la qualité de la main-d'oeuvre colombienne. Nous avons pu acquérir une entreprise locale, ce qui nous a donné accès à un formidable réservoir de spécialistes, de techniciens parfaitement formés, que nous envoyons aujourd'hui à travers le monde et qui nous confèrent un avantage compétitif important.

Stéphane REGNAULT

Je suis président de Vygon, société spécialisée dans le matériel médical à usage unique. Nous sommes implantés en Colombie depuis 1990. Nous y avons trouvé des partenaires dans notre métier et nous avons pu ainsi créer une JV. Après quelques années, nous avons été conduits à racheter les parts de ce partenaire et sommes devenus actionnaires à 100 % de notre société colombienne. Nous venons récemment d'inaugurer une nouvelle usine. Notre chiffre d'affaires local est en croissance régulière de 15 à 20 % l'an et atteint maintenant 4 millions d'euros.

Notre objectif en Colombie est de produire à destination de l'Europe, mais aussi et principalement de produire pour les marchés sud-américains. Nous utilisons également la Colombie comme plaque tournante commerciale notamment vers les pays andins. Nous avons trouvé en Colombie un personnel de qualité, fiable et faisant preuve de réactivité.

La sécurité reste toutefois un problème pour nos salariés, même si la situation s'est améliorée depuis trois ans. La pression fiscale est également importante et nous attendons des améliorations dans ce domaine. Enfin, l'administration est très présente et les douanes interviennent parfois de façon étrange, ce qui peut nous pénaliser.

retour sommaire suite