Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Colloque Sénat-Ubifrance sur la Tunisie - 24 juin 2004


retour sommaire suite

III. L'approche pratique du marché

Jean-Nagib LEBRUN, Président-directeur général de Stratège, Conseiller du Commerce extérieur de la France

Il m'appartient de vous parler de l'approche pratique du marché.

Tout d'abord, je rappellerai rapidement quels sont les principaux avantages pratiques de la Tunisie. Je vous présenterai ensuite le parcours à suivre pour qui veut s'implanter en Tunisie ou y externaliser une partie de sa production.

Le premier avantage pour un investisseur étranger, à mon sens, est que les coûts de production sont très compétitifs en Tunisie. Le coût de la main d'oeuvre industrielle est de 15 par rapport à une base 100 en France. Le SMIC tunisien est de l'ordre de 140 euros pour une base de 48 heures de travail par semaine, et de 122 euros pour une base de 42 heures.

Les incitations fiscales constituent un autre avantage. L'exonération de l'impôt sur les bénéfices est totale durant les 10 premières années de fonctionnement. Par ailleurs, l'acquisition des équipements et intrants se fait en franchise totale des droits de taxe - pour les entreprises exportatrices.

Il existe en outre des avantages et incitations financiers non négligeables. Je pense notamment aux subventions en matière de formation dès le démarrage des projets, aux subventions en matière d'investissement matériel et immatériel dès la fin de la deuxième année de production, mais aussi aux subventions spécifiques supplémentaires en fonction de certaines priorités, parmi lesquelles le développement agricole, le développement régional, la protection de l'environnement et le transfert de technologies. Actuellement, nous installons le principal fondeur d'aluminium français en zone dite « d'ombre » : 25 % de ses investissements seront pris en charge par le gouvernement tunisien. J'ajoute enfin que la contribution patronale à la sécurité sociale tunisienne est prise en charge durant cinq ans.

Des avantages pourraient également découler du nouveau dispositif franco-tunisien qui remplacera celui du Fond d'étude et d'aide au secteur privé (FASEP). Les entreprises françaises se verraient allouer des crédits à taux bonifiés.

Vous l'aurez compris, la Tunisie offre un environnement approprié aux affaires : une liberté totale d'investissement permettant de détenir jusqu'à 100 % du capital, pas de barrière de la langue, la garantie du transfert des capitaux investis et de leurs revenus, la présence de nombreuses sociétés multinationales, une grande sécurité politique, sociale et économique, une proximité géographique qui facilite la logistique, l'intégration de la Tunisie à l'espace euro-méditerranée et une très bonne qualité de la vie.

Ces avantages ont permis, au fil des ans, le développement d'un secteur manufacturier traditionnel qui s'est progressivement étendu aux industries mécaniques et électriques, aux composants automobiles et même aux nouvelles technologies -sans oublier l'agroalimentaire et la chimie. Une nouvelle entreprise s'installe pratiquement tous les deux jours en Tunisie, et une entreprise française tous les six jours.

Une entreprise qui cherche à externaliser une partie de sa production doit tout d'abord mener une étude comparative afin de choisir le meilleur site d'implantation possible. En Tunisie, petit pays, tout le monde se connaît et il est relativement aisé d'éviter de faire les mauvais choix pour qui sait bien s'entourer. Malgré sa culture francophone, la Tunisie possède une culture des affaires différente de celle de la France. Il convient de ne pas l'oublier. Les Tunisiens sont de redoutables négociateurs. Il est donc nécessaire de bien préparer vos entretiens et de réfléchir en amont aux concessions que vous pourrez consentir. Les deux maîtres mots sont la patience et le sourire !

Dans un second temps, il convient de retenir la structure qui vous assistera. Elle vous aidera à choisir la zone d'implantation la plus judicieuse pour votre activité et vos impératifs, à rencontrer un bon fiscaliste et un bon juriste. Elle vous informera également sur l'ensemble des encouragements autres que fiscaux apportés par les autorités tunisiennes. Elle vous assistera dans le recueil de données fiables permettant d'établir un business plan réaliste. Enfin, elle vous accompagnera dans votre imprégnation de l'environnement socio-économique tunisien.

Enfin, la troisième étape est une étape pratique et concrète, qui concerne l'ensemble des actions liées à la création d'une société et au démarrage de son activité. Avec l'aide de votre structure accompagnatrice, vous devrez alors valider définitivement le business plan, rechercher un local ou un terrain, rédiger le contrat de location, constituer votre société clé en main en fonction de la structure retenue, accomplir l'ensemble des démarches auprès des autorités administratives, réaliser l'étude d'impact le cas échéant, préparer les dossiers de demande de subventions, recruter l'équipe dirigeante et rédiger les contrats d'embauche.

Nous aidons en moyenne une société par mois à s'installer en Tunisie. Le parcours est facile dès lors que l'on est bien entouré.

Je vous remercie.

Jacques LANXADE

Je vous remercie. J'insiste : il est extrêmement important de s'entourer de conseils juridiques avant de procéder à un investissement en Tunisie. Ce pays recense nombre de cabinets d'avocats de très grande qualité et en qui vous pouvez avoir toute confiance.

retour sommaire suite