Allez au contenu, Allez à la navigation

La castration chimique

Étude de législation comparée n° 202 - 12 novembre 2009

En France, c'est actuellement sur la base du volontariat que les délinquants sexuels suivent un traitement médicamenteux tendant à réduire la production de testostérone, mais le projet de loi sur la récidive criminelle devrait remettre en cause ce principe.

Les expériences étrangères sont souvent citées à l'appui des propositions visant à imposer aux délinquants sexuels un tel traitement. Elles sont également mentionnées lorsque la castration physique est évoquée.

L'analyse des dispositions applicables dans les pays auxquels on se réfère dans ce débat, l'Allemagne, l'Angleterre et le pays de Galles, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Pologne et la Suède, montre que :

- la castration chimique n'est obligatoire dans aucun pays, mais un texte tendant à imposer aux délinquants sexuels de suivre un traitement médicamenteux ou psychologique est sur le point d'être adopté en Pologne ;

- la castration physique des délinquants sexuels n'est prévue que par la loi allemande sur la castration volontaire.

Tous les documents de la rubrique