Allez au contenu, Allez à la navigation

La fonction « anticipation stratégique » : quel renforcement depuis le Livre blanc ?

Rapport d'information de M. Robert del PICCHIA, fait au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées n° 585 (2010-2011) - 8 juin 2011

Dans un monde imprévisible aux changements toujours plus rapides, les Livres blancs sur la défense et la sécurité nationale et sur la politique étrangère et européenne de la France de 2008 avaient pour la première fois fait de l'anticipation une fonction stratégique à part entière, et avaient identifié cinq leviers d'action pour la renforcer.

Pourtant, le printemps arabe a pris par surprise un dispositif français dont les faiblesses bien connues (« nanisme », éparpillement, conformisme intellectuel, incapacité à peser sur les décisions...) semblent toujours d'actualité.

Car les polémiques récentes sur l'aveuglement face à la révolution tunisienne masquent en réalité un désintérêt de fond pour cette question.

Refusant d'accepter la persistance d'un aveuglement collectif comme une fatalité, ce rapport a pour but de poser un diagnostic lucide et, surtout, de rouvrir le débat, autour de trois pistes de propositions pour renforcer, coordonner et rendre audible l'expertise française en la matière, au service de la décision.

La commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées entame ainsi un cycle de réflexions pour contribuer à nourrir, en amont, les débats à venir sur la revue du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationales.

Tous les documents de la rubrique