Allez au contenu, Allez à la navigation

La Philharmonie de Paris : une dérive préoccupante

Rapport d'information de M. Yann GAILLARD, fait au nom de la commission des finances n° 55 (2012-2013) - 17 octobre 2012

Dans le cadre de sa mission de contrôle budgétaire, conduite en application des dispositions de l'article 57 de la loi organique du 1er août 2001 relative aux lois de finances (LOLF), Yann Gaillard, rapporteur spécial, a choisi de mener une mission de contrôle sur l'un des grands chantiers culturels en cours : la Philharmonie de Paris.

Destiné à répondre à l'absence de grand auditorium qui serait, selon les défenseurs du projet, préjudiciable au rayonnement culturel de Paris, ce chantier doit permettre l'implantation, dans le parc de la Villette, d'une salle de concert symphonique au niveau des standards internationaux, tant en termes de jauge que d'acoustique.

Ce projet n'en soulève pas moins un certain nombre d'interrogations. Fallait il, en particulier, voir si grand ? La question se pose, compte tenu notamment de la présence « mitoyenne » de la Cité de la Musique.

A bien des égards, le projet de la Philharmonie de Paris n'a, en outre, pas fait exception à la « loi » de la plupart des chantiers culturels et a ainsi subi de nombreuses « vicissitudes », tant du point de vue du pilotage, que de celui des délais et des coûts.

Au-delà de la construction du nouvel auditorium, ce sont les enjeux associés à son ouverture qui interrogent. Des questions doivent, dès à présent, être posées : la reconfiguration de l'offre musicale à Paris, la gouvernance et l'équilibre économique de la Philharmonie en « rythme de croisière ».

A lire aussi

Tous les documents de la rubrique