Allez au contenu, Allez à la navigation

Actes du colloque Femmes résistantes, organisé le 27 mai 2014 dans le cadre de la première commémoration, au Sénat, de la Journée nationale de la Résistance

Rapport d'information de Mme Brigitte GONTHIER-MAURIN, fait au nom de la délégation aux droits des femmes n° 757 (2013-2014) - 18 juillet 2014

La délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes a souhaité organiser un colloque sur les femmes résistantes pour contribuer à la première commémoration, au Sénat, de la Journée nationale de la Résistance, instituée par la loi n° 2013-642 du 19 juillet 2013 adoptée à l'initiative du sénateur Jean-Jacques Mirassou pour célébrer la création par Jean Moulin du Conseil national de la Résistance, le 27 mai 1943.

Ce colloque, qui a eu lieu le 27 mai 2014, associait témoins, responsables d'associations, universitaires et chercheurs ainsi que des membres de la délégation aux droits des femmes qui ont présenté l'action au Sénat de sénatrices issues de la Résistance.

Trois tables rondes ont permis d'aborder successivement la place et le rôle des femmes dans la Résistance, d'entendre des témoignages vécus et de prendre connaissance de biographies de résistantes, et d'évoquer enfin le thème de la vie après la Résistance à travers l'engagement des anciennes résistantes au service de la Cité.

Deux des témoignages ont porté sur la déportation des résistantes à Ravensbrück.

Le 27 mai 2014, le Sénat a également rendu hommage, à l'initiative de la délégation aux droits des femmes, aux résistantes qui ont siégé dans l'hémicycle du Sénat depuis le début de la IVème République au cours d'une cérémonie à l'issue de laquelle a été dévoilée une plaque commémorative en leur honneur. Cette plaque est depuis exposée dans la galerie des Bustes du Sénat, voisine de l'Hémicycle.

Cette phrase de Mme Marie-José Chombart de Lauwe, présidente de la Fondation pour la mémoire de la Déportation, y est gravée :

« Nous n'étions pas des citoyennes à part entière, nous n'avions pas le droit de vote, il faut toujours le rappeler, mais nous avions une conscience politique et nous avons lutté contre l'oppression nazie, pour la patrie et les valeurs républicaines de liberté, de justice, de fraternité ».

A lire aussi

Tous les documents de la rubrique