Allez au contenu, Allez à la navigation

SIEMENS-ALSTOM : pour un géant du ferroviaire véritablement franco-allemand

Rapport d'information de M. Martial BOURQUIN, fait au nom de la mission commune d'information sur Alstom n° 449 (2017-2018) - 18 avril 2018

La mission d'information sur Alstom et la stratégie industrielle du pays s'est donnée pour objectif, au-delà de l'évolution d'Alstom, d'examiner notre politique industrielle afin de dessiner les contours d'une stratégie globale et efficiente en faveur de l'industrie, à l'heure où celle-ci est confrontée à des mutations et des défis induits par un mouvement de numérisation et de robotisation sans précédent, allié à une mondialisation toujours plus poussée des échanges. Après avoir procédé à 38 auditions et s'être déplacée sur des sites de production d'Alstom ainsi qu'à Munich pour y rencontrer les dirigeants du groupe Siemens, la mission a souhaité faire un premier bilan d'étape sur l'évolution d'Alstom.

Alstom devait se rapprocher d'un autre acteur du ferroviaire afin de disposer d'une taille critique pour affronter une concurrence de plus en plus forte. À cet égard, les synergies industrielles et économiques à tirer d'un rapprochement avec le groupe Siemens sont réelles. Néanmoins, la mission porte une appréciation critique sur les modalités de cette opération. Il lui est apparu contestable d'avoir privilégié une opération capitalistique favorable à Siemens, alors que d'autres modalités de rapprochement, sous la forme d'un Airbus du ferroviaire, étaient envisageables et tout aussi pertinentes en termes de développement industriel.

La mission préconise plusieurs mesures pour accompagner le rapprochement Siemens-Alstom, afin d'en limiter les conséquences potentiellement néfastes en France.

A lire aussi

Tous les documents de la rubrique