Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Discours de Monsieur Gérard Larcher, Président du Sénat
à l’occasion de l’inauguration de l’espace Stephan Hawking
sur le Téléport d’Eutelsat Paris-Rambouillet-Bleury Saint Symphorien
Vendredi 10 juillet 2015


Monsieur le Président-Directeur général du groupe Eutelsat,
Monsieur le Préfet d’Eure-et-Loir,
Monsieur le Sous-Préfet de Rambouillet représentant Monsieur le Préfet des Yvelines,
Monsieur le Président du Conseil départemental d’Eure-et-Loir, cher Albéric de Montgolfier,
Monsieur le Maire de Bleury Saint-Symphorien,
Monsieur le Maire de Prunay-en-Yvelines,
Monsieur le Président-Directeur général d’Arianespace,
Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux d’être ici parmi vous au Téléport Paris Rambouillet d’Eutelsat, pour inaugurer le nouvel espace Stephen Hawking.

J’ai récemment eu le plaisir de recevoir Michel de Rosen pour faire le point sur l’activité d’Eutelsat, opérateur majeur dans le domaine des satellites, puisque c’est le troisième opérateur mondial, avec 34 satellites, plus de 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2013-2014 et plus de 1 000 salariés, dont les deux tiers en France.

Il m’avait alors fait part des projets d’Eutelsat et des enjeux que représente l’espace.

Je le dis devant Stéphane Israël, PDG d’Arianespace, qui a lancé plus de la moitié des satellites d’Eutelsat, notre pays et l’Europe est l’une des grandes puissances spatiales et a su développer des compétences et des savoir-faire tout à fait remarquables.

C’est vrai dans le domaine de la connaissance pure de l’espace, c’est vrai dans le domaine des lanceurs, c’est vrai dans le domaine des satellites et c’est vrai aussi, comme on le voit aujourd’hui, dans le domaine des opérateurs de satellites.

Cette industrie, ces connaissances, cette expertise sont un atout majeur pour notre pays, à un moment où la demande de transmissions satellitaires explose. La croissance du parc de téléport en est un exemple puisque le nombre d’antennes a été multiplié par 5 entre 2004 et 2014 et la bande passante supportée par le téléport, multipliée par 50.

Cette industrie, nous devons en être fiers, nous devons la promouvoir et faire en sorte qu’elle demeure en pointe.

Or nous voyons bien aujourd’hui que des concurrents nouveaux apparaissent.
C’est vrai dans le domaine des lanceurs avec la compagnie américaine Space X, qui nous oblige à nous réformer.


C’est vrai avec des acteurs comme Google qui ont différents projets pour diffuser Internet.
C’est vrai avec les ambitions de nouveaux acteurs étatiques dans le domaine spatial : je pense par exemple aux Émirats Arabes Unis qui viennent de se doter d’une agence spatiale et ambitionnent d’envoyer une mission sur Mars.

Face à ce nouveau contexte, à cette concurrence accrue, nous devons innover, encore et toujours. Et nous devons aussi nous adapter lorsque c’est nécessaire.

Trop souvent, nous constatons qu’en quelques années, la France a perdu du terrain dans certains secteurs parce que sa compétitivité s’est émoussée.

Si je viens ici aujourd’hui, c’est pour vous dire ma confiance dans l’avenir du secteur spatial dans toutes ses facettes, vous dire que nous devons conserver cet atout majeur de notre industrie.

Pour Rambouillet, la présence du Téléport est évidemment une grande chance car ce sont près de 100 personnes hautement qualifiées qui y travaillent.

Mais le Téléport est aussi une chance pour la France tout entière. C’est par lui qu’ont notamment transité les 600 heures de retransmissions pour les directs télévisés pour les élections municipales… et les 5000 heures de transmission pour les Jeux Olympiques de Sotchi.

Ces deux exemples montrent tout l’intérêt de ce lieu stratégique certainement méconnu mais dont le territoire rambolitain peut être particulièrement fier !

Je vous remercie.