Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Intervention de M. Gérard LARCHER,
Président du Sénat,
30e anniversaire de l’association Adiflor
Alliance française

Mardi 8 décembre 2015


Monsieur le Président de la Fondation Alliance française, Cher Jérôme Clément, 
Monsieur le Président d’honneur d’Adiflor, Cher Louis Duvernois,
Monsieur le Président d’Adiflor,
Mesdames, Messieurs,

La célébration de cet anniversaire, les 30 ans de l’association Adiflor dont vous avez été pendant quatorze ans, Cher Louis Duvernois, un président actif et dont vous êtes désormais président d’honneur, est d’abord l’occasion de nous rassembler pour rendre hommage à l’action visionnaire en faveur de la langue et de la culture françaises de son fondateur, l’ancien secrétaire d’Etat et député du Loiret Xavier Deniau, qui fut également durant quinze ans le secrétaire général parlementaire de ce qui est aujourd’hui l’Assemblée parlementaire de la Francophonie.

Encourager, faire vivre la lecture en semant le plaisir de lire dans la langue de Molière, auprès d’un jeune public, partout dans le monde, demeurent au cœur des missions que poursuit l’association Adiflor et dont je salue l’action exemplaire et l’engagement de tous ses membres au service de la promotion du français et de l’éducation.

La Francophonie pour reprendre les termes de M. Boutros Boutros-Ghali lors de sa réception solennelle au Palais du Luxembourg, le 3 mai 2000, ne saurait être ni « l'expression nostalgique d'un paradis perdu », ni « l'avatar d'un impérialisme révolu », ni « la défense sourcilleuse d'une langue figée ». La Francophonie, c’est d’abord cette volonté de faire exister cet outil de communication et de culture qu’est la langue française. La Francophonie, c’est une communauté de valeurs universelles que nous devons plus que jamais défendre, la paix, la liberté, la solidarité, la démocratie.

L’espace francophone - notre famille francophone - a été très douloureusement frappé et éprouvé par les attaques terroristes au cours de l’année qui s’achève. Les terroristes ont voulu abattre la culture et les valeurs auxquelles nous sommes si profondément attachés. Après le temps du deuil, il nous faut revenir dans le temps de l’action. La langue et la culture françaises doivent plus que jamais rayonner sur les cinq continents. Car, comme je le rappelais récemment au Salon francophone du livre de Beyrouth, « le partage des cultures est le gage du vivre ensemble et de la paix ».

Dans ce lieu qui abrite la Fondation Alliance française, les mots du poète Léopold Sédar Senghor résonnent singulièrement : « Avant tout, pour nous, la Francophonie est culture. C'est une communauté spirituelle : une noosphère autour de la terre».

La Francophonie a toujours été au cœur des préoccupations et des réflexions du Sénat, qu’il n’a eu de cesse de défendre, se posant en défenseur ardent de la langue française et de la diversité des expressions culturelles. Faut-il évoquer l’enthousiasme du Président Jacques Legendre qui durant de nombreuses années consacra un rapport budgétaire à cette dimension politique, culturelle et économique que représente la Francophonie. Il en constituait même une singularité éditoriale de la Haute Assemblée.

Cette ambition portée par le Sénat pour la Francophonie est plus que jamais actuelle puisque la commission de la culture vient de vous confier, Monsieur le Sénateur, ainsi qu’à Mme la Sénatrice Claudine Lepage, une réflexion sur la géopolitique de la Francophonie qui n’avait pour l’instant jamais été traitée au Sénat et qui devrait rendre ses conclusions au printemps prochain. C’est une Francophonie résolument tournée vers l’avenir que nous devons faire vivre.

Je souhaite donc un très bon anniversaire à l’association Adiflor et forme le vœu qu’elle poursuive pour de longues années encore ses projets au service de la langue et de la culture françaises.