Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Message d’accueil du Président
à la remise du Prix du Trombinoscope
Mercredi 3 février 2016



Mesdames et Messieurs les ministres,
Mesdames et Messieurs les députés,
Mesdames et Messieurs les sénateurs,
Mesdames et Messieurs,
Madame la Présidente du jury, Chère Arlette Chabot,

Le Prix du Trombinoscope revient cette année au Sénat pour sa 24ème édition.

Soyez les bienvenus dans les Salons Boffrand du Petit Luxembourg, aujourd’hui hôtel de la Présidence du Sénat.

Réunir la presse et les femmes et hommes qui ont marqué l’actualité politique de l’année 2015 en ce lieu me donne l’occasion de rappeler que le Petit Luxembourg a été marqué par les vicissitudes de l’Histoire de France. Pour n’en citer que deux : la journée des dupes en 1630 entre Richelieu et Marie de Médicis, et le coup d’État du 18 Brumaire an VIII…

Mais ce soir, loin du Cardinal et du Petit Caporal, nous sommes ensemble pour distinguer celles et ceux qui ont, par leur action politique, marqué l’année 2015.

Cette année 2015, ô combien douloureuse pour la France et les Français !

Entachée par des actes de guerre d’une barbarie inouïe, des crimes qui resteront gravés à jamais dans nos mémoires, la France, à travers ses élus, ses responsables politiques locaux et nationaux, mène un combat contre l’islamisme radical à l’intérieur comme à l’extérieur, un combat aussi contre tous les « replis » qu’ils soient religieux, ethniques, régionaux ou politiques.

Une année 2015 qui a mis à jour les angoisses des Français, leurs doutes, leur sentiment d’abandon qui se sont exprimés, nous ne devons jamais l’oublier, le 6 décembre au premier tour des élections régionales. C’est un sentiment de défiance, je le mesure à chacun de mes déplacements et nous devons engager au plus vite la reconquête de l’opinion, nous bien sûr les responsables politiques, vous également les journalistes car ce sont les fondements mêmes de notre démocratie qui sont atteints : la représentation nationale et la presse.

Alors il nous faut tous aujourd’hui, responsables politiques, élus, parlementaires, et vous femmes et hommes de médias qui font l’opinion, entendre et comprendre cette France « d’à-côté », rurale, périurbaine qui se sent délaissée.

J’espère Mesdames et Messieurs du Jury que vos choix se seront portés sur des femmes et des hommes qui œuvrent, chacune et chacun à leur place, pour restaurer la confiance perdue depuis tant d’années entre les Français et la République.

Et comme nous sommes au Palais du Luxembourg, permettez-moi d’ajouter que le Sénat demeure le reflet de nos territoires ; que les sénateurs sont les « élus des élus », ces élus locaux qui seuls gardent la confiance de nos concitoyens et fertilisent le débat parlementaire par la connaissance et l'attachement qu'ils portent à nos communes, à nos départements et à nos régions.

Ces terribles événements que nous avons vécus en 2015 n’ont pas permis, selon la dernière étude du CEVIPOF, de modifier la perception qu’ont les Français vis-à-vis des modalités de fonctionnement de la démocratie et des acteurs de la démocratie que sont les partis et les dirigeants politiques.

Ils restent fondamentalement déçus et désillusionnés, voire méfiants et défiants, et adhèrent néanmoins toujours à la définition minimaliste, « churchillienne », de la démocratie puisque 84% déclarent que « la démocratie peut poser des problèmes, mais c’est quand même mieux que n’importe quelle autre forme de gouvernement ».

Mesdames et Messieurs, il est de la responsabilité de chacun de nous, institutionnels et médias, de s’attaquer au processus de reconstruction politique. Et le Sénat demeure naturellement le point d’appui de cette légitimité venue d’en bas.

Cher François-Xavier d’Aillières, je sais que vous veillez à ce que le Prix du Trombinoscope, au-delà de son aspect événementiel pour le tout Paris médiatico-politique, demeure le reflet de l’engagement, du travail, des responsables politiques au service des Français.

Je vous laisse la parole pour ouvrir cette 24ème édition.