Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Associations : Les femmes s'engagent !
Colloque jeudi 31 mars 2016

Ouverture par M. Gérard Larcher, Président du Sénat



Madame la Présidente de la délégation aux droits des Femmes, Chère Chantal Jouanno,
Mesdames les sénatrices, messieurs les sénateurs, chers collègues,
Mesdames et messieurs les élus,
Mesdames les présidentes d’associations,
Chers amis bénévoles du milieu associatif,
Mesdames, Messieurs,

C’est à la fois un grand plaisir et un honneur pour moi d’ouvrir ce matin ce colloque que la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes du Sénat a pris l’heureuse initiative de consacrer cette année à l’engagement associatif, après celui de l’an dernier dédié à l’anniversaire du premier vote des femmes en France.

Engagement et citoyenneté tel est le fil conducteur d’une des nombreuses réflexions que conduit la délégation que vous présidez, chère Chantal Jouanno.

Je voudrais rappeler en guise de préambule qu’il y a près d’un an -  c’était le 15 avril – je remettais au Président de la République, à sa demande, à la suite des attentats de janvier 2015, un rapport sur les moyens de renforcer le sentiment d’appartenance à la République française que j’avais choisi d’intituler : « La Nation française, un héritage en partage ». Cette réflexion fut pour moi l’occasion de montrer les liens indéfectibles entre le renforcement de l’engagement républicain et celui du sentiment d’appartenance à la Nation.

L’engagement associatif au-delà de toutes nos différences permet de nous rassembler au service des autres, pour une cause générale ou particulière, pour apporter du sens à notre vie, pour partager nos passions ou nos compétences. C’est aussi, plus particulièrement pour les jeunes, un moyen de faire vivre la citoyenneté et les valeurs républicaines. Bien souvent, il est le premier pas vers un engagement électif au service de sa commune.

Avec plus d’un million d’associations et environ 16 millions de bénévoles en France : la vie associative, d’après ces indicateurs, se porte bien dans notre pays et continue à se développer.

L’engagement associatif a d’ailleurs été déclaré Grande cause nationale en 2014. Les associations jouent dans notre société et dans notre économie un rôle fondamental. Il est essentiel de le rappeler à cette occasion. « La pierre n’a point d’espoir d’être autre chose que pierre, mais de collaborer, elle s’assemble et devient temple » faisait remarquer Antoine de Saint-Exupéry dans son ouvrage posthume Citadelle.

Ensemble, en s’associant, nous sommes capables de grandes et belles choses.

Nous les élus, nous le savons bien, nous le constatons quotidiennement : que seraient la vie locale et le lien social de nos territoires sans ces milliers d’associations qui organisent les activités sportives, le soutien scolaire, les manifestations festives, les loisirs pour toutes les générations ?

Quel visage offrirait notre société sans tous ces bénévoles qui apportent du réconfort aux plus démunis, aux personnes âgées isolées, aux malades, aux victimes de violences ?

Permettez-moi de laisser la parole, sur les associations, à un lointain collègue sénateur, Pierre Waldeck-Rousseau, qui a joué un rôle déterminant en son temps pour l’adoption, à l’issue de débats houleux, de la loi de 1901 sur le contrat d’association que vous connaissez tous et toutes très bien ici, qui très peu modifiée, a connu un bel avenir puisqu’elle régit encore aujourd’hui l’organisation de nos associations. Il disait : « L’association ne m’apparaît pas comme une concession de l’ordre politique : elle m’apparaît comme l’exercice naturel, primordial, libre, de l’activité humaine».

Certes, le secteur associatif rencontre actuellement  des difficultés : les financements publics diminuent, la complexité des règles de gestion est souvent répulsive, et il n’est pas toujours si facile d’attirer de nouveaux bénévoles, notamment chez les actifs…

Mais aujourd’hui, vous êtes réunis pour débattre d’un autre sujet.

L’idée de ce colloque est de mettre en valeur tout ce que les femmes apportent à la vie associative. « Associations : les femmes s’engagent ! » : (voilà un titre approprié !)

Car c’est vraiment d’engagement dont il s’agit. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : les femmes sont tout autant impliquées dans la vie associative que les hommes : 51 % des bénévoles dans les associations sont des femmes, même s’il faut reconnaître qu’elles sont encore moins représentées au sein des instances dirigeantes.

Cette question des freins à l’accès aux responsabilités sera d’ailleurs le thème de votre seconde table ronde. Elles s’investissent également dans des domaines d’action différents : elles se tournent ainsi davantage vers l’aide aux malades, le social caritatif, la jeunesse ou l’éducation populaire. Les différentes intervenantes de cette matinée témoigneront de la diversité de cet engagement.

Oui, c’est bien d’engagement dont nous parlons parce que, participer à la vie d’une association, c’est donner beaucoup de soi, donner du temps, de l’énergie, et parfois au prix de sacrifices personnels.

C’est pourquoi je suis particulièrement heureux de cette occasion qui m’est donnée, non seulement de contribuer à mettre à l’honneur les bénévoles et les militantes associatives qui sont en nombre dans cette salle, mais aussi, tout simplement, de leur dire merci, merci pour un engagement qui suppose un grand dévouement et parfois de nombreux sacrifices.

Enfin, je tiens à me féliciter que cette salle reflète la diversité de nos territoires et que, malgré les difficultés de transports, le public de ce colloque, chère Chantal Jouanno, ait réussi à nous rejoindre au Sénat pour partager ce moment d’échanges et de convivialité.  

En effet, conformément à la pratique de la délégation aux droits des femmes, sa présidente a sollicité tous les sénatrices et sénateurs afin qu’ils lui indiquent les personnalités de leurs départements qu’ils souhaitaient convier à ce colloque.

C’est donc pour moi une satisfaction particulière de m’adresser aujourd’hui, grâce à cette initiative, à un public venu de départements aussi divers que le Nord, les Bouches-du-Rhône, le Loiret, l’Aude, la Meurthe-et-Moselle, la Saône-et-Loire, l’Indre, la Mayenne, le Rhône, le Haut-Rhin, le Cantal, le Calvados et, vous ne m’en voudrez pas de le garder pour la fin, les Yvelines. Pardon pour les départements que je n’aurais pas cités !

Mesdames et Messieurs, je suis heureux de vous accueillir au Sénat et je vous souhaite de très fructueux échanges.