Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Conséquences du "BREXIT"

Le Sénat entend les inquiétudes des pêcheurs français et agira auprès des autorités européennes, pour faire valoir leurs intérêts et défendre la Politique Commune de la Pêche (PCP)


Mercredi 5 avril 2017

Les Sénateurs appellent à défendre les intérêts des pêcheurs français dans les négociations à venir avec le Royaume-Uni, sur les modalités de son départ de l’Union européenne, communément appelé "Brexit". Ils soulignent le risque d’un "divorce conflictuel" aux conséquences aussi imprévisibles que potentiellement dévastatrices . Trouver une solution acceptable supposera une bonne volonté politique partagée, ainsi qu’une forte cohésion entre les 27 états membres restants de l’Union.

Le président de la commission des Affaires européennes du Sénat, M. Jean Bizet (Les Républicains – Manche), conduira à Bruxelles une délégation, le 28 avril prochain, qui rencontrera le Commissaire européen aux affaires maritimes et à la pêche, M. Karmenu Vella. Cette rencontre sera l’occasion d’affirmer que la PCP et l’avenir de la pêche française ne peuvent en aucun cas être une "variable d’ajustement" des négociations sur le "Brexit". Pour la France, il s’agit d’une priorité qu’elle défendra fermement.

En effet, les conséquences de la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne commencent juste à être appréhendées dans toute leur complexité. Parmi celles-ci figure l’avenir de la PCP.

Les pêcheurs français – à l’instar de leurs collègues des autres pays de l’Union – redoutent de voir remis en cause l’équilibre économique et social même, sur lequel repose leur profession. Ils craignent, en particulier, de se voir privés d’accès aux eaux britanniques, dans lesquelles ils réalisent environ le quart de leurs prises. Ils s’inquiètent également des risques de concurrence déloyale si leurs homologues britanniques venaient, à l’avenir, à abandonner le système de gestion durable de la ressource halieutique et à accroître leurs exportations en "cassant les prix".

Pour toutes ces raisons, le Sénat a souhaité entendre le Comité national des pêches maritimes et des élevages marins (CNPMEM), qui représente les pêcheurs français auprès des pouvoirs publics. L’audition de M. Hubert Carré, directeur général du CNPMEM, accompagné de plusieurs responsables de cette institution, a eu lieu le 4 avril 2017. Elle était organisée, conjointement, par les commissions des Affaires européennes et économiques du Sénat, présidées respectivement par MM. Jean Bizet et Jean-Claude Lenoir (Les Républicains – Orne).

Le secteur de la pêche occupe en France, au total, 48 000 emplois, dont 18 000 emplois directs sur 4 500 navires. Et, alors que la consommation de poissons de nos concitoyens n’a jamais été aussi élevée, le marché global des produits de la mer représente un volume annuel d’activité de 7 milliards d’euros.

À la demande de son président Gérard Larcher, le Sénat a mis en place un groupe de suivi sur le retrait du Royaume-Uni et la refondation de l’Union européenne, coprésidé par MM. Jean-Pierre Raffarin (Les Républicains - Vienne), président de la commission des affaires étrangères, et par M. Jean Bizet. Ces travaux, consultables en ligne, ont donné lieu à la publication d’un rapport d’étape "Brexit : pour une séparation ordonnée", ainsi que d’un rapport d’information "Relancer l'Europe : Retrouver l'esprit de Rome".

    Contact(s) presse :