Allez au contenu, Allez à la navigation

Mise en chantier de la route transeuropéenne (RN 89) en Gironde

8e législature

Question écrite n° 04157 de M. Philippe Madrelle (Gironde - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 22/01/1987 - page 87

M. Philippe Madrelle appelle l'attention de M. le ministre de l'équipement, du logement, de l'aménagement du territoire et des transports sur le caractère urgent de la mise en chantier de la Transeuropéenne (R.N. 89). Il lui rappelle l'importance considérable du trafic des véhicules, et notamment des poids lourds, transitant par la ville de Libourne sans possibilité de déviation. La ville de Libourne représente un véritable goulet d'étranglement aggravé par la faiblesse des ponts permettant l'accès à la ville et les risques constitués par le transport de matières dangereuses en pleine ville et plus spécialement devant les écoles ou les lycées. En conséquence, il lui demande s'il ne juge pas opportun que les crédits affectés à la réalisation des projets concernant certains tronçons routiers soient immédiatement engagés en vue, d'une part, de l'amélioration des conditions de circulation entre Bordeaux et Libourne et, d'autre part, la traversée de la ville.



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 19/03/1987 - page 418

Réponse. -Le ministre de l'équipement, du logement, de l'aménagement du territoire et des transports réaffirme sa volonté de poursuivre l'aménagement de la route Transeuropéenne (R.N. 89), en particulier dans le secteur de Libourne. C'est ainsi qu'en 1987, dans le cadre du contrat particulier conclu avec la région Aquitaine, sera engagée la réalisation des sections sud et est de la déviation de Libourne. Sur la section sud, entre la R.N. 89 Ouest et le C.D. 970, un crédit total de 23,6 MF doit permettre d'entreprendre, dès que la déclaration d'utilité publique sera prononcée, la construction d'un ouvrage d'art sur la Dordogne, tandis que sur la section est, 10,2 MF sont inscrits pour lancer un ouvrage d'art. Les travaux de la déviation de Libourne devraient donc commencer dès cette année et, en raison de leur coût très élevé, se poursuivront au cours des prochaines années. Par ailleurs, aussitôt que les perspectives budgétaires l'autoriseront, les opérations de mise à deux fois deux voies de la R.N. 89 qui n'ont pu encore être exécutées entre Bordeaux et Arveyres, seront engagées ; ces opérations ne concernent qu'une courte section de la route, mais leur coût important n'a pas permis de les programmer à ce jour.