Allez au contenu, Allez à la navigation

Conséquences de la vague de froid pour la commercialisation des fruits et légumes

8e législature

Question écrite n° 04532 de M. Guy Male (Pyrénées-Orientales - UC)

publiée dans le JO Sénat du 12/02/1987 - page 191

M.Guy Malé appelle l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'économie, des finances et de la privatisation, sur les conséquences de la vague de froid qu'a subies récemment notre pays, pour la commercialisation des fruits et légumes. Il lui demande de bien vouloir lui indiquer à combien il chiffre la hausse des prix de ces produits, entraînée par ce froid subit, et de bien vouloir lui préciser quelles sont, à son sens, les augmentations de coûts intermédiaires qui les justifient.



Réponse du ministère : Économie

publiée dans le JO Sénat du 02/04/1987 - page 489

Réponse. -Les conditions climatiques du mois de janvier 1987 ont été à l'origine d'une augmentation des prix de certains légumes à tous les stades de la distribution. Le gel et la neige ont en effet perturbé l'arrachage des carottes, des poireaux et des salades cultivés en plein champ, occasionnant une certaine raréfaction de l'offre à la production. En outre, les difficultés de circulation ont retardé, pendant quelques jours, le transport des marchandises disponibles des zones de production vers les lieux de vente. Toutefois, du fait de l'attitude des consommateurs dont la demande s'est contractée au fur et à mesure de la hausse des cours, le marché s'est rééquilibré à des niveaux de prix inférieurs à ceux constatés en 1985 dans des circonstances semblables. D'autre part, les prix des fruits qui en cette saison proviennent de stocks (pommes, poires) ou sont importés (oranges, clémentines) n'ont pas été sensiblement affectés pendant cette période. Au total, hormis quelques phénomènes ponctuels observés très localement, il ne semble pas que la faiblesse des apports ait donné lieu à des comportements anormaux.