Allez au contenu, Allez à la navigation

Fonctionnement de l'université de Metz (Moselle)

8e législature

Question écrite n° 06027 de M. Jean-Pierre Masseret (Moselle - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 07/05/1987 - page 685

M. Jean-Pierre Masseret appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur l'université de Metz dont la situation actuelle est inquiétante. En effet, avec le nombre d'étudiants accueillis, les locaux sont surpeuplés. L'encadrement moyen en enseignants est de 50 p. 100 par rapport aux normes officielles. Or les récentes déclarations gouvernementales ne vont pas dans le sens de l'amélioration souhaitée. Ceci est tout à fait intolérable en ce sens où cette université devait logiquement contribuer à surmonter la crise que connaît la région Lorraine. C'est pourquoi, il lui demande instamment de bien vouloir intervenir auprès du Gouvernement afin que l'université de Metz soit dotée des moyens nécessaires pour participer au redressement de la Lorraine. A cet égard, sont considérés comme indispensables pour l'IUT : la création du département de génie électrique ; son implantation au technopôle, ainsi que celle du département informatique ; la construction au Saulcy d'un bâtiment pour l'institut de génie mécanique et productique ; un plan de création d'emplois d'enseignants et de non enseignants pour rattraper les retards actuels ; un plan de développement des locaux pour mieux accueillir les étudiants actuels et pour prévoir l'accroissement de leur nombre. Il voudra bien indiquer très précisément les intentions du Gouvernement sur ces points. . - Question transmise à M. le ministre délégué auprès du ministre de l'éducation nationale, chargé de la recherche et de l'enseignement supérieur.

Transmise au ministère : Recherche et enseignement supérieur



Réponse du ministère : Recherche et enseignement supérieur

publiée dans le JO Sénat du 01/10/1987 - page 1564

Réponse. -Le ministre délégué auprès du ministre de l'éducation nationale, chargé de la recherche et de l'enseignement supérieur, conscient de la nécessité de participer au redressement de la Lorraine, a décidé de la mise en place d'opérations complémentaires au bénéfice de l'université de Metz. Parmi celles-ci sont prévus l'agrandissement d'un atelier pour l'institut de génie mécanique et de productique, au Saulcy, et l'installation sur le site de Metz-Queuleu de laboratoires de recherche en physique. De plus, une formation de techniciens supérieurs de type D.E.U.S.T. d'optronique ou de télé-informatique est en préparation. Ce D.E.U.S.T. sera la formation la plus adaptée aux souhaits et aux possibilités de l'université de Metz. Par ailleurs, l'université de Metz a été relativement épargnée par les mesures de mise en réserve d'emplois vacants de personnels administratifs, techniciens, ouvriers et de service en vigueur depuis 1983. En effet, le potentiel d'emplois dont elle dispose a pu être maintenu alors que l'ensemble des universités perdaient plus de 40 p. 100 de leurs emplois vacants. De plus, un effort particulier a été entrepris afin de permettre à cette université d'intégrer une partie de ses personnels hors statut ; à cet effet, six emplois ont été créés depuis 1984. En ce qui concerne le personnel enseignant, l'université de Metz a bénéficié d'une politique continue de renforcement de son potentiel qui s'est concrétisée par la mise en place de quarante-six emplois en quatre ans.