Allez au contenu, Allez à la navigation

Doublement de la route nationale 141 entre Mont-de-Marsan et Dax (Landes)

8e législature

Question écrite n° 06399 de M. Philippe Labeyrie (Landes - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 28/05/1987 - page 835

M.Philippe Labeyrie expose à M. le ministre de l'équipement, du logement, de l'aménagement du territoire et des transports qu'en réponse à une lettre de M. le président du conseil général concernant l'aménagement à deux fois deux voies de la route nationale 124, entre Mont-de-Marsan et Dax, M. le préfet, commissaire de la République du département des Landes, a fait parvenir, en date du 18 mai 1987, un courrier précisant que l'ensemble de ces opérations ne semble pas pouvoir, aujourd'hui, être envisagé avant sept ans, en ajoutant que le délai global de réalisation de cet ensemble estimé à 600 millions de francs (valeur 1985) ne peut être appréhendé de façon plus précise car il dépend des efforts que les différents cofinanceurs possibles (Feder, région, département des Landes, collectivités locales) voudront bien consentir en sus des crédits Etat. Le conseil général des Landes avait voté un crédit de 5 millions de francs par an afin d'aider à la réalisation de ces travaux, des engagements ayant été précédemment pris concernant l'aménagement à deux fois deux voies de cette route nationale dans un avenir très proche. Il s'étonne que l'engagement de l'Etat soit conditionné par l'engagement d'autres collectivités : communes, département, etc., alors qu'il s'agit d'une route nationale. De plus, les habitants de l'agglomération montoise ne comprendront pas qu'une fois de plus le désenclavement de cette région du département et de son chef-lieu en particulier soit remis aux calendes grecques. Il s'agit là d'une opération vitale pour le développement économique de ce coin du département. Il ose espérer qu'à une époque où M. le ministre parle de plus en plus de construction d'autoroutes, d'aménagement du réseau routier national, qu'il s'agit, dans la réponse de M. le préfet, d'une erreur. Il lui demande donc s'il envisage, dans les délais les plus brefs, de débloquer les crédits afin que le doublement de la route nationale 124 puisse sortir la ville de Mont-de-Marsan de son isolement actuel.



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 03/03/1988 - page 288

Réponse. -Le ministre de l'équipement, du logement, de l'aménagement du territoire et des transports est tout à fait conscient de l'importance que présente l'aménagement de la R.N. 124 pour le département des Landes. Conformément aux engagements pris, en 1987, l'Etat a consacré 10,120 MF, auxquels s'est ajoutée une participation de 5 MF du département, à la déviation de Tartas, ce qui a permis d'engager les travaux ; ceux-ci doivent continuer en 1988 grâce à un crédit de l'Etat de 10,4 MF et 5,2 MF de fonds de concours du département. Par ailleurs, les études de la déviation de Pontonx ont été poursuivies en 1987, pour un montant de 0,280 MF, tandis qu'un crédit de l'Etat de 3,5 MF pour les opérations de sécurité sur la R.N. 124, programmé en 1986 mais non engagé, a été affecté en 1987. De plus, il convient de signaler la décision prise récemment par la région Aquitaine de participer durant les années 1987, 1988 et 1989 à l'aménagement de la R.N. 124 dans lesLandes pour un total de 25 MF répartis de la façon suivante : 5 MF dès 1987 et 10 MF pour chacune des deux années suivantes. Enfin, dans le cadre du contrat conclu entre l'Etat et la région, la déviation de Saint-Paul-lès-Dax a bénéficié en 1987 d'un crédit de 26,7 MF (dont 4,6 MF de l'Etat) pour le commencement des travaux ; le financement de cette opération continuera en 1988 et il est prévu de lui réserver une dotation globale de 20,6 MF dont 4,120 MF à la charge de l'Etat. L'ensemble de ces dotations aura permis d'améliorer la R.N. 124 au cours du IXe Plan ; cette action doit se poursuivre dans le prochain contrat entre l'Etat et la région, avec l'aide éventuelle du département, le montant des crédits affectés dépendant des priorités nationales et régionales.