Allez au contenu, Allez à la navigation

Entretien du monument du Val d'Enfer (Ain)

8e législature

Question écrite n° 06963 de M. Jean Garcia (Seine-Saint-Denis - C)

publiée dans le JO Sénat du 02/07/1987 - page 1021

A la suite d'une visite à ce monument de la Résistance rappelant le courage de tous ceux qui ont lutté jusqu'au sacrifice de leur vie, M.Jean Garcia s'indigne du fait que le monument du Val d'Enfer (Ain), élevé en hommage aux 700 résistants patriotes de l'Ain et du haut Jura, se trouve aussi dégradé (les pierres noircissent, les plaques ne sont pas entretenues). A l'heure où le procès Barbie met en lumière les horreurs commises par le nazisme dans ce département, notamment à Izieu, il demande à M. le secrétaire d'Etat aux anciens combattants que soient dégagés les crédits nécessaires à la réfection et à l'entretien de ce momument, partie intégrante de notre patrimoine national



Réponse du ministère : Anciens combattants

publiée dans le JO Sénat du 24/09/1987 - page 1506

Réponse. -Le monument du Val d'Enfer (Ain) n'appartient pas au patrimoine de l'Etat (secrétariat d'Etat aux anciens combattants). Le cimetière du Cerdon, dit du Val d'Enfer, regroupe les corps de quatre-vingt-six ressortissants maquisards de l'Ain. Il comprend en outre un monument. Il a été créé à l'initiative du colonel Romans-Petit en 1956 et fut inauguré par le général de Gaulle. Par délibération du 15 janvier 1965, le conseil général de l'Ain décida d'acheter le terrain d'assise du cimetière et du monument et prit des dispositions pour que leur entretien soit assuré par la commune et deux associations subventionnées par le département. Il s'agit donc d'un cimetière et d'un monument privés sur lesquels notre département ministériel n'a aucun moyen légal d'action, les éventuels travaux de réfection relevant du conseil régional de l'Ain. Le secrétariat d'Etat aux anciens combattants n'a donc pas à intervenir pour la restauration de ce monument.