Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de la production de cresson

8e législature

Question écrite n° 07411 de M. Paul Loridant (Essonne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 13/08/1987 - page 1251

M.Paul Loridant attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture sur l'avenir de la production de cresson dans notre pays. La culture du cresson affronte en effet de nombreux problèmes. La cressiculture, une des caractéristiques de l'agriculture essonnienne, est essentiellement le fait d'exploitations familiales. Elle est entièrement manuelle et les champs se présentent sous la forme de bassins séparés par des berges, le cresson devant pousser en milieu aquatique. L'entretien de ces berges notamment la lutte contre l'érosion due à l'eau, pèse sur la productivité. Ces conditions d'exploitation sont pour les cressiculteurs des freins à la mécanisation. Or, il apparaît que certains cressiculteurs son prêts à s'engager dans un effort de modernisation et de mécanisation de la cressiculture. Toutefois, étant donné le coût des divers aménagements nécessaires, il s'agit pour ces exploitations familiales d'un investissement particulièrement lourd à supporter eu égard aux revenus nets d'exploitation. Par ailleurs, les cressiculteurs sont confrontés en aval à des problèmes de ventes, d'exportations du cresson, problèmes inhérents aux difficultés de conservation. En conséquence, il lui demande quelles mesures concrètes il envisage afin de soutenir la cressiculture française.



La question est caduque