Allez au contenu, Allez à la navigation

Entreprise Calorstat de Dourdan : remise en cause des acquis des travailleurs

8e législature

Question écrite n° 08124 de M. Robert Vizet (Essonne - C)

publiée dans le JO Sénat du 22/10/1987 - page 1651

M.Robert Vizet attire l'attention de M. le ministre des affaires sociales et de l'emploi sur les attaques portées contre les acquis des travailleurs de l'entreprise Calorstat, implantée à 91410 Dourdan et le maintien de ses effectifs de fabrication. Alors que les difficultés financières des travailleurs s'accroissent dans le pays tout entier et, par voie de conséquence, à Dourdan comme ailleurs, les acquis obtenus de longue lutte par les travailleurs de l'entreprise mentionnée, sont remis en cause par la direction de l'établissement, sans autre allégation que celle d'une volonté forcenée de surexploitation intolérable. La modernité des équipements, la maîtrise des technologies, la qualité des produits confèrent à Calorstat un rôle incontestable sur les marchés. L'entreprise répondant aux exigences d'une clientèle de l'aéronautique, du spatial, autant que du nucléaire, secteurs d'avenir qui ne sont plus à démontrer. Par ailleurs, Calorstat occupe toute sa place sur les marchés internationaux en exportant vers la R.F.A., la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, le Japon et la Hollande. Autant de raisons pour rendre inqualifiables les menées dirigées contre une production nationale et les personnels de fabrication. Soucieux de cette situation, il lui demande de bien vouloir lui faire connaître les mesures qu'il compte retenir pour suspendre des actes autoritaires et injustifiables qui voudraient priver les travailleurs de l'entreprise Calorstat des primes de transport et de fin d'année, de la subvention de cantine et autres avantages, de prolonger la durée annuelle de travail de trois semaines non rétribuées. A titre indicatif, le salaire moyen d'un travailleur de fabrication, se situe à 6 300 francs, l'application des décisions de la direction le réduirait à 4 300 francs, (pour quinze années d'activité). Il le prie de bien vouloir lui communiquer les dispositions qu'il envisage de prendre pour maintenir les effectifs de fabrication aux fonctions qu'ils occupent et ainsi mettre fin au scandale que constitue l'éventualité d'une fabrication des produits Calorstat hors du territoire national, à terme.



La question est caduque