Allez au contenu, Allez à la navigation

Présentation de l'annuaire téléphonique

8e législature

Question écrite n° 08141 de M. Michel Charasse (Puy-de-Dôme - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 22/10/1987 - page 1662

M.Michel Charasse appelle l'attention de M. le ministre délégué auprès du ministre de l'industrie, des P. et T. et du tourisme, chargé des P. et T., sur les très nombreuses réclamations des usagers à la suite de la publication des annuaires téléphoniques départementaux de l'année 1987. D'une manière générale, on constate que ces annuaires sont devenus plus difficiles à manipuler que par le passé puisqu'ils sont plus gros, certains renseignements, notamment administratifs, figurant à la fois dans la liste des abonnés et dans les pages jaunes insérées en tête de l'annuaire. D'autre part, la volonté de présenter les administrations sous une forme regroupée dans les pages jaunes conduit à la fois à une présentation fastidieuse (ainsi des centaines de bureaux de poste sont présentés sous une rubrique identique en gros caractères mais l'adresse et le téléphone dans chaque commune sont présentés en caractères très petits et difficilement lisibles de sorte qu'il est préférable de chercher dans la liste normale plutôt que dans les pages jaunes) et partielle puisque, par exemple, un très grand nombre d'établissements communaux (notamment les écoles primaires) ne figurent pas dans les pages jaunes bien que le téléphone y ait été installé. Enfin, on note que la présentation des administrations au début de l'annuaire laisse de côté de très nombreux services publics qui, dès lors qu'ils ne sont pas situés au chef-lieu du département, sont introuvables : ainsi par exemple dans le Puy-de-Dôme pour la direction locale de T.D.F. qui dépend pourtant de son administration. Sans doute cette nouvelle présentation de l'annuaire du téléphone part-elle d'une bonne intention visant à améliorer le service offert aux usagers. Mais comme on le sait, " le mieux est souvent l'ennemi du bien " et c'est pourquoi il lui demande, après deux années qui ne sont véritablement pas concluantes, de bien vouloir lui faire connaître quelles mesures il compte prendre pour revenir à la présentation antérieure de ce document, et notamment pour qu'il ne comporte pas deux fois certains renseignements tandis que d'autres pourtant très nécessaires n'y figurent pas.



Réponse du ministère : Postes et télécommunications

publiée dans le JO Sénat du 11/02/1988 - page 207

Réponse. -L'augmentation évoquée du volume des annuaires est une conséquence inéluctable de l'accroissement du nombre des abonnés. Pour limiter dans la mesure du possible la gêne qui peut en résulter, diverses mesures on été prises. C'est ainsi que, dans les départements dont les annuaires sont les plus volumineux, pages jaunes et pages blanches ont été scindées en deux tomes séparés ; dans ces mêmes départements, des annuaires en format réduit sont proposés ; enfin le Minitel est offert en lieu et place des pages blanches de l'annuaire. Quant à la présentation des administrations et services publics, elle s'efforce de répondre au souci de faciliter la recherche. C'est dans ce but que le petit guide téléphonique de l'administration figurant dans les pages roses du magazine, en tête de l'annuaire, a été réalisé en collaboration avec le secrétariat général du Gouvernement. Il veut être un guide d'orientation indiquant à l'utilisateur quel est, pour les démarches les plus courantes, le service compétent et comment on peut le rechercher dans l'annuaire. Un sondage réalisé lors de la mise en service de ce guide a montré qu'il était apprécié des utilisateurs. Il ne peut être considéré comme faisant double emploi avec la rubrique " administrations " des pages jaunes, ni avec les indications relatives à ces mêmes administrations figurant dans les pages blanches : la démarche de recherche n'est en effet pas la même, la recherche en liste alphabétique (pages blanches) exigeant de connaître sous quel mot directeur figure le service désiré, ce qui ne peut être toujours évident pour l'administré. Enfin il n'est pas contesté qu'au niveau des pages jaunes des lacunes relatives aux services publics puissent subsister : toute indication, telle que celle fournie par l'honorable parlementaire, est à cet égard bienvenue.