Allez au contenu, Allez à la navigation

Réfugiés du Surinam

8e législature

Question écrite n° 08831 de M. Auguste Cazalet (Pyrénées-Atlantiques - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 03/12/1987 - page 1894

M.Auguste Cazalet souhaiterait demander à M. le ministre des départements et territoires d'outre-mer si il est exact que la langue enseignée en Guyane aux jeunes réfugiés du Surinam est le hollandais et, dans l'affirmative, en connaître les raisons.



Réponse du ministère : Départements et territoires d'Outre-mer (DOM-TOM)

publiée dans le JO Sénat du 28/01/1988 - page 120

Réponse. -Aucune structure permanente d'enseignement n'a été mise en place au profit des enfants surinamiens déplacés en âge scolaire, compte tenu du caractère temporaire de l'accueil des Surinamiens en Guyane. Toutefois, et afin de maintenir une activité scolaire au bénéfice de ces enfants, une structure particulière a été mise en place dans les centres d'accueil des personnes déplacées. Il ne s'agit pas d'une scolarisation proprement dite mais plutôt d'une activité scolaire proposée avec le concours d'organisations humanitaires, notamment hollandaises. Cette activité, assurée par des instituteurs eux-mêmes déplacés, se déroule en hollandais et non en français. Il s'agit de faire en sorte que les enfants, de langue maternelle takitaki pour la plupart, déjà scolarisés en hollandais et appelés à rentrer chez eux, ne perdent pas une ou deux années scolaires.