Allez au contenu, Allez à la navigation

Violences à l'encontre de l'URAVIC du Languedoc

8e législature

Question écrite n° 08953 de M. Joseph Caupert (Lozère - U.R.E.I.)

publiée dans le JO Sénat du 17/12/1987 - page 1951

M. Joseph Caupert appelle l'attention de M. le ministre des affaires sociales et de l'emploi sur les actes de violence dont on été victimes à trois reprises depuis le début de l'année les locaux et le personnel de l'union régionale pour l'assurance vieillesse des industriels et commerçants (U.R.A.V.I.C.) du Languedoc, à Montpellier. Il lui demande s'il ne lui paraîtrait pas indispensable de demander à son collègue chargé de la sécurité de prendre des mesures propres à éviter le retour d'événements aussi regrettables qu'intolérables.



Réponse du ministère : Affaires sociales

publiée dans le JO Sénat du 11/02/1988 - page 192

Réponse. -Trois fois en quelques mois, le siège de la caisse régionale d'assurance vieillesse des industriels et commerçants (U.R.A.V.I.C.) de Montpellier a été envahi par des manifestants se réclamant du comité de défense des commerçants et artisans. Le ministre des affaires sociales et de l'emploi a condamné avec la plus extrême fermeté de tels agissements et demandé au préfet, commissaire de la République de la région Languedoc-Roussillon, de prendre les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité de la caisse et de son personnel. Il n'y a dans notre pays de protection sociale ni gratuite, ni facultative, même s'il est nécessaire de prendre en compte dans la réglementation les difficultés financières de certains. L'attitude violente d'une minorité n'ayant que peu de liens avec les ressortissants des régimes d'artisans et de commerçants est injustifiable et doit être combattue.